Alerte Témoin

Extradition d'un ex-diplomate syrien condamné en Suisse pour viol et arrêté en France

Publié le 22/01/2018 - 16:22
Mis à jour le 22/01/2018 - 16:23

Un ex-diplomate syrien condamné par contumace en Suisse en 2001 pour viol, et interpellé en France fin 2016 après une longue cavale, a été extradé en décembre vers la Confédération hélvétique, a-t-on appris ce lundi 22 janvier 2018 de sources concordantes.

Eyad Al-Arfi a été remis aux autorités suisses le 1er décembre 2017, selon une source judiciaire. Son avocat, Dimitri Debord, a confirmé l'information à l'AFP.

En mars 2017, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles avait donné son feu vert à l'extradition de cet homme de 55 ans. Et son droit d'asile avait été supprimé par l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) dans la foulée, avait indiqué son avocat à l'AFP en avril.

Le diplomate avait été poursuivi pour le viol à Genève en 1997 d'une femme de 60 ans qu'il avait également torturée. Les autorités helvétiques avaient demandé la levée de son immunité diplomatique, mais l'homme avait entretemps été rappelé par le gouvernement syrien.

Arrêté une première fois en Allemagne en 1998, Eyad Al-Arfi avait alors été remis à la Suisse. Mais libéré sous caution, il avait pris la fuite et avait été condamné par contumace en 2001 à 13 ans de prison par la justice suisse. L'ancien diplomate a finalement été interpellé en décembre 2016 à Versailles où il résidait sous une fausse identité, avec sa femme d'origine syrienne et leurs enfants.

Placé en détention à Bois-d'Arcy (Yvelines), l'homme avait tenté de se suicider en ingérant des antidépresseurs après l'annonce du feu vert donné par la cour d'appel à son extradition. "Il est extrêmement éprouvé par ce passé qui le rattrape et auquel il croyait échapper en construisant une nouvelle vie familiale en France", a indiqué son avocat à l'AFP lundi.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

« Castaner assassin ! » : peine confirmée en appel pour Frédéric Vuillaume et son ex-compagne

Le leader du mouvement des Gilets jaunes à Besançon et son ex-compagne, ont été condamné en appel à la même peine "1.500 euros d'amende avec sursis" pour avoir outragé Christophe Castaner lors de sa venue à Besançon le 13 mars 2019.  Frédéric Vuillaume (FO) devrait se pourvoir en cassation.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     11.01
    nuageux
    le 04/08 à 6h00
    Vent
    1.02 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    97 %

    Sondage