Françoise Branget, candidate LR sur la première circonscription du Doubs

Publié le 09/06/2017 - 10:10
Mis à jour le 09/06/2017 - 18:30

Députée de 2004 à 2012, Françoise Branget (LR - UDI - Majorité pour la France) se présente sur la première circonscription du Doubs (Besançon Ouest) et souhaite "soutenir l’effort de redressement dont le pays a réellement besoin" . Voici son programme.

capture_decran_2017-06-06_a_18.02.01.jpg
Françoise Branget a été députée UMP de 2004 à 2012 ©
PUBLICITÉ

Carte d’identité de Françoise Branget

  •  Nom : Branget
  • Prénom : Françoise
  • Situation personnelle : mariée, 2 enfants et 2 petits enfants.
  • Date de naissance : Née le 8 août 1953 (64 ans) à Chalon-sur-Saône (Saône et- Loire).
  • Profession : Après des études de droit et de notariat, j’ai exercé les métiers de clerc de notaire et de gestionnaire en immobilier.
  •  Mandats  : Je suis venue à la politique par le biais de mon engagement associatif.
  • Conseillère municipale de Besançon de 2001 à 2010 ; conseillère régionale de 2010 à janvier 2017 ; vice-présidente du Conseil Départemental du Doubs depuis 2015 ; députée du Doubs de 2004 à 2007 et de 2007 à 2012. Par anticipation, j’ai pris l’initiative de renoncer à mon mandat de conseillère régionale pour me consacrer pleinement à la fonction de député.
  • Étiquette politique : Union de la Droite et du centre, Les Républicains – UDI, rassemblés sous la bannière de la Majorité pour la France.

  Suppléant : Guillaume Bailly, 34 ans, Exploitant agricole à Champagney

 Quelles sont vos motivations pour vous présenter aux législatives ? 

Françoise Branget : Député de cette circonscription de 2004 à 2007, réélue de 2007 à 2012, j’ai déjà beaucoup œuvré pour ce territoire et ses habitants. Mon action a d’ailleurs été saluée par un excellent bilan parlementaire. 

Ma défaite en 2012 est très largement imputable aux mensonges de François Hollande et notamment à son fameux slogan : « le changement, c’est maintenant ». Les Français qui ont voté pour lui et par conséquent pour les députés de sa majorité n’avaient pas alors une conscience claire et avisée que changer signifiait faire pire et les condamneraient finalement à l’immobilisme. 

J’ai poursuivi mon parcours politique dans la cohérence d’un engagement concerté entre le Conseil régional et le Conseil départemental, dans la logique de l’exercice d’un mandat de conseiller territorial tel que nous l’avions voté à l’Assemblée nationale fin 2010 et dont l’objectif majeur visait à une rationalisation et une synergie renforcée de l’action des collectivités territoriales en faveur des habitants et des territoires.

Au regard de la situation désastreuse dans laquelle les socialistes ont laissé notre pays, ma détermination renforcée par l’encouragement de nombreux citoyens et le soutien de nombreux élus