Coronavirus : des primes jusqu'à 1.000 € pour les fonctionnaires et jusqu'à 1.500 € pour les soignants

Publié le 16/04/2020 - 11:45
Mis à jour le 16/04/2020 - 11:45

Certains fonctionnaires qui poursuivent leur mission de service public malgré le confinement, recevront une prime défiscalisée jusqu’à 1.000 euros, a annoncé mercredi le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. Le gouvernement va par ailleurs verser en mai une prime exceptionnelle de 1.500 euros aux personnels soignants des services de santé dans les départements les plus touchés par l’épidémie et à ceux des services ayant accueilli des patients Covid-19 dans les départements les moins touchés.

 ©  PHX
© PHX

"Cette prime a été décidée par le président de la République (...). Cette prime sera défiscalisée (...) jusqu'à 1.000 euros, c'est prévu dans le projet de loi de finances rectificative", a indiqué le ministre sur Europe 1, ajoutant que cela représentera pour la Fonction publique d'État "un peu plus de 300 millions d'euros".

Un fonctionnaire de la Fonction publique d'État sur cinq devrait recevoir cette prime, soit 400.000 personnes, a précisé le ministère des Comptes publics. "Ils font un travail extrêmement important et ils montrent que l'Etat est présent et protège les plus faibles", a salué M. Darmanin.

Qui sera concerné ? Les surveillants pénitentiaires, les enseignants qui ont accueilli les enfants des soignants ou encore les douaniers. Des agents qui effectuent du télétravail pourront aussi être concernés, comme l'a annoncé Olivier Dussopt, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics.

"Pour la fonction publique territoriale, on va laisser la possibilité aux maires de verser, s'ils le souhaitent, et je sais que beaucoup le souhaitent, cette prime" à leurs agents, a ajouté Gérald Darmanin.

Edouard Philippe annonce une prime de 500 à 1.500 euros pour les soignants

Le gouvernement va verser en mai une prime exceptionnelle de 1.500 euros aux personnels soignants des services de santé dans les départements les plus touchés par l'épidémie et à ceux des services ayant accueilli des patients Covid-19 dans les départements les moins touchés, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe.

Les autres personnels de santé recevront une prime de 500 euros, a ajouté le chef du gouvernement à l'issue du Conseil des ministres, précisant que ces primes seront "nettes de tout", c'est-à-dire exemptes de charges et d'impôts.

En outre, tous recevront une majoration de 50 % de leurs heures supplémentaires, ce qui représente en moyenne plus de 600 euros par agent, également sans impôts ni charges, a ensuite souligné le ministre de la Santé Olivier Véran.

Chaque agent recevra donc en moyenne 1.000 à 2.000 euros environ, a précisé Olivier Véran, avec un coût total pour l'État de 1,3 milliard d'euros.

S'y ajoutera une prime à venir pour le personnel du secteur médico-social, notamment celui des Ephad, qui ont dû se réorganiser, a ajouté le ministre.

"Nous devons en la matière, échanger avec les collectivités locales, en particulier avec les départements qui en sont souvent les financeurs, pour déterminer les conditions de financement de cette prime", a précisé le Premier ministre Édouard Philippe.

"Nous faisons face" à l'épidémie du coronavirus "d'abord grâce à l'incroyable dévouement de tout le personnel soignant du pays", a souligné Edouard Philippe en rappelant "l'effort historique en faveur de notre système sanitaire" de 8 milliards d'euros dans le projet de loi de finances rectificative présenté mercredi.

Cette somme permet "d'investir dans l'achat de matériel et de masques pour près de 4 milliards d'euros" et de financer les mesures pour le personnel soignant, "en première ligne, jour et nuit", a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

1 Commentaire

Déontologie de l'information : 10 jours de congés (rtt) supprimés pour tous les Fonctionnaires d’État en télétravail ou confinés chez eux.
Publié le 16 avril 2020 à 16h51 par Alain DAGON • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Economie

À Besançon, des soldes en demi teinte et des inquiétudes…

Après une fin d’année 2022 très positive pour la plupart des commerçants bisontins, les soldes d’hiver n’ont pas eu l’effet escompté, avec bilan "mitigé" selon Serge Couësmes, président de l’Union des commerçants de Besançon ce mercredi 8 février, qui ne cache pas son inquiétude quant à la fermeture de franchises après Camaïeu…

Agriculture : à quoi sert la Région Bourgogne Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • À quoi sert la Région ? Peu savent répondre. Et pourtant, la Région est présente dans le quotidien de chaque Bourguignon-Franc-Comtois… La Région souhaite faire (re)connaître son action, en lançant une information mensuelle, dans la presse quotidienne régionale essentiellement, qui développera au fil des mois une mission spécifique. Ce mois de février 2023, focus sur l'agriculture...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.41
ciel dégagé
le 09/02 à 9h00
Vent
1.39 m/s
Pression
1034 hPa
Humidité
58 %