Energie: les projets biomasse francs-comtois au point mort

Publié le 26/10/2010 - 16:53
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:48

Les trois centrales de production d’électricité à partir de la combustion de biomasse ne sont toujours pas sorties de terre «à cause d’un manque de concertation à tous les étages».

 ©
©
Dans une étude présentée ce mardi à Besançon, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s'est posé la question de savoir si la biomasse, ensemble des matières organiques pouvant devenir source d'énergie par combustion, pouvait constituer une opportunité pour la forêt franc-comtoise.

L'énergie tirée de la biomasse est considérée comme une énergie renouvelable et bénéficie par conséquent des encouragements de l'Etat qui a sélectionné trois entreprises en Franche-Comté pour mettre en place des centrales de production d'électricité à partir de la combustion de biomasse en l'occurrence du bois et des sous produits du bois. Mais ces projets, dont les appels d'offre remontent à 2008, sont aujourd'hui suspendus aussi bien chez Solvay à Tavaux (39), qu'à la Papeterie du Doubs à Novillars (25) et à la Compagnie française du panneau à Corbenay (70).

« Tout le monde a été mis devant le fait accompli », constate Evelyne Pujo, rapporteur de ce dossier dont s'est emparé le CESE en autosaisine. « C'est bien de pousser les industriels à utiliser des énergies nouvelles, mais les professionnels de la filière n'ont pas été sollicités. Il y a eu un manque total de concertation », a-t-elle souligné en mettant également en évidence « l'absence de chiffres fiables et le manque de transparence ».

Pourtant, ce n'est pas le bois qui manque dans l'une des régions les plus boisées de France recouverte de forêts sur 43% de sa surface. Reste que pour alimenter les trois centrales franc-comtoises, il faudrait 500 000 tonnes de rémanents (restes de branches ou de troncs abandonnées dans les bois). « Comment faire face à des projets d'une telle envergure avec une ressource difficilement mobilisable et en imaginant des modes de transports doux », s'interroge Evelyne Pujo qui prône « une approche globale en mettant les gens autour de la même table ».

Autrement dit, ces projets évolueront favorablement à condition de le faire en concertation. « Les producteurs sont d'accord, les industriels aussi et les pouvoirs publics soutiennent. De ce semi échec, voyons ce qu'on peut en tirer car ce bilan ne doit pas remettre en cause l'existence même de tels projets », conclut la conseillère du CESE.

Il est également indispensable de tenir compte de certaines contraintes. Le morcellement des forêts privées n'est pas la moindre. Même si la forêt franc-comtoise a l'avantage d'être majoritairement publique, la partie appartenant à des propriétaires privés est extrêmement éclatée. Ce qui est également le cas des entreprises forestières souvent de très petite taille et qui doivent réfléchir à une meilleure structuration.

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.2
partiellement nuageux
le 29/02 à 18h00
Vent
1.51 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
75 %