Les élus communistes demandent le retrait de l'arrêté anti-mendicité

Publié le 22/08/2018 - 12:14
Mis à jour le 22/08/2018 - 13:54

#jesuisassis • A l’instar des élus EELV, les élus communistes de la majorité plurielle du maire de Besançon (LREM) réclament le retrait de l’arrêté en vigueur depuis le 9 juillet stipulant l’interdiction de la mendicité « accompagnée ou non d’animaux » dans les rues du centre-ville. Le France insoumise s’insurge également .

© Valentin Machard ©
© Valentin Machard ©

Pourquoi les élus de la majorité ont suivi le maire dans la prise de l’arrêté anti-mendicité en vigueur depuis le 9 juillet dans les rues du centre-ville de Besançon. De nombreux Bisontins et internautes s’interroge sur les réseaux sociaux. Le mouvement #jesuisassis #jesuisassise obligent les élus à s’expliquer.

Les élus EELV et communistes parlent d'une réunion de municipalité le 2 juillet lors de laquelle a été abordée la question de la tranquillité publique. Tous admettent un vrai problème au centre-ville. L'union des commerçants de Besançon a d'ailleurs soutenu Jean-Louis Fousseret dans sa démarche.

"Les élu-e-s communistes présents à cette réunion ont émis des remarques et des mises en garde sur les dérives de ce type de méthode" indiquent-ils dans un communiqué." Il nous a été répondu que la décision serait prise par le maire malgré une éventuelle opposition des groupes politiques. Pris par l'urgence d'autres dossiers importants, nous n'avons pas informé largement sur cet arrêté" se justifient-ils aujourd'hui.

En évoquant un arrêté "confus et lourd de dérive" les élus communistes demandent le retrait de ce dernier et demande "l'exploration d'autres solutions" impliquant dans la décision les premiers concernés : habitants, SDF, commerçants, etc.  Ils soutiennent par ailleurs les actions citoyennes allant de la pétition (2400 signataires) jusqu'au rassemblement prévu le 1er septembre.

France insoumise : "Stop à la chasse aux pauvres !"

De son côté, la France insoumise de Besançon demande également le retrait d'un arrêté honteux. "On ne peut retirer le droit de s’asseoir dans la rue, le droit d’y demander de quoi vivre et survivre de la générosité des passant.es. La rue, l’espace public sont le dernier bien commun qui reste à celles et ceux qui n’ont plus rien. Les en priver est indigne. On ne combat pas la misère en la mettant sous le tapis" indique le parti dans un communiqué.

"Nous continuons encore et toujours à dénoncer la chimère monstrueuse que constitue cette majorité LREM – PS – PCF - EELV, qui a permis que cet arrêté voie le jour. Besançon n’est pas une ville « en marche », et cet arrêté va à rebours de toute la tradition humaniste et sociale de la ville. Tradition incarnée notamment par la mise en place dès les années 60 du Minimum Social Garanti (MSG), ancêtre du RMI".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

arrêté anti-mendicité Besançon

Conseil municipal : les élus LR fustigent la majorité “atomisée” de Jean-Louis Fousseret

Le conseil municipal de Besançon post-polémique autour de l’arrêté anti-mendicité s’annonce houleux ce jeudi 20 septembre 2018. Entre la création d’un intergroupe au sein de la majorité plurielle du maire LREM de Besançon, l’opposition a tenu à s’exprimer. Dans un message posté sur Facebook, le conseiller municipal LR Ludovic Fagaut parle d’une majorité atomisée et émet le souhait de faire avancer certains dossiers…

Election municipale 2020, arrêté polémique, majorité fissurée… : qu’en pense le maire de Besançon ?

VIDEO • L’été 2018 a été tumultueux pour le maire à Besançon : entre polémique autour de l’arrêté dit « anti-mendicité », la création d’un intergroupe au sein de la majorité du conseil municipal ou encore les positionnements pour sa succession, comment voit-il la suite de son mandat jusqu’à l’élection municipale en 2020 ?

Municipales à Besançon : Dahoui appelle au rassemblement de la gauche

A moins de deux ans des élections municipales et suite à la fissure de la majorité plurielle renforcée par la polémique de l’arrêté anti-mendicité du maire LREM de Besançon, l’adjoint au maire (PS) en charge de l’éducation appelle dans une tribune au rassemblement de « toute la gauche bisontine ». Pour lui, il est impérieux que la majorité municipale tienne bon. Encore faut-il que les différentes composantes de la gauche à Besançon puissent se parler.

Politique

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Européennes : le ministre Jean-Noël Barrot sera présent à Belfort ce vendredi 17 mai

Dans le cadre des élections européennes, Christophe Grudler, député européen et candidat sur la liste ''Besoin d'Europe'' a invité Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l'Europe pour une réunion publique qui se tiendra à Belfort le vendredi 17 mai 2024 à partir de 18h30 à la Maison du Peuple.

Élections européennes : les candidats invités à débattre sur les questions agricoles dans une ferme du Jura

Dans le cadre des prochaines élections européennes qui auront lieu le 9 juin 2024, les Jeunes agriculteurs de la région Bourgogne-Franche-Comté et la FRSEA invitent les candidats à débattre de leur programme autour des questions agricoles au sein d’une exploitation située à Saint-Baraing. 

Demande de protection fonctionnelle à Anne Vignot lors du prochain conseil municipal

Durant le prochain conseil municipal qui aura lieu jeudi 16 mai 2024, les élus seront amenés à délibérer sur l'octroi de la protection fonctionnelle à la Maire de Besançon suite aux propos violents et menaçants reçus personnellement sur les réseaux sociaux à la suite de son dépôt de plainte contre l’action du collectif Némésis menée durant le carnaval de Besançon le 7 avril dernier. 

Anne Vignot sur les relations entre Besançon et Dijon : ”On n’est pas des copains, mais…” 

EXCLUSIVITÉ • Lors de l’inauguration de l’exposition Made in Germany au musée des Beaux-Arts de Besançon le 3 mai dernier, c’était la première fois que l’on voyait les maires de Besançon et Dijon réunis dans un même projet, voire complices, avec des discours positifs et élogieux l’un envers l’autre. On le sait, les relations entre les maires de Besançon et de Dijon n’ont jamais été particulièrement au beau fixe, alors qu’en est-il dans les coulisses ? Les élu(e)s d'une région doivent-ils forcément s'entendre et collaborer ? On a rencontré Anne Vignot pour en parler...

Remplacer la place de la Révolution par la place Charles Quint : la proposition du MFC rejetée

Fin 2023, la Ville de Besançon a mis en place des ”Ateliers citoyens” permettant aux Bisontin(e)s de faire des propositions sur tout sujet concernant la vie locale. Celles ayant obtenu le plus de suffrages, lors d'un vote en ligne du 15 mai au 5 juin, feront alors l'objet d'un vote en conseil municipal. Mais la proposition du Mouvement Franche-Comté est jugée irrecevable.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.34
nuageux
le 20/05 à 6h00
Vent
1.52 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
96 %