Covid-19: trois fois plus de risques de soins intensifs pour les hommes (étude)

Publié le 11/12/2020 - 15:20
Mis à jour le 11/12/2020 - 16:38

Les hommes contaminés par le Sars-CoV-2 ont trois fois plus de risques que les femmes d’être admis en soins intensifs, et également plus de risques d’en mourir, selon une étude qui met en cause les différences biologiques entre les deux sexes. En Bourgogne-Franche-Comté, on compte par exemple actuellement 144 hommes en réanimation contre 58 femmes. 

illustration © AP
illustration © AP

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les experts ont noté un nombre plus important de cas graves chez les hommes.

Pour obtenir des informations plus précises, les auteurs de cette étude publiée mercredi dans Nature Communications ont analysé les données issues de 46 pays et de 44 Etats des Etats-Unis du 1er janvier au 1er juin, soit 3,1 millions de cas confirmés de Covid-19.

Selon ces données, il n'y a pas de différence entre hommes et femmes pour la contamination, "exactement" la moitié des cas confirmés étant des hommes.

En revanche, la probabilité pour un malade homme d'être hospitalisé en soins intensifs est presque trois fois plus élevée (2,84 fois) que pour une femme, et la probabilité de décéder est également plus importante (1,39 fois).

Ce phénomène est "mondial", hormis quelques exceptions, souligne l'étude, qui explique cette situation principalement par des facteurs biologiques.

Nombre de patients hospitalisés en réanimation en Bourgogne Franche-Comté  (au 9/12/20)

Secteur Réanimations hommes (9/12/20) Réanimations femmes (9/12/20)
Côte d'Or 32 13
Doubs 33 17
Jura 8 1
Nièvre 2 3
Haute-Saône 7 2
Saône-et-Loire 28 11
Yonne 17 7
Territoire-de-Belfort 17 4
Bourgogne Franche-Comté

 

144 58

Se basant sur d'autres études déjà publiées, les auteurs évoquent le fait que les femmes produisent naturellement plus d'interféron de type 1, substance qui limite la réponse immunitaire anormale ("l'orage de cytokine") pointée du doigt dans les formes graves de Covid-19. Elle produisent également plus de lymphocytes T qui tuent les cellules infectées.

La présence chez les femmes de l'hormone "féminine" oestradiol offrirait également une protection plus importante contre l'infection. Au contraire, la testostérone limiterait la réponse immunitaire chez les hommes, indique l'étude.

Au-delà de cette "véritable différence biologique", les auteurs évoquent également l'éventualité qu'entre en ligne de compte la présence de co-morbidités plus importantes chez les hommes.

Mais ils pointent du doigt le manque de données pouvant permettre d'évaluer le rôle de ces facteurs additionnels. Ils notent toutefois qu'il n'existe pas de différence majeure entre les deux sexes au niveau mondial pour deux co-morbidités augmentant le risque de formes graves de Covid: l'hypertension et le diabète. Même si d'autres études sont nécessaires, "ces données ont des implications sur la prise en charge clinique du Covid-19", estime l'étude.

"Ces données pourraient aider les médecins à réaliser que le sexe est un véritable facteur de risque pour les formes graves, quand ils s'occupent des patients", a précisé à l'AFP le Dr Kate Webb de l'université du Cap en Afrique du Sud, évoquant également une possible implication pour les vaccins.

"D'autres vaccins (...) ont montré des réponses différentes selon les sexes. Il reste à déterminer si ce sera le cas avec le vaccin du Sars-CoV-2 mais nous espérons que notre étude souligne le besoin d'inclure le sexe comme variable dans la recherche sur les vaccins", a-t-elle ajouté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.27
couvert
le 29/05 à 9h00
Vent
4.37 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
70 %