F. Rebsamen poursuivi en diffamation par la Fraternité Saint-Pie X

Publié le 20/02/2021 - 09:08
Mis à jour le 20/02/2021 - 09:08

Le maire PS de Dijon, François Rebsamen, a annoncé vendredi 19 février 2021 dans la soirée que le prieuré de la Sainte Famille, institution catholique de la ville rattaché au mouvement intégriste de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, avait porté plainte contre lui pour diffamation.

François Rebsamen © D poirier ©
François Rebsamen © D poirier ©

"Je suis donc cité prochainement à comparaître et souhaitais rendre l'information publique, conformément à l'exigence de transparence que je m'applique par principe", déclare l'élu dans un communiqué de presse.

Ses accusateurs lui reprochent des propos tenus lors d'un conseil municipal, le 14 décembre. L'avant-veille, une manifestation anti-avortement avait eu lieu dans les rues de la ville. Lors de ce conseil municipal, les élus devaient voter l'adoption d'une charte de laïcité et la cession d'un terrain à une association de la communauté musulmane pour y édifier une mosquée.

À un élu d'opposition qui l'interpellait sur le sujet, M. Rebsamen avait répondu: "Je crois qu'il y a dans l'islam de France tout ce qu'il faut pour respecter les règles de la laïcité", selon des propos rapportés par le quotidien régional Le Bien Public.

"Ils me reprochent d'avoir dit qu'ils étaient +pire+ que des terroristes", a expliqué M. Rebsamen

"Par contre, je dénonce toutes les dérives qui sont aujourd'hui des dérives qu'on peut appeler terroristes, bien évidemment, mais pires que cela. Toutes celles qui sont des religions qui manifestent dans la rue, comme la Sainte Famille l'autre jour, pour je ne sais quoi d'ailleurs", avait-il ajouté selon la même source.

"Ils me reprochent d'avoir dit qu'ils étaient +pire+ que des terroristes", a expliqué M. Rebsamen à l'AFP. "Je réserve mes explications à la justice mais je tiens à réaffirmer, après avoir fait voter en conseil municipal la charte de la Laïcité, que la loi protège la foi tant que la foi ne dicte pas la loi. Je veux redire aussi mon soutien le plus total au juste combat des femmes pour le droit à disposer librement de leurs corps", indique l'élu dans son communiqué.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.31
légère pluie
le 29/09 à 9h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
96 %

Sondage