Covid-19 : la Bourgogne Franche-Comté, deuxième région la plus touchée par la hausse des décès lors de la 2e vague

Publié le 12/01/2021 - 11:00
Mis à jour le 14/01/2021 - 16:27

Selon une étude de l'Insee publiée le 11 janvier 2021, entre le 1er septembre et le 28 décembre 2020, 11 976 décès, toutes causes confondues, ont été enregistrés en Bourgogne-Franche-Comté, soit 25 % de plus qu’en 2019 et 27 % de plus qu’en 2018. La Bourgogne Franche-Comté est la deuxième région la plus impactée par la hausse des décès lors de la 2e vague. Cette évolution est toutefois encore provisoire et sera révisée à la hausse dans les prochaines semaines.

L’excédent de décès en Bourgogne-Franche-Comté depuis la rentrée, pourtant modéré durant le mois de septembre, s’est progressivement accru au cours du mois d’octobre et dépasse désormais celui de la moyenne nationale (+ 16 %) après trois semaines de hausses consécutives.

Lors de la première vague, le pic fut atteint durant la journée du 6 avril avec 158 décès enregistrés. Le nombre de décès quotidiens a par la suite rapidement chuté. Il est revenu à des niveaux équivalents aux précédentes années à partir du 26 avril, soit une baisse du nombre de décès quotidiens de 44 % en vingt jours. Sauf nouveau rebond, la journée du 6 novembre pourrait marquer le pic de cette seconde vague avec 153 décès survenus ce jour-là. Toutefois, et contrairement au printemps dernier, ce pic n’a pas été immédiatement suivi d’une baisse forte et continue de la mortalité.

Le niveau reste élevé mais s’est stabilisé : il oscille encore autour des 120 décès quotidiens depuis presque 2 mois.

À l’échelle nationale, l’évolution des décès durant cette seconde crise sanitaire diffère quelque peu. Après un pic confirmé le 7 novembre (2 330 décès), le nombre de décès a progressivement diminué mais à un rythme moindre que lors de la première vague. Selon les données provisoires, l’excédent de décès par rapport à 2019 n’est ainsi plus que de 5 % durant la deuxième quinzaine de décembre (contre 22 % au cours de la deuxième quinzaine d’octobre). Entre le 16 et le 28 décembre, 1 890 décès ont été enregistrés en moyenne chaque jour.

©

Excédent de décès par rapport à 2019 : La Bourgogne-Franche-Comté est désormais la deuxième région la plus touchée lors de cette deuxième vague

Depuis le 1er septembre, l’augmentation du nombre de décès par rapport à 2019 est la plus importante en Auvergne-Rhône-Alpes (+ 37 %), suivie désormais de Bourgogne-Franche-Comté (+ 25 %), puis Guadeloupe (+ 22 %), Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 21 %). La surmortalité dans les régions de l’ouest de la France est, en revanche, nettement plus faible. Le taux sont de 3 % pour la Bretagne, de 6 % pour les Pays de la Loire et de 9 % pour la Nouvelle-Aquitaine. En Guyane et à La Réunion, le nombre de décès est en légère baisse par rapport à l'année précédente (respectivement - 2 % et - 3 %).

En Bourgogne-Franche-Comté, la Haute-Saône est devenue le département de la région qui enregistre la plus forte progression des décès par rapport à 2019 (+ 34 %) suivie de la Saône-et- Loire (+ 33 %), de la Côte-d’Or (+ 28 %). Elle est de 25 % dans le Territoire de Belfort et le Jura. Elle est inférieure à 20 % dans le Doubs et l’Yonne. La Nièvre est le seul département de la région où ce taux est en-dessous de la moyenne nationale (+ 16 %).

©

Par rapport à 2019, le nombre de décès chez les personnes âgées de 65 ans ou plus en fort progression

Depuis la rentrée, le nombre de décès augmente de 29 % par rapport à 2019 pour les 85 ans ou plus, de 28 % pour les personnes âgées de 75-84 ans, de 23% chez les 65-74 ans, de 7 % chez les 50-64 ans et de 3 % chez les moins de 50 ans.

L'augmentation du nombre de décès s'accélère depuis mi-octobre et concerne surtout les classes d'âge au-delà de 65 ans, et en particulier chez les 85 ans ou plus qui représentent en moyenne près de la moitié des décès.

Alors que le mois de septembre s'est caractérisé par moins de décès parmi les personnes âgées de 85 ans ou plus par rapport à l'année précédente (principalement dans le Doubs, la Haute- Saône et l'Yonne), la tendance s'est inversée au cours du mois d'octobre et le nombre de décès a fortement augmenté depuis. Entre le 1er novembre et le 28 décembre, cette seule classe d'âge enregistre 3 600 décès contre 2 400 l'année précédente (+ 50 %).

Tous âges confondus, le nombre de décès augmente sur cette période entre 2019 et 2020 de 25 % pour les femmes et de 24 % pour les hommes.

©

Note méthodologique :

Exceptionnellement, l’Insee diffuse le nombre de décès par jour et par département. Il s’agit de décès toutes causes confondues et pas seulement des décès liés à la Covid-19. Les décès sont enregistrés dans la commune où ils ont eu lieu (et non au lieu de résidence), à la date du décès. Les décès survenus pendant une période en 2020 sont comparés aux décès survenus pendant la même période en 2019 (et parfois 2018). Lorsque les décès 2020 sont supérieurs à ceux de 2019 (ou en 2018), on parle d’excédent de décès.

L’analyse des décès entre le 1er septembre et le 28 décembre porte sur les décès transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l’Insee (statistiques à la date du 8 janvier 2021).

