Cette année, le Ramadan sera "source de paix et de spiritualité" tout en "participant à l'effort national" contre le coronavirus

Publié le 24/04/2020 - 08:01
Mis à jour le 24/04/2020 - 08:01

Si dans plusieurs pays musulmans la question de maintenir ou non le Ramadan au mois d'avril cette année se pose en raison de la pandémie du covid-19, en France, il n'y aura aucun changement : le Ramadan commence ce vendredi 24 avril jusqu'au 24 mai 2020, nous confirme Khalid Jarmouni, président du Centre culturel islamique de Franche-Comté.

"La question s'est posée, mais très loin de la France, ici, elle a été évacuée très rapidement (…) le Ramadan est maintenu, il n'y a rien qui empêche le jeûne du mois du Ramadan pour les personnes en capacité de jeûner bien sûr", affirme le président du CCIFC contacté par téléphone. Il ajoute que "d'ailleurs, des études récentes ont montré que le jeûne, comme celui du mois du Ramadan, est non seulement bénéfique pour le corps, mais surtout il renforce l'immunité".

Un comité de chercheurs à l'Université al-Azhar du Caire, soit la plus haute autorité religieuse d'Egypte, a également déclaré la semaine dernière que les fidèles devraient jeûner cette année aussi parce que le Ramadan "n'a aucune incidence avec le coronavirus". 

Des difficultés pour confectionner les repas ?

Pendant le confinement, il n'est facile pour tout le monde de se procurer les matières premières dans les supermarchés ; farine, levure, etc. sont prises d'assaut dans les rayons. Cela va-t-il rendre la tâche plus difficile pour les musulmans pratiquants de confectionner leurs repas traditionnels du matin et du soir ? Pour Khalid Jarmouni, le Ramadan "n'est pas le mois pendant lequel on doit manger plus que d'habitude ! C'est vrai qu'il y a un engouement, on le remarque dans certains commerces qui voient une augmentation de 30 à 40% de leur chiffre d'affaires pendant le mois de Ramadan… il y a un aspect festif le soir. Je dirais tant mieux d'un côté pour que les musulmans cherchent l'essentiel ! La philosophie du jeûne s'est d'aller vers la privation pour donner plus d'importance au côté spirituel, donner plus de place à l'âme plutôt qu'au corps, et je pense que ce qu'il y a dans les supermarchés, c'est suffisant pour faire un repas équilibré le soir et le matin. Ca va bousculer les habitudes, mais ce n'est pas bien grave."

"Le nécessaire spirituel" à la maison

Depuis le 17 mars, début du confinement, les lieux de cultes en France sont fermés. Pendant le Ramadan, les croyants devront "faire le nécessaire spirituellement, prier pour lui, sa famille et prier pour notre pays, pour le personnel soignant et les personnes qui travaillent pour nous à domicile", indique Khalid Jarmouni. Les rassemblements à l'extérieur pour rompre le jeûne au coucher du soleil devront également se restreindre à la maison.

Le président du CCIFC lance un appel à la communauté musulmane : "c'est très important de participer à l'effort national et de ne pas faire du mois du Ramadan une source de problèmes pour les autorités pour maintenir la distanciation, toute la logique de confinement pour freiner cette épidémie qui touche notre pays. Le mois du Ramadan doit être source de paix et de spiritualité. Il faut vraiment suivre le cadre règlementaire établi par la préfecture." 

Des dérogations pour les personnes malades

Le président du CCIFC souhaite "vraiment insister" sur le fait que pendant le Ramadan,"ceux qui ont attrapé le virus et qui sont malades ont l'obligation de ne pas jeûner. Ils doivent prendre la dérogation pour ne pas jeûner en étant malades, se soigner correctement et participer à l'effort pour ne pas diffuser le covid".

Pendant cette période, "pour les personnes malades, enceintes, allaitantes, il y a des dérogations pour ne pas ajouter une difficulté supplémentaire au personnel soignant qui a d'autres cas à traiter", précise-t-il. 

"L'Islam épouse tout naturellement les règles d'hygiène"

Les musulmans pratiquant les cinq prières quotidiennes doivent faire ce qu'ils appellent "les ablutions" qui consistent à se laver les parties du corps apparentes, la bouche et le nez compris. "De fait, les musulmans quand ils pratiquent la religion sont dans les gestes barrières, ça fait une pierre, deux coups !" se réjouit Khalid Jarmouni.

D'un point de vue alimentaire, il explique également : "vous savez que les musulmans mangent halal, et parmi les choses interdites figurent tout ce qui carnassier et tout ce qui a des griffes comme certains oiseaux, les chauve-souris ou ce dont on a entendu parler en Chine… ce que je suis en train de dire, c'est que l'Islam dans sa pratique, épouse tout naturellement les pratiques pour éviter au maximum les maladies ou des travers, que ce soit au niveau de la nourriture ou au quotidien."

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.

Annulation des festivals cet été : le sénateur Perrin écrit à la ministre de la Culture…

En 2021, le festival des Eurockéennes de Belfort est annulé pour la deuxième année consécutive en raison de l'épidémie de Covid-1. Le sénateur du Territoire de Belfort a écrit, le 9 avril dernier, à la ministre de la Culture, un courrier relatif aux attentes des forces organisatrices des festivals "à jauge debout".

Religion

Confinement et absence de quêtes : une perte de plusieurs milliers d’euros pour le Diocèse de Besançon

Fermées lors du premier confinement et une grande partie du second, les églises ont subi de lourdes pertes financières suite à l'absence de quêtes. En France, on estime à plus de 60 millions d'euros de préjudice cette année. Le Diocèse de Besançon, malgré plusieurs généreux donateurs, a lui aussi été impacté à hauteur de plusieurs milliers d'euros, explique Monseigneur Jean-Luc Bouilleret ce mardi 22 décembre.

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Messes suspendues : l’épiscopat espère pouvoir « trouver un protocole satisfaisant »

Le président de la Conférence des évêques de France, a exprimé dimanche sa déception de voir les messes suspendues en raison du reconfinement, mais espéré pouvoir trouver "un protocole satisfaisant" avec les pouvoirs publics pour pouvoir les célébrer à nouveau. En attendant, l’archevêque de Besançon, Mgr Jean-Luc Bouilleret, a célébré dimanche 8 novembre une messe retransmise en direct de la cathédrale St-Jean.

Besançon : les responsables des mosquées déposeront une gerbe aux pieds de cathédrale Saint-Jean en signe de paix

Ce dimanche 1er novembre 2020, les responsables des mosquées de Besançon déposeront une gerbe devant la cathédrale Saint-Jean de Besançon vers 19h00 juste après la messe de 18h15, dirigée par Mgr Jean-Luc Bouilleret, l'Archevêque de Besançon. Ils seront accompagnés par un certain nombre de fidèles pour ce geste symbolique...
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.89
légère pluie
le 18/04 à 12h00
Vent
2.36 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
45 %

Sondage