De cinq ans de prison à la perpétuité requis au procès des attentats de janvier 2015 à Paris

Publié le 08/12/2020 - 17:16
Mis à jour le 08/12/2020 - 17:22

Le parquet national antiterroriste a requis mardi 8 décembre 2020 des peines allant de cinq ans de prison à la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre des 14 accusés jugés au procès des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, une policière de Montrouge et l’Hyper Cacher.

©Alexane Alfaro ©
©Alexane Alfaro ©

Les peines les plus lourdes, soit la perpétuité, ont été réclamées contre Mohamed Belhoucine, jugé par défaut pour "complicité" de crimes terroristes et présumé mort en Syrie, et contre Ali Riza Polat, présenté comme le "bras droit" du tueur de l'Hyper Cacher Amedy Coulibaly.

M. Polat, 30 ans au moment des faits, "a occupé tout au long de ce procès une place particulière", a souligné dans son réquisitoire l'un des deux avocats généraux, Jean-Michel Bourlès, en décrivant un accusé "impulsif, intolérant à la frustration, intolérant à la contradiction". Ali Riza Polat "connaissait nécessairement, indubitablement, la proximité avérée de Coulibaly avec l'idéologie jihadiste", a estimé M. Bourlès. "Même s'il le conteste", il avait "une connaissance précise du projet terroriste", a ajouté le magistrat, en notant que l'accusé avait côtoyé "tous les protagonistes" du dossier et était apparu "à chaque stade de la préparation" des attentats.

Le parquet a réclamé trente ans de réclusion assortie d'une période de sûreté des deux tiers à l'encontre d'Hayat Boumeddiene, ex-compagne d'Amedy Coulibaly, jugée en son absence car introuvable depuis sa fuite en Syrie quelques jours avant les attentats. Cette figure du jihad féminin hexagonal "a eu un rôle important dans la préparation des crimes commis par son mari", a estimé la deuxième avocate générale, Julie Holveck, en insistant sur la radicalisation de la jeune femme. "Elle a fait ses choix en conscience", a-t-elle insisté.

De lourdes peines ont également été demandées concernant les 11 autres accusés, jugés pour leur soutien logistique présumé aux frères Cherif et Saïd Kouachi et à Amedy Coulibaly, auteurs des attaques qui ont fait 17 morts et soulevé une onde de choc mondiale.

Vingt ans ont ainsi été réclamés contre Nezar Mickael Pastor Alwatik, ancien codétenu d'Amedy Coulibaly décrit comme radicalisé, et dix-sept et treize ans contre Amar Ramdani et Saïd Makhlouf, accusés d'avoir recherché des armes pour le tueur de l'Hyper Cacher dans le cadre d'une filière "lilloise".

Concernant Metin Karasular, Michel Catino, Abdelaziz Abbad et Miguel Martinez, impliqués dans le volet "belgo-ardennais" du dossier, le parquet a requis quinze à dix-huit ans de prison. "Ils possédaient les clés pour comprendre que leurs interlocuteurs évoluaient dans un milieu radicalisé", a-t-il jugé.

Les magistrats ont par ailleurs réclamé sept ans d'emprisonnement, assortis d'une période de sûreté des deux tiers, à l'encontre de Mohamed Fares, pour lequel ils souhaitent que la qualification terroriste soit abandonnée. Elle l'avait déjà été pendant l'instruction pour Christophe Raumel, contre lequel cinq ans de prison ont été requis.

Le verdict est attendu le 16 décembre.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.61
légère pluie
le 17/04 à 18h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
89 %