Ex-réfugié politique, il se lance dans la photographie professionnelle

Publié le 09/03/2018 - 17:01
Mis à jour le 17/04/2019 - 15:11

D'origine Laotienne, Saysamay Soubinh est arrivé en France comme réfugié politique en 1989. Apprenti cuisinier puis employé pendant une quizaine d'années dans une entreprise agro-alimentaire, il s'est finalement lancé dans la photographie. Il nous en parle.

PUBLICITÉ

La photographie est-elle un loisir ou est-ce votre métier ?

Saysamay Soubinh : "J’ai commencé à faire de la photographie en 2014 en loisir en étant bénévole dans des associations. Grâce à cela, j'ai pu acquérir des compétences. Quelque part, c'était "donnant-donnant", je rendais service et j'apprenais le métier sur le terrain, en autodidacte et surtout, en côtoyant tout type de situation.

Lorsque j’ai perdu mon emploi « pour motif économique » en 2016, j’ai décidé de me lancer seul. Cela a été un grand pas pour moi, vu mon parcours scolaire atypique. J'ai donc créé ma micro-entreprise « Sayphoto ». 

En tant que professionnel, je couvre désormais un ensemble de prestations, à partir du mariage, les manifestations sportives (ou associatives) jusqu'à la photo professionnelle pour les entreprises. Mais mon cœur penche souvent vers le travail de photographe reporter. C'est bien plus intense. J'en ai plein d'anecdotes à raconter. J'ai pu suivre plusieurs manifestations à Paris contre la loi travail et là, c'était déjà autre chose. D'ailleurs, quelques photos de ces événements sont publiées sur mon site sayphoto.fr

Faites-vous des photos artistiques ?

"J'ai tendance à dire que tout est art. Même quand je dois prendre une photo de type « corporate », c'est de l'art. La personne transmet quelque chose et c'est ce "quelque chose" que je m’efforce à retranscrire par ma prise de vue, mais aussi par le travail de post production. Cependant, je ne me définis pas comme un photographe d'art, ou "artistique". Je reste plus proche du photographe de mariage ou portraitiste..."

Qu'est-ce que vous aimez prendre en photo ?

"Pour être honnête, j'adore plusieurs choses. J'aime les portraits, pris "à l'improviste". J'aime quand les personnes n'ont pas à se soucier de l'image qu'ils voudraient envoyer. C'est là que la photo est sincère. Sinon, je trouve que les mariages sont amusants à prendre en photo. Il y a toujours une situation drôle à raconter et c'est au photographe de la capter et la retranscrire. C'est un boulot minutieux, mais ça paye quand les gens disent "waouh" en voyant la photo".

Quelles sont vos ambitions ?

"J'aimerais pouvoir vivre de mon métier. C'est toujours un peu difficile au début, mais je suis un passionné, ça devrait aller. Ensuite, j'aimerais retrouner au Laos et faire un reportage photo sur la vie des locaux. Beaucoup de choses ont changé depuis que j'ai dû quitter ce pays, et même si ça reste difficile pour moi d'y retourner, j'aimerais raconter ce pays par la photo à un moment donné".

Info +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Département du Doubs : 80 millions d’euros d’investissements pour 2020

Département du Doubs : 80 millions d’euros d’investissements pour 2020

Christine Bouquin, présidente du Conseil Départemental du Doubs, a présenté ce 21 octobre 2019 les grandes orientations budgétaires pour l’année 2020. Et selon elle, «on continue de monter en puissance » avec 80 millions d'euros d'investissements prévus pour l'an prochain…

« Macron, réponds-nous » : trois convois de tracteurs à Besançon mardi 22 octobre

« Macron, réponds-nous » : trois convois de tracteurs à Besançon mardi 22 octobre

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles et les Jeunes agriculteurs appellent à une mobilisation nationale mardi 22 octobre 2019. Trois convois de tracteurs circuleront à Besançon pour arriver devant la préfecture du Doubs à 11 heures. Objectif : interpeller      le président de la République Emmanuel Macron.

ID Soudage, Rue Jouchoux à Besançon pour mieux servir ses clients

ID Soudage, Rue Jouchoux à Besançon pour mieux servir ses clients

Publi-Info • En ouvrant, début octobre, ses nouveaux locaux Rue Jouchoux à Besançon, Nicolas Donard, directeur d’ID Soudage, souhaitait se donner les moyens de mieux servir ses clients. Quoi de plus normal lorsque les solutions proposées à ses clients sont liées à trois univers allant de la soudure au travail du métal, en passant par la sécurité au travail ?

Peugeot accueille à Besançon sa nouvelle star, la 208 et bientôt la e-208

Peugeot accueille à Besançon sa nouvelle star, la 208 et bientôt la e-208

Publi-Info • Il y a quelques jours, Yves Dejean directeur de Peugeot Besançon accueillait près de 500 personnes dans ses locaux pour présenter la toute nouvelle 208, en attendant sa sœur jumelle, électrique, la e-208. Dans les semaines qui viennent les équipes de Peugeot Besançon seront à votre disposition pour vous présenter la star de cette fin d’année.

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Dans le cadre des rencontres "Bienvenue dans mon entreprise" proposées par Coopilote, coopérative d'entrepreneurs salariés à Besançon, la micro-brasserie Les2FÛTS a ouvert ses portes pour découvrir et échanger autour de leur activité et de l’entrepreneuriat… L'occasion de faire un focus sur cette petite entreprise artisanale bisontine. 

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.13
nuageux
le 23/10 à 0h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
95 %

Sondage