Dijon : la présidente du groupe PS à l'Assemblée prône la "social-écologie" contre les inégalités à l'origine des "gilets jaunes"

Publié le 05/12/2018 - 08:21
Mis à jour le 05/12/2018 - 08:27

La présidente du groupe PS à l’Assemblée, Valérie Rabault, a plaidé ce mardi 4 décembre dans la soirée lors d’une conférence à Dijon pour la mise en oeuvre d’une « social-écologie » contre les inégalités qui ont conduit selon elle à « la situation des +gilets jaunes+ aujourd’hui ».

 "On ne peut pas pénaliser les gens qui n'ont pas d'autre moyen, parce qu'il n'y a pas de transports en commun, que de prendre leur voiture pour aller travailler", a fait valoir Mme Rabault, jugeant "indispensable" de mettre les
questions sociales et écologiques "sur un pied d'égalité".

"Si vous ne le faites pas, vous vous retrouvez dans la situation des +gilets jaunes+ aujourd'hui, où vous avez les taxes énergétiques qui ont augmenté de manière phénoménale, alors même que ceux qui contribuent le plus à les payer sont ceux qui sont les plus pauvres", a-t-elle poursuivi.

La responsable politique a notamment appelé à s'inspirer de l'impôt sur le revenu, pour lequel "on a inventé des tranches en fonction du revenu. Il faut faire la même chose sur la transition énergétique".

Les inégalités sociales renforcent aussi, selon Mme Rabault, le réchauffement climatique. "Comment peut-on acheter du bio pour manger si on a des revenus peu élevés, comment peut-on rénover son logement quand on arrive pas à boucler les fins de mois?", a-t-elle interrogé."Les premières victimes du réchauffement, des pesticides et de tous les problèmes environnementaux que nous pouvons avoir ce sont essentiellement les Français qui ont les revenus les moins élevés.

La "social-écologie"

Valérie Rabault s'exprimait lors d'une conférence sur le thème: "la social-écologie, une chance pour l'Europe ?", à la Burgundy School of Business -l'école de commerce de Dijon, dont le nom est en anglais.

D'autres personnalités socialistes, le maire de Dijon François Rebsamen, le maire du Mans Stéphane Le Foll et l'ancien président du Parlement européen Martin Schulz, étaient également invitées. La "social-écologie" est devenue en 2015 le slogan du PS et une feuille verte est apparue sur son logo.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l’ont à nouveau chanté. Moins d’une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d’après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux « premiers de corvée »

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d’Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s’est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les « Livres dans le Boucle ». La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : “Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre…”

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu’un bilan, c’est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Politique

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 22.82
couvert
le 13/04 à 15h00
Vent
2 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
54 %