Éric Alauzet, candidat "écologiste et humaniste" de la majorité présidentielle sur la 2e circonscription du Doubs

Publié le 13/06/2017 - 17:18
Mis à jour le 14/06/2017 - 08:35

Le député EELV sortant se présente pour un nouveau mandat sur la deuxième circonscription du Doubs (Besançon Est) en qualité de candidat de la majorité présidentielle mais aussi en tant qu' »écologiste et humaniste ». Lors du premier tour des élections législatives, il est arrivé en tête, devant Ludovic Fagaut (candidat de la Droite et du Centre). Le second tour est prévu le 18 juin.

Carte d'identité d'Éric Alauzet

  • Nom : Alauzet
  • Prénom : Éric
  • Situation personnelle : Marié – 2 Enfants
  • Date de naissance : 7 juin 1958 (59 ans)
  • Profession : Médecin
  • Mandats (précédents et actuels) : 
  • Douze ans porte-parole des Verts de Franche-Comté ; successivement conseiller municipal de Besançon, Conseiller régional de Franche-Comté, Adjoint au maire de Besançon en charge de l’énergie, des espaces verts, Président du syndicat de traitement des déchets, Vice-président du Conseil général du Doubs en charge du logement.
  • Je suis député du Doubs et Conseiller municipal à Besançon
  • Étiquette politique : Majorité Présidentielle – Ecologiste et humaniste

 Suppléant : Michèle De Wilde (17 mai 1951) Assistante de direction

Quelles sont vos motivations pour vous présenter aux législatives ?

Éric Alauzet : Le 7 mai 2017 a vu la réalisation d’un scénario improbable. Alors que tout laissait croire à un duel entre la droite et l’extrême droite, c’est Emmanuel Macron qui est devenu le nouveau Président de la République française. Son pari fou et son parcours fulgurant resteront dans l’histoire. L’irruption de ce jeune Président bouscule tout : les partis politiques, les clivages traditionnels, les certitudes. Elle ouvre des perspectives nouvelles en embrassant les enjeux du pays, du monde et de ce siècle : sécurité, écologie, démocratie, probité, protections, etc. et donne une nouvelle espérance pour l’Europe.

Les Françaises et les Français aspirent à une profonde bouffée d’air frais et de liberté, quitte à prendre des risques pour cela. Ils sont las des querelles stériles et des postures protestataires sans fin. Quand ils n’ont pas d’idées arrêtées, nos concitoyens sont intrigués par Emmanuel Macron qui fait naître une espérance croissante.

 La République, la liberté, l’égalité, la fraternité, la laïcité,  constituent notre socle commun sur lequel il convient de veiller quand montent les extrémismes. J’y ajoute l’humanisme et l’écologie. C’est au nom de ces valeurs que j’agis sans relâche pour réguler et « court-circuiter » la mondialisation ultralibérale.

La présence de députés écologistes et d’un pôle écologiste au sein du groupe majoritaire constituera un appui important pour Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire.  Aussi, je m’engage dans la majorité présidentielle d’Emmanuel Macron pour l’écologie et l’humanisme. Avec Michèle De Wilde, députée suppléante, je veux continuer à agir pour que nous reprenions confiance en nous et pour créer une nouvelle espérance.

 Quels dossiers locaux et nationaux souhaitez-vous particulièrement défendre et porter à l'Assemblée ?

Éric Alauzet :Je soutiens et j’entends soutenir par mon action l’emploi dans nos territoires : pour se nourrir, se loger, s’éclairer, se chauffer, s’épanouir, se protéger,... avec nos entreprises, nos paysans, nos artisans, nos communes, nos associations... Les lois votées, les mesures soutenues ont un impact et des conséquences importantes pour nos territoires.

