Envie de savoir si vous avez eu le Coronavirus ?

Publié le 14/05/2020 - 17:03
Mis à jour le 20/05/2020 - 16:37

Après avoir eu des suspicions sur des symptômes proches du Covid-19 au mois de février 2020, j’ai décidé d’effectuer une prise de sang ou test sérologique au laboratoire rue Gambetta à Besançon. Résultats transmis sous 24h00 chrono.

Assez contesté sur sa fiabilité notamment en terme d'immunité, le test sérologique suscite le débat depuis quelques temps dans la sphère scientifique. En effet, certains diront que le test permet de voir si une personne a contracté le virus tout en assurant son immunité tandis que d'autres affirment que l'immunité n'est pas assurée...  De plus en plus de laboratoires proposent le test sanguin comme celui rue Gambetta à Besançon.

Après un appel téléphonique passé au laboratoire pour savoir s'il y avait un créneau de libre vers 12h00 ce mercredi, la standardiste m'a répondu qu'aucune prise de rendez-vous n'était nécessaire (ni d'ordonnance). Je m'y suis donc rendue à 12h10. Armée de mon masque,  je rencontre un premier obstacle, la porte d'entrée à tirer (heureusement, un distributeur de gel hydroalcoolique se trouvait à l'entrée du laboratoire).

Aucune attente. Personne ne se trouve dans la salle. Je suis donc immédiatement prise en charge par la standardiste qui me demande l'objet de ma venue. Après avoir expliqué que je souhaitais effectuer un test sérologique, on me tend un papier d'information : "C'est pour que vous compreniez bien la démarche". La feuille compte quatre paragraphes :

  • Que dépiste le test ?
  • Cinétique de l'apparition des anticorps anti-covid-19
  •  Les limites du test sérologique (qui n'exclut pas une contamination récente)
  • Le Prix du test (30 €)

Le tout est complété d'une dernière phrase : "quel que soit le résultat, vous devez continuer à respecter les gestes barrières".

Après avoir lu cette première feuille, une deuxième m'est adressée. Elle a pour but de "mentionner ce pour quoi vous avez décidé de faire le test afin qu'il n'y ait pas d'erreur", m'indique-t-on. Après l'avoir signée, je règle le montant de 30 € (qui ne sera pas remboursé). La standardiste m'informe toutefois qu'il est possible que certains employeurs prennent en charge cette note quand elle est demandée par l'entreprise ou encore par certaines mutuelles.

Un troisième document intitulé "Fiche de renseignements" m'est donné. Plusieurs indications sont demandées : le détail et la date des signes cliniques, la prise en charge ou non, le contexte (à avoir existence d'une maladie chronique) vaccination contre la grippe, demande pour une reprise du travail... Le tout doit être signé.

La minute suivante, je suis appelée en salle de test. Après avoir pris les documents, l'infirmière prélève deux fioles. Elle me demande mon accord pour l'exécution de tests complémentaires si ce dernier s'avérait positif. Ce à quoi j'acquiesce. En remettant ma veste, je constate que l'infirmière désinfecte le siège sur lequel je venais de m'assoir. "Vous aurez les résultats sous 24 à 48h00 par mail", m'assure-t-on. Pour celles et ceux qui le souhaite, le document peut également être envoyé au médecin traitant.

Rapide. Efficace. La démarche m'aura pris en tout à peine 15 minutes.

Infos +

Laboratoire 16 rue Gambetta à Besançon

  • A partir du lundi 11 mai, prélèvements réservés COVID-19 dans votre laboratoire : du lundi au vendredi de 13h30 à 16h30 uniquement.
  • Pour tous les autres prélèvements, ouvert du lundi au vendredi de 7h30 à 12h30

Sans rendez-vous sauf pour les prélèvements suivants :

- prélèvements bactériologiques : gynécologiques, urétraux, prélèvements divers (peau, ongles, cheveux), recherche de gale, frottis de dépistage,
- gaz du sang,
- prélèvements chez les enfants de moins de 5 ans.

2 Commentaires

Donnez plutôt 30 euros à l'hôpital public
Publié le 14 mai 2020 à 18h09 par Alain DAGON • Membre
C'est de la publicité ?
Publié le 14 mai 2020 à 17h17 par grlulu • Membre

2 commentaires

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.37
légère pluie
le 29/05 à 21h00
Vent
4.46 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
96 %