Envie de savoir si vous avez eu le Coronavirus ?

Publié le 14/05/2020 - 17:03
Mis à jour le 20/05/2020 - 16:37

Après avoir eu des suspicions sur des symptômes proches du Covid-19 au mois de février 2020, j'ai décidé d'effectuer une prise de sang ou test sérologique au laboratoire rue Gambetta à Besançon. Résultats transmis sous 24h00 chrono.

Assez contesté sur sa fiabilité notamment en terme d'immunité, le test sérologique suscite le débat depuis quelques temps dans la sphère scientifique. En effet, certains diront que le test permet de voir si une personne a contracté le virus tout en assurant son immunité tandis que d'autres affirment que l'immunité n'est pas assurée...  De plus en plus de laboratoires proposent le test sanguin comme celui rue Gambetta à Besançon.

Après un appel téléphonique passé au laboratoire pour savoir s'il y avait un créneau de libre vers 12h00 ce mercredi, la standardiste m'a répondu qu'aucune prise de rendez-vous n'était nécessaire (ni d'ordonnance). Je m'y suis donc rendue à 12h10. Armée de mon masque,  je rencontre un premier obstacle, la porte d'entrée à tirer (heureusement, un distributeur de gel hydroalcoolique se trouvait à l'entrée du laboratoire).

Aucune attente. Personne ne se trouve dans la salle. Je suis donc immédiatement prise en charge par la standardiste qui me demande l'objet de ma venue. Après avoir expliqué que je souhaitais effectuer un test sérologique, on me tend un papier d'information : "C'est pour que vous compreniez bien la démarche". La feuille compte quatre paragraphes :

  • Que dépiste le test ?
  • Cinétique de l'apparition des anticorps anti-covid-19
  •  Les limites du test sérologique (qui n'exclut pas une contamination récente)
  • Le Prix du test (30 €)

Le tout est complété d'une dernière phrase : "quel que soit le résultat, vous devez continuer à respecter les gestes barrières".

Après avoir lu cette première feuille, une deuxième m'est adressée. Elle a pour but de "mentionner ce pour quoi vous avez décidé de faire le test afin qu'il n'y ait pas d'erreur", m'indique-t-on. Après l'avoir signée, je règle le montant de 30 € (qui ne sera pas remboursé). La standardiste m'informe toutefois qu'il est possible que certains employeurs prennent en charge cette note quand elle est demandée par l'entreprise ou encore par certaines mutuelles.

Un troisième document intitulé "Fiche de renseignements" m'est donné. Plusieurs indications sont demandées : le détail et la date des signes cliniques, la prise en charge ou non, le contexte (à avoir existence d'une maladie chronique) vaccination contre la grippe, demande pour une reprise du travail... Le tout doit être signé.

La minute suivante, je suis appelée en salle de test. Après avoir pris les documents, l'infirmière prélève deux fioles. Elle me demande mon accord pour l'exécution de tests complémentaires si ce dernier s'avérait positif. Ce à quoi j'acquiesce. En remettant ma veste, je constate que l'infirmière désinfecte le siège sur lequel je venais de m'assoir. "Vous aurez les résultats sous 24 à 48h00 par mail", m'assure-t-on. Pour celles et ceux qui le souhaite, le document peut également être envoyé au médecin traitant.

Rapide. Efficace. La démarche m'aura pris en tout à peine 15 minutes.

Infos +

Laboratoire 16 rue Gambetta à Besançon

  • A partir du lundi 11 mai, prélèvements réservés COVID-19 dans votre laboratoire : du lundi au vendredi de 13h30 à 16h30 uniquement.
  • Pour tous les autres prélèvements, ouvert du lundi au vendredi de 7h30 à 12h30

Sans rendez-vous sauf pour les prélèvements suivants :

- prélèvements bactériologiques : gynécologiques, urétraux, prélèvements divers (peau, ongles, cheveux), recherche de gale, frottis de dépistage,
- gaz du sang,
- prélèvements chez les enfants de moins de 5 ans.

2 Commentaires

Donnez plutôt 30 euros à l'hôpital public
Publié le 14 mai 2020 à 18h09 par Alain DAGON • Membre
C'est de la publicité ?
Publié le 14 mai 2020 à 17h17 par grlulu • Membre

2 commentaires

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : l’épidémie régresse en Bourgogne Franche-Comté. Les autorités restent prudentes

Avec un taux d'incidence à la baisse dans tous les départements et un plateau d'hospitalisations en légère diminution, la situation sanitaire s'améliore. Le virus circule moins même si les autorités se veulent prudente et attentes l'évolution à venir après le brassage des vacances et celui de la rentrée.

Couverture vaccinale : le Doubs à la traîne en Bourgogne-Franche-Comté

La Bourgogne-Franche-Comté suit la moyenne nationale en matière de couverture vaccinale. Elle se situe  même légèrement au-dessus. Dans la région 76% de la population en âge de se faire vacciner, de 12 ans et plus, a au moins reçu une première dose. Un taux de seulement 71 % dans le Doubs qui affiche un écart de plus de cinq points...

Contagieux et résistant au vaccin, L'OMS surveille le variant "Mu"

L'Organisation mondiale de la santé  surveille un nouveau variant du coronavirus, baptisé "Mu", qui a été identifié pour la première fois en Colombie en janvier. L'OMS précise que le variant présente des mutations qui pourraient indiquer un risque d'"échappement immunitaire" (résistance aux vaccins), et souligne que des études supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre ses caractéristiques.

Santé

Les défis du Hacking Health de Besançon

Vidéos •
En 48 heures chrono, 400 participants vont se remuer les méninges pour tenter de trouver la meilleure solution à chacune des 22 problématiques soulevées par des patients, professionnels de santé, professionnels du me?dico-social et du handicap, ou jeunes innovateurs désireux de créer un nouveau produit. Voici les 21 défis (+ 1 à venir !) du Hacking Health 2021 de Besançon.

Covid-19 : 73 % des 12-17 ans ont reçu une première injection du vaccin en Bourgogne Franche-Comté

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est félicité lundi de la progression de la vaccination des collégiens et lycéens contre le Covid-19, qui dépasse 69% pour la première injection, appelant au "volontarisme" des familles pour poursuivre dans cette dynamique. En Bourgogne-Franche-Comté près de 148.000 adolescents de 12 à 17 ans ont reçu au moins une dose soit 73 % de cette classe d'âge.

Covid-19 : vers un allégement des mesures en Bourgogne-Franche-Comté ?

Un Conseil de défense se penchera prochainement sur une possible adaptation des restrictions liées au Covid-19 en fonction de l'évolution de l'épidémie dans chaque territoire alors qu'"on voit la situation s'améliorer", a indiqué dimanche 19 septembre 2021 le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur BFMTV. Au 20 septembre 2021, 34 départements (dont deux en Bourgogne Franche-Comté) sont déjà sous le seuil de 50 cas pour 100.000 habitants…

Le centre de vaccination de Micropolis réduit progressivement la voilure

À partir du 1er octobre 2021, le vaccinodrome de Besançon-Micropolis  sera ouvert trois jours et demi par semaine au lieu de sept actuellement. La réduction sera progressive. Principale nouveauté : à partir du vendredi 17 septembre 2021, les personnes sans rendez-vous peuvent désormais être reçues pour se faire vacciner.    

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.5
ciel dégagé
le 24/09 à 15h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
86 %

Sondage