 Pour exemples :

Le « Projet Alimentaire Territorial » - Loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt -accompagne la diversification, la transformation, la vente directe du producteur au consommateur, les GAEC convertis au bio, la base logistique d’approvisionnements, les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP),… Pour les consommateurs il s’agit de consommer plus proche, plus convivial, plus sain et au prix le plus juste ; et pour nos paysans, ce sont autant de pistes qui offrent la possibilité à nos agriculteurs de s’extraire de la mondialisation en conservant la valeur pour eux-mêmes et pour les villages. 

La préservation de la biodiversité est indispensable (réduction des pesticides, protection, entretien et valorisation des rivières et des forêts, des espaces verts et des vergers,... et l’Agence Régionale de la Biodiversité aura son siège à Besançon - Loi pour la reconquête de la biodiversité -, et l’écologie positive dans les communes (récupération des eaux de pluie, gestion des déchets, transports alternatifs, extinction nocturne de l’éclairage,...) - Loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte - .

En matière d’écologie, il faut soutenir les financements du mix énergétique : par la Loi, la Caisse des dépôts est devenue Caisse des Dépôts et du Développement durable a permis le financement de projets de transition énergétique et écologique : 7,7 millions d’euros ont été investis pour la centrale de production de vapeur de la Papeterie de Novillars qui fournira une électricité verte correspondant à la consommation annuelle de 100 000 personnes - la Banque d’Investissement crée en 2013 y participe également à hauteur de 12 millions d’euros, ou encore 10 millions d’euros dans la première centrale de gazéification des déchets du bâtiment et des travaux publics de la région à Villers-sous-Montrond où seront traités 45 000 tonnes de déchets pour une production électrique pour 53 000 personnes.

Et toujours via la loi, 2 millions d’euros ont été versés des « Territoires à Energie Positive » au Grand Besançon et à l’ancienne communauté de Vaite-Aigremont pour de nouvelles voies de modes doux (ex : aux Marnières), une Pépinière des maraichers (haies protectrices notamment), des logements à Amagney, le soutien à des Bâtiments à énergie positives (BEPOS) mais aussi l’installation de capteurs solaires,...

Il y a également les écoles à conserver en milieu rural, l’accueil des plus jeunes en structures petite enfance intercommunale, les projets des jeunes (600 jeunes des 16 à 25 ans ont effectué des missions des services civiques de 8 à 12 mois depuis 2015 dans le Doubs) - Loi égalité et citoyenneté – l’accessibilité programmée partout pour les personnes en situation de handicap ; l’action culturelle pour tous dans nos villages et nos quartiers comme les Artistes à la Campagne (Vaîtes-Aigremont) ou Grange et Culture sur la Barèche (Guyans-Durnes) ; les solidarités de proximité (des espaces sociaux d’aides alimentaire et de réinsertion ou les financements de l’Agence régionale de Santé aux projets des établissements EPAHD des personnes âgées comme à Mamirolle). Le « Contrat de ville » - Loi de programmation pour la Ville et la cohésion urbaine -. qui lie l’Etat et les collectivités pour les quartiers de Besançon inscrit des objectifs éducatifs, économiques, sociaux, urbains, de tranquillité publique et de participation des habitants,  en conjuguant leurs efforts et en mobilisant des moyens, en affichant leur volonté de tout mettre en œuvre pour réduire les inégalités. Les crédits débloqués par le gouvernement s’élèvent en moyenne par an à 1 million d’euros pour les actions associatives et municipales répondant à ces objectifs.

 La priorité est donc bien l’emploi partout via l’artisanat, les TPE, PME, Grandes entreprises,...

Avec plus de 3 millions d'actifs en France, l'artisanat est un secteur créateur et générateur d'emploi. La loi Artisanat, Commerce, TPE a permis la simplification et l'accélération des procédures d’implantation, créé un nouveau régime de baux commerciaux plus transparents, et rénové le Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce (FISAC). 9120 entreprises dans le Doubs ont bénéficié du CICE (85,6 millions d’euros par an) et 12042 actifs ont été embauchés en 2016 via le dispositif Embauche PME.