Il est important de noter que ces données sont très provisoires et seront révisées à chaque nouvelle publication. Les données les plus récentes sont incomplètes car les communes ont une semaine pour transmettre les données et le délai de transmission varie en fonction du jour de la semaine. La rapidité de remontée de ces informations varie également selon les départements et pourrait être perturbée par les mesures de confinement, de même que le choix des modalités de transmission (dématérialisé ou courrier postal).

Les variations d’une année sur l’autre peuvent aussi être importantes, en particulier les mois d’hiver, l’effet de la grippe saisonnière étant très différent d’une année sur l’autre, à la fois par son ampleur et par sa durée.

Les données sont disponibles sous forme de tableaux, cartes et graphiques sur le site de l’Insee.

www.insee.fr/fr/statistiques

Pour plus d'informations, vous pouvez également télécharger la note méthodologique complète à cette adresse :

www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/note_methodo_deces_quotidiens.pdf

Les statistiques diffusées sont provisoires et sont actualisées toutes les semaines.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : jeunes de Bourgogne Franche-Comté, « ne restez pas seuls ! »

Dans un communiqué du 13 janvier 2021, Denis Lamard, conseiller régional Bourgogne Franche-Comté délégué à la jeunesse et la vie associative et président du CRIJ de Bourgogne Franche-Comté, appelle les jeunes à ne pas rester seuls en cette longue période de crise sanitaire et de travail à distance…

Variant britannique du Covid-19 : la première contamination à Rennes ne correspond pasLire plus

La première contamination du cluster détecté près de Rennes dans un centre gériatrique ne correspond pas au variant britannique du coronavirus VOC 202012/1 , a annoncé vendredi l'agence régionale de santé (ARS) Bretagne.

Jeudi, le ministère de la Santé avait annoncé la détection de deux « clusters à risque » du variant britannique du coronavirus, plus transmissible, en Bretagne et à Bagneux, en Île-de-France.

Covid-19 : les premières vaccinations du personnel effectuées au CHU de Besançon

Après avoir réceptionné les 4.875 premières doses du vaccin Pfizer-BioNTech anti-covid le 5 janvier 2021, le CHU de Besançon a commencé à assurer les approvisionnements en vaccins sur son territoire et a ouvert son centre de vaccination anti-Covid. La campagne de vaccination a également démarré ce jeudi 7 janvier pour les personnels du CHU.

Société

La situation de l’apprenti du boulanger de Besançon en grève de la faim est régularisée

+ réaction de la maire de Besançon • Stéphane Ravacley, boulanger de la rue Rivotte à Besançon, a gagné son combat. Son apprenti d'origine guinéenne, Laye Traoréiné, a été régularisé, apprend-on ce 14 janvier 2021. Après plus d'une semaine de grève de la faim, le boulanger avait fait un malaise ce mardi vers 8h30. Il avait été conduit aux urgences de Besançon.

Boulanger en grève de la faim à Besançon : le MRAP exige la régularisation de Laye Fodé Traoréiné

Dans un communiqué du 13 janvier, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon déclare son soutien au combat du boulanger Stéphane Ravacley en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fodé Traoréiné, et demande la régularisation de ce dernier.

Covid-19 : jeunes de Bourgogne Franche-Comté, « ne restez pas seuls ! »

Dans un communiqué du 13 janvier 2021, Denis Lamard, conseiller régional Bourgogne Franche-Comté délégué à la jeunesse et la vie associative et président du CRIJ de Bourgogne Franche-Comté, appelle les jeunes à ne pas rester seuls en cette longue période de crise sanitaire et de travail à distance…

Le boulanger en grève de la faim contre l’expulsion de son apprenti conduit aux urgences

Notre journaliste avait rencontré Stéphane Ravacley, boulanger de Besançon, ce lundi vers 17h00. Ce dernier qui se trouvait en forme hier, a fait un malaise ce mardi 12 janvier 2021 vers 8h30. Il a été conduit aux urgences après plus d'une semaine grève de la faim.

Covid-19 : la Bourgogne Franche-Comté, deuxième région la plus touchée par la hausse des décès lors de la 2e vague

Selon une étude de l'Insee publiée le 11 janvier 2021, entre le 1er septembre et le 28 décembre 2020, 11 976 décès, toutes causes confondues, ont été enregistrés en Bourgogne-Franche-Comté, soit 25 % de plus qu’en 2019 et 27 % de plus qu’en 2018. La Bourgogne Franche-Comté est la deuxième région la plus impactée par la hausse des décès lors de la 2e vague. Cette évolution est toutefois encore provisoire et sera révisée à la hausse dans les prochaines semaines.

Boulanger de Besançon en grève de la faim depuis 9 jours : « Non, je ne suis pas suicidaire, je fais attention »

Après 9 jours de grève de la faim pendant lesquels Stéphane Ravacley s'est nourri exclusivement de bouillons, et 8kg en moins, nous lui avons rendu visite lundi 11 janvier dans son fournil de la rue Rivotte à Besançon pour prendre de ses nouvelles ainsi que celles de Laye Traoréiné, son apprenti guinéen.

Sondage – Pensez-vous que la grève de la faim de Stéphane Ravacley est utile pour éviter l’expulsion de son apprenti guinéen ?

Depuis le 3 janvier dernier, Stéphane Ravacley, boulanger à Besançon est en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fadé Traoréiné. Pensez-vous que cette action est utile au jeune homme pour rester à Besançon et éviter l'expulsion ?
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.31
légères chutes de neige
le 15/01 à 15h00
Vent
3.23 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
98 %

Sondage