Coronavirus : dites plutôt "Covid-19"...

Publié le 12/02/2020 - 16:06
Mis à jour le 06/03/2020 - 18:17

L'organisation mondiale de la santé (OMS) a twitté mercredi 11 février 2020 le nouveau nom pour qualifier le Coronavirus et ainsi, arrêter de stigmatiser la population chinoise.

Coronavirus, masque, maladie
©Geralt/Pixabay

"Nous avons désormais un nom pour la maladie : COVID-19" indique l'OMS dans son tweet.

Pourquoi COVID-19 ?

  • CO : corona (coronavirus étant une famille de virus variée)
  • VI : virus
  • D : disease ("maladie", en anglais)
  • 19 : 2019, année de l'apparition du virus

Les virus qui ont alerté la population mondiale ces dernières années comme Ebola ou Zika sont des noms fort peu scientifiques et ont tendance à stigmatiser les régions dans lesquelles elles ont été détectées. Ebola étant une rivière de la république démocratique du Congo et Zika, le nom d'une forêt tropicale en Ouganda.

L'OMS souhaite ne pas stigmatiser et donc ne pas inclure de détails géographiques, de noms de personnes, d'espèces animales ou d'aliments. Les références culturelles, industrielles ou civilisationnelles sont également à éviter. L'organisation espère diminuer les stéréotypes racistes qui ont émergés sur les réseaux sociaux ces dernières semaines en empêchant l'utilisation de "coronavirus chinois".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Covid-19 : "Être plus vigilant en Bourgogne-Franche-Comté qu’ailleurs"

Point de situation • Le préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté a établit un nouveau point de situation ce vendredi 27 novembre 2020 après l’allocution d’Emanuel Macron sur le déconfinement progressif en trois étapes et conditionné par la situation épémiologique en France. La circulation du virus reste cependant très intense en Bourgogne-Franche-Comté est la deuxième région la plus touchée par la Covid derrière Auvergne-Rhône-Alpes. Les départements de l’Yonne et du Doubs (notamment le secteur de Pontarlier) sont aujourd’hui le plus impactés par la circulation du virus.

Santé

Stations de ski : "Monsieur le Président, ne tuez pas la montagne Française"

Grogne •

Une manifestation samedi à Gap, un courrier à Emmanuel Macron. Alors que la Suisse, l'Autriche et la Bulgarie ont décidé d'ouvrir leurs stations  en décembre, des élus exhortent le Président à revenir sur la décision de fermer les remontées mécanique. Dans cette polémique, le régionaliste Jean-Philippe Allenbach y va de son laïus. "Si nous étions un canton suisse, nos stations de ski seraient ouvertes" en Franche-Comté.

Covid-19 : "Être plus vigilant en Bourgogne-Franche-Comté qu’ailleurs"

Point de situation • Le préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté a établit un nouveau point de situation ce vendredi 27 novembre 2020 après l’allocution d’Emanuel Macron sur le déconfinement progressif en trois étapes et conditionné par la situation épémiologique en France. La circulation du virus reste cependant très intense en Bourgogne-Franche-Comté est la deuxième région la plus touchée par la Covid derrière Auvergne-Rhône-Alpes. Les départements de l’Yonne et du Doubs (notamment le secteur de Pontarlier) sont aujourd’hui le plus impactés par la circulation du virus.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.82
ciel dégagé
le 30/11 à 0h00
Vent
1.41 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
97 %

Sondage