Le dispositif gouvernemental « Garantie quartiers » cible les nouvelles entreprises urbaines avec des prêts de 60 000 euros (Création) et  90 000 euros (Développement), et il faut encourager le Bus de la Création qui sillonne les territoires pour promouvoir la création d’entreprise.

L’Economie sociale et solidaire, et notamment les structures d’insertion (espaces verts, recyclage électroménager) sont des outils indispensables sur le territoire. Un soutien a notamment été apporté à un chantier d’insertion à Chassagnes-Saint-Denis.

 Autres domaines :

Lutter contre la fracture numérique - Loi République Numérique - (Dématérialisation et transformation digitale des services, déploiement de la fibre et des réseaux, industrie high-tech, Label French Tech décerné par le ministère pour les technologies de la santé, plateforme « France Mobile », sélection démonstrateur Smart City...) ;

 Le Schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité aux services publics et Maisons de services au public (1200 ont été créées en France et 17 000 points de contacts postaux ont été préservés). A Mamirolle, le bureau de poste réunit les services sous un même toit et devient un véritable lieu d’accueil, d’information, et d’orientation. A Roulans et Bouclans, les Maisons de services au public « Objectif Emploi » (Guichet unique) conseillent, orientent et accompagnent (démarches administratives, projet professionnel,...) ;

Les maisons de santé pluridisciplinaires participent de l'équilibre des territoires. 1200 ont été créées en 5 ans sur toute la France* (13 dans le Doubs, et 2 en projet), dont celle de Rigney qui regroupe en face de la pharmacie 11 professionnels de santé : 3 médecins généralistes, 3 kinés, 3 infirmières, 1 podologue et 1 psychologue - Loi de modernisation du système de santé redéfinit la politique de soins sur les territoires...

Quant aux fiertés de mandat achevé qu’il faudra là encore poursuivre : ce sont Les lois contre l’évasion et la fraude fiscale et pour la transparence, avec des amendements qui ont fait avancer cette lutte engagée : Loi bancaire (« Reporting public des banques »),  Loi relative à la lutte contre la fraude fiscale (Registre public des « trusts »), La loi  «Sapin 2» de transparence de la vie économique, la lutte contre la corruption internationale et la protection des lanceurs d’alerte (statut) (Taxe GAFA proposée : imposer les «bénéfices détournés» des multinationales).

Depuis 2013 et la fin du secret bancaire, 45000 contribuables fraudeurs sont venus régulariser leur situation et payer leurs arriérés (91% venaient de Suisse). A cette action déterminée et inlassable que nous avons mené pour récupérer 5 ou 6 milliards d’euros, il ne faut jamais oublier de la mettre au regard de la réalité de l’évasion et de l’optimisation fiscales, qui sont plutôt de l’ordre de 30 ou 50 milliards d’euros. Ainsi, par notre travail sans précédent, nous avons peut-être récupéré 10 ou 15 % de l’optimisation fiscale. Cela signifie que nous devons en faire trois ou quatre fois plusCela nous aidera à maîtriser nos dépenses publiques progressivement et à conserver nos services publics sur tous nos territoires.

Enfin, j’approfondirai le sujet de la santé environnementale afin que nous y voyions plus clair sur les impacts du bain chimique et électro physique dasn lequel nous baignons afin de faire émerger les solutions de remplacement.

Pourquoi voter pour vous ?

Éric Alauzet : Député élu en 2012, à l’Assemblée nationale, je suis reconnu parmi les députés les plus présents et les plus travailleurs, mais aussi les plus influents. Dans la circonscription, je bénéficie de la reconnaissance des citoyens, des associations, des acteurs du monde du travail et des élus - 43 maires me soutiennent !-, de manière trans-partisane, au-delà des étiquettes politiques traditionnelles. Attaché à l’ensemble des communes dont Besançon, je reste conseiller municipal dans la capitale régionale.

Membre de la commission des finances, je me suis spécialisé dans la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale pour réguler la mondialisation ultralibérale. J’ai fait voter un amendement de transparence à la loi bancaire qui impose aux banques de communiquer leurs résultats financiers.  Il reste un travail important à mener sur cette question et pour lequel je vais m’employer.

