Contesté mais validé, le Pass sanitaire fait son entrée dans la vie des Français

Publié le 09/08/2021 - 09:22
Mis à jour le 09/08/2021 - 09:22

Contesté dans la rue mais validé pour l’essentiel par le Conseil constitutionnel, le Pass sanitaire étendu entre en vigueur lundi et va rythmer le quotidien des Français pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

 © D Poirier
© D Poirier

Bars, restaurants, cinémas, théâtres, hôpitaux, trains longues distances...  : Partout il faudra désormais montrer patte blanche, y compris pour boire un simple café en terrasse. Le pass sanitaire fait son entrée lundi dans la vie quotidienne des Français, après avoir été validé quasi intégralement par le Conseil constitutionnel et malgré la contestation dans la rue.

A la veille de son entrée en vigueur, le gouvernement s'est voulu rassurant, précisant qu'il y aurait une première semaine de tolérance et de rodage pour ce nouvel outil. Déjà exigé dans les lieux de culture depuis le 21 juillet, il prend la forme d'un QR code qui devra être présenté pour déjeuner dans un restaurant ou prendre un verre en terrasse.

Car il s'agit bien d'une "contrainte supplémentaire", concède le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Mais le gouvernement la juge indispensable alors que la situation sanitaire continue à se dégrader.

Selon Santé publique France, les soins critiques accueillaient samedi 1.510 patients contre 1.099 il y a une semaine. Le nombre des hospitalisations est monté à 8.425 contre 8.368 vendredi.

"Nous voulons éviter de devoir refermer cinémas, musées, restaurants ou cafés, comme nous avions dû le faire lors des trois vagues précédentes", affirme dans le JDD la ministre du Travail Elisabeth Borne. "Le pass et la progression de la vaccination devraient nous éviter d'autres couvre-feux et confinements", ajoute le ministre de la Santé Olivier Véran dans le Parisien dimanche.

Plusieurs textes, décrets et arrêtés, parus dimanche au Journal officiel apportent des précisions pratiques sur l'application du pass, exigé dans les lieux de culture depuis le 21 juillet.

Pour être valide, le pass, déjà en vigueur dans plusieurs pays européens, doit témoigner d'un schéma vaccinal complet, du rétablissement de la maladie ou d'un test négatif datant de "moins de 72 heures".

La durée de validité d'un test, fixée initialement à 48 heures, a donc été allongée. Autre assouplissement: il sera possible d'effectuer des autotests supervisés par un professionnel de santé, en plus des tests antigéniques et PCR.

Sur Twitter, le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O, a rappelé dimanche que ceux qui présentent un pass "qui n'est pas le leur encourent de fortes amendes", précisant que les pass "abusivement utilisés seront placés sur liste noire et rendus inutilisables".

Amendes

Une personne utilisant le pass d'un proche sera passible d'une amende de 4e classe de 750 euros (forfaitisée à 135 euros si elle est réglée rapidement), un montant qui passe à 1.500 euros en cas de récidive dans les 15 jours.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux préfets de mobiliser policiers et gendarmes pour contrôler, "en uniforme et en civil", les établissements dont l'accès est soumis à la présentation d'un pass, en ciblant en priorité "les zones urbaines et touristiques" et "les lieux de rassemblements", selon un télégramme consulté par l'AFP.

"Magma d'antivax"

Le pass, qui sera aussi requis pour accéder aux magasins et centres commerciaux de plus de 20.000 m2 sur décision des préfet de chaque départements (aucun centre concerné en Franche-Comté pour l'instant) , ne sera pas demandé pour une visite chez un médecin généraliste. Il le sera en revanche dans les hôpitaux, "mais en aucun cas il ne devra être un frein pour accéder à des soins utiles et urgents", rappelle M. Véran.

Ces nouvelles dispositions entrent en vigueur alors que la mobilisation contre le pass et la vaccination obligatoire pour les soignants a de nouveau progressé en France samedi, pour le quatrième week-end consécutif.

Quelque 237.000 personnes, dont 17.000 à Paris, ont défilé dans le calme, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Ils étaient environ un millier à Dijon, et 1.900 à Besançon selon les chiffres officiels.

Une bonne part des manifestants contestent l'imposition du pass, une "obligation vaccinale déguisée" selon eux. Ils jugent la contrainte disproportionnée et s'inquiètent notamment qu'un employeur puisse suspendre le contrat de travail d'un employé dépourvu de pass en règle.

Au gouvernement, on renvoie inlassablement au nombre de vaccinés, qui dépasse de loin le chiffre des manifestants.

"Le visage de la France qui se bat, c'est celui des millions de Français qui ont respecté les gestes barrière, ont fait attention à leurs proches, se sont vaccinés. Et dont on parle beaucoup moins, hélas, que du magma d'antivax, antisciences, anti-État (...) Je veux bien entendre les peurs, tout faire pour rassurer. Mais à un moment, ça suffit", dit M. Véran.

Samedi, 44,6 millions de personnes avaient reçu au moins une injection (soit 66,2% de la population totale) et 37 millions ont un schéma vaccinal complet (soit 55,1% de la population totale).

Au sein de l'exécutif, confiant que l'objectif de 50 millions de primo-vaccinés d'ici la fin août soit atteint, on affirme que l'allocution d'Emmanuel Macron le 12 juillet a donné un coup de fouet à la campagne. Depuis, il y a eu plus de 6,8 millions de prises de rendez-vous pour une primo-injection, insiste son entourage.

La semaine dernière chef de l'Etat s'est fendu de douze vidéos sur les réseaux sociaux, vues plus de 60 millions de fois, pour répondre aux questionnements des Français et les appeler à se faire vacciner.

Mercredi, il présidera un Conseil de défense sanitaire par visioconférence où il sera notamment question de l'injection d'une troisième dose de vaccin aux personnes les plus vulnérables à la rentrée.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Les laits végétaux passés à la loupe par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.49
légère pluie
le 21/05 à 21h00
Vent
3.33 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
79 %