Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Publié le 27/10/2020 - 14:05
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:40

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

© Engin A PXB CC0 ©
© Engin A PXB CC0 ©

Comme d’autres départements de la région Bourgogne-Franche-Comté (Côte-d’Or et Saône-et-Loire), le Jura connaît une évolution très défavorable de sa situation épidémiologique :

  • depuis le début du mois d’octobre, le taux d’incidence a été multiplié par près de six, en passant du seuil d’alerte de 50 pour 100 000 habitants à 329 pour 100 000 habitants au 20 octobre 2020. Cela représente un doublement de l’incidence du virus toutes les deux semaines. Le taux de positivité des tests est de l’ordre de 21 % ;
  • l’ensemble du département est concerné par la propagation du virus, son incidence ayant partout dépassé le seuil de 150 pour 100 000 habitants. Sa diffusion présente toutefois des dynamiques locales distinctes, puisque le taux d’incidence varie aujourd’hui de 156 / 100 00 dans l’agglomération Doloise alors même qu’il n’était que de 62/100 000 au 15 octobre ;
    À Saint Claude, le taux d’incidence aujourd’hui atteint plus 600 / 100 000 alors qu’il était à 252/100 000 au 15 octobre.
    Enfin sur Lons le saunier, le taux d’incidence est aujourd’hui de plus de 400 / 100 000 alors qu’il était de 163 / 100 000 au 15 octobre;

 

  • Toutes les catégories d’âge sont concernées, même s’il est à noter une progression continue de l’âge moyen des personnes testées positives, qui a augmenté de 42 à 47 ans depuis le début du mois d’octobre. Les personnes âgées de plus de 65 ans connaissent, à cet égard, une dynamique épidémique alarmante avec un taux d’incidence de 305 pour 100 000 habitants, soit une multiplication par plus 3 en moins de 15 Jours (il était de 92 pour 100 000 sur la période au 15 octobre). Dans cette tranche d’âge, le niveau d’imprégnation du virus est ainsi supérieur à celui constaté pour l’ensemble de la population jurassienne.

Mécaniquement, cette propagation du virus se répercute à l’hôpital, qui soigne déjà du covid-19, avec 60 patients en date du 21 octobre 2020, dont 3 en réanimation.
Compte tenu de cette situation, Monsieur le Premier Ministre annoncé ce jeudi 22 octobre le classement du Jura en état d’urgence renforcé, qui concerne désormais 54 départements de métropole. Il emporte avec lui le déclenchement d’un couvre-feu applicable entre 21 heures et 6 heures sur l’ensemble du département, à compter de ce samedi 24 octobre 2020.

Par ce "couvre-feu sanitaire", tous les déplacements sont interdits entre 21 heures et 6 heures, sans préjudice de la poursuite des activités professionnelles, y compris dans l’espace public, à l’exception de :

  • déplacements entre le domicile et le lieu de travail, d’enseignement ou de formation ;
  • déplacements liés à des transits pour des déplacements de longue distance ;
  • déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables
    ou précaires ou la garde d’enfants ;
  • déplacements des personnes en situation de handicap et leur accompagnant ;
  • déplacements brefs dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile pour les
    besoins des animaux de compagnie ;
  • consultations et soins ne pouvant être assurés à distance ou différés et l’achat de
    médicaments ;
  • convocations judiciaires ou administratives ;
  • participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative.

Pour ces exceptions, l’information et les attestations de déplacement sont disponibles sur le site internet du ministère de l’intérieur : www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestations-de-deplacement-couvre- feu.

Par l’inscription du Jura à l’annexe 2 du décret n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, le passage à l’état d’urgence sanitaire renforcé entraîne également l’application automatique des mesures suivantes :

  • l’abaissement de la jauge des rassemblements de 5 000 à 1 000 personnes, déjà en vigueur dans le Jura ;
  • l’interdiction de l’accueil du public dans les restaurants, les commerces et les établissements recevant du public de 21 heures à 6 heures ;
  • la fermeture des bars ;
  • la fermeture complète des salles de jeux, dont les casinos (ERP type P) ;
  • la fermeture complète des lieux d’expositions, foire-expositions et salons (ERP type T) ;
  • la fermeture complète des établissements sportifs couverts (sauf activités des groupes
    scolaires, périscolaires ou de mineurs, sportifs professionnels et de haut niveau, formations
    continues, handicap et prescriptions médicales) ;
  • l’interdiction des fêtes foraines.

L’ensemble de ces mesures vise à freiner la propagation du virus, elles entrent en vigueur à compter du 24 octobre 2020 minuit pour une durée de six semaines.
Pour y parvenir collectivement et protéger nos entourages, notamment les personnes les plus fragiles, les mesures réglementaires devront pouvoir s’appuyer sur une solidarité de tous envers chacun. Le virus se propage à travers tous les moments de baisse de notre niveau de protection, qui ne ressortent pas nécessairement ou juridiquement d’une prise en compte réglementaire. Il est possible de le ralentir en le combattant chaque jour partout sur le territoire. La situation actuelle des hôpitaux nécessite aussi la mobilisation la plus forte et la plus immédiate possible.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Des congés menstruels pour "améliorer la qualité de vie au travail"

Alors qu’aujourd’hui, en France, 1 personne menstruée sur 2 déclare souffrir de dysménorrhée (règles douloureuses) et 1 personne menstruée sur 10 est atteinte d’endométriose (maladie chronique), la CGT propose de "lever le tabou" des règles douloureuses et réclame "le congé menstruel pour les personnes menstruées qui en ont besoin" pour les personnes travaillant à la Ville de Besançon, au CCAS et à Grand Besançon Métropole.   

Baignade : l’ARS fait le point sur les risques et la qualité des eaux en Bourgogne Franche-Comté

Alors que les chaleurs sont de retour en Bourgogne Franche-Comté et que les vacances d'été ont commencé, l'Agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté met en garde la population contre les risques de baignades dans des zones non surveillées et sur la qualité de l'eau. Tout ce qu'il faut savoir en cet été 2024.

L’Université de Franche-Comté recherche des patients standardisés pour les examens de médecine

Afin d’aider les étudiants en médecine à développer leurs capacités cliniques et relationnelles, l’université de France-Comté réitère sa recherche de volontaires afin de jouer le rôle de patients standardisés lors des examens des étudiants en 4e, 5e et 6e année de médecine.

La chronobiologie en nutrition analysée par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIET' • Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient d'établir un rapport établissant un lien entre nutrition et chronobiologie. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats.

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.44
ciel dégagé
le 25/07 à 09h00
Vent
2.71 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
77 %