Cette législature a permis de progresser sur le sujet de l’éthique et de la morale en politique. Certains progrès ont été consécutifs à la révélation de scandales, ils ont permis que d’autres actes délictueux soient connus. La première loi de ce futur mandat sera celle de la moralisation de la vie publique.

Mon action se nourrit d‘allers-retours permanents entre les débats législatifs et la réalité du terrain. J’ai à cœur de recueillir l’ensemble des avis et la contradiction ne m’effraie pas et je cherche constamment à rassembler. Je poursuis également de façon très réduite mon activité de médecin pour maintenir le contact avec la réalité, préserver mon équilibre personnel et garantir mon indépendance vis-à-vis de la politique.

Le projet politique que je présente aux habitants de la deuxième circonscription du Doubs conjugue les propositions des différentes sensibilités de l’écologie, de la gauche et du progrès, en mettant en valeur les points communs plutôt que les différences.

C’est dans ce cadre que je poursuivrai avec détermination mon action contre l’évasion fiscale et en faveur de la transition écologique de nos territoires pour une priorité : l’emploi. Et sur bien d’autres sujets comme celui de la santé liée à l’environnement.

SUIVRE ÉRIC ALAUZET


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

circo2502

Législatives 2022 : les candidats de la majorité présidentielle ne lâchent rien

Dans les deux premières circonscriptions du Doubs, Laurent Croizier (Modem) et Éric Alauzet (Renaissance), les deux candidats "Ensemble !" de la majorité présidentielle, battent la campagne pour chercher les électeurs et convaincre. Tous deux brandissent le risque des dangers de "l''extrême gauche".

Stéphane Ravacley, le boulanger de Besançon : l’ovni politique qui bouscule les codes

législatives 2022 • "Ces chaussures pleines de farine, je les emmènerai à l’Assemblée nationale" : arrivé en tête du premier tour des législatives dimanche soir dans sa circonscription du Doubs, le boulanger Stéphane Ravacley continue de bousculer les codes et chasse les abstentionnistes.

Éric Alauzet, candidat Renaissance sur la 2e circonscription du Doubs

Portrait • Député sortant depuis 2012 sur la seconde circonscription du Doubs, Éric Alauzet, 63 ans, se présente à nouveau aux élections législatives sous l’étiquette « Renaissance » de la majorité présidentielle. Lors du 1er tour, le candidat a récolté 31,36 % et arrive deuxième.

Politique

Le collectif Hop hop hop retire sa banderole appelant à aller voter

À la suite du résultat des élections européennes, le collectif Hop Hop Hop avait affiché une banderole appelant à aller voter sur la façade de l’Arsenal, bâtiment qu’il occupe à Besançon. Le collectif a été sommé de retirer la banderole par le chef de file de l'opposition Ludovic Fagaut qui en avait fait la demande expresse lors du conseil municipal du jeudi 20 juin 2024. 

Des familles de l’Adapei du Doubs demandent l’exclusion de la secrétaire de l’association, Floriane Jeandenand-Guinchard

C'est à travers un courrier adressé à la présidente de l'Adapei (Association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), Nicole Gauthier, que les familles ont alerté sur la candidature de la secrétaire Floriane Jeandenand-Guinchard pour le rassemblement national aux prochaines législatives.

Législatives : le vice-président de GBM Gabriel Baulieu soutient Laurent Croizier

Le maire de la commune de Serre-les-Sapins et vice-président de Grand Besançon Métropole en charge des finances a publié un communiqué le 18 juin dernier dans lequel il annonce publiquement soutenir la candidature de Laurent Croizier, député sortant de la 1ere circonscription du Doubs. Dans celui-ci, il explique les raisons d’une telle "première". 

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Amiante à l'école : "pas de danger pour les enfants" affirme la Ville

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 21.45
ciel dégagé
le 25/06 à 9h00
Vent
1.94 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
71 %