Bronchiolite et tensions dans les services de pédiatrie : l’ARS coordonne la mobilisation régionale

Publié le 10/11/2022 - 18:13
Mis à jour le 10/11/2022 - 18:42

Après l’activation du dispositif ORSAN hier par le ministre de la Santé et de la Prévention face à l’épidémie de bronchiolite, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté a réuni ce 10 novembre l’ensemble des acteurs de santé de la région.

 © © RitaE via Pixabay
© © RitaE via Pixabay

Objectifs : "Définir l’organisation régionale permettant d’assurer une prise en charge et un accompagnement adaptés des nourrissons et jeunes enfants concernés par l’épidémie, et de leur famille ; assurer une structuration opérationnelle de la réponse aux besoins de santé sur chaque territoire de Bourgogne-Franche-Comté, en veillant au plein engagement de tous les acteurs : médecins et professionnels de santé de ville, établissements de santé publics et privés."

Chaque établissement de soins qui le juge nécessaire peut en particulier déclencher un plan blanc. La mesure implique une mobilisation de toutes les ressources humaines disponibles, ainsi qu’une adaptation progressive et proportionnée des organisations.

Une épidémie précoce et intense

L’épidémie de bronchiolite précoce et d’une intensité supérieure à celle des épidémies antérieures touche l’ensemble des départements de la région. Santé publique France a enregistré plus de 200 nouveaux cas pris en charge la semaine dernière dans les services d’urgences pédiatriques de Bourgogne-Franche-Comté.

Des gestes simples

Pour mémoire, la bronchiolite est une infection respiratoire fréquente, d’origine virale, le plus souvent bénigne, qui touche les nourrissons et jeunes enfants de moins de 2 ans, surtout en automne et en hiver.

Les parents peuvent adopter des gestes barrières et des comportements simples et efficaces pour protéger leurs enfants, et notamment :

  • Limiter les visites au cercle des adultes très proches et non malades ;
  • Se laver les mains avant et après contact avec le bébé ;
  • Porter soi-même un masque en cas de rhume, de toux ou de fièvre. Faire porter un masque aux visiteurs en présence du nourrisson ;
  • Si le reste de la fratrie présente des symptômes d’infection virale même modérés, les tenir à l’écart du bébé à la phase aiguë de leur infection.

Conduite à tenir en cas d’enfant malade

La majorité des bronchiolites guérit spontanément en quelques jours. Il n’existe pas de traitement anti-virus spécifique (l’infection étant virale, les antibiotiques sont par ailleurs inutiles). Les parents sont invités à consulter en priorité leur médecin traitant qui leur donnera des consignes de soin.

Dans les situations suivantes, une hospitalisation peut être nécessaire :

  • L’enfant est âgé de moins de six semaines ;
  • Il s’agit d’un ancien prématuré âgé de moins de trois mois ; il a déjà une maladie respiratoire ou cardiaque identifiée ;
  • L’enfant boit moins de la moitié de ses biberons à trois repas consécutifs ;
  • L’enfant vomit systématiquement ;
  • L’enfant dort en permanence, ou au contraire, pleure de manière inhabituelle et ne peut s’endormir.

Il est recommandé de ne pas se rendre directement aux urgences et d’appeler le 15 avant de se déplacer, pour être orienté vers la structure la plus adaptée.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.21
partiellement nuageux
le 22/04 à 0h00
Vent
1.42 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
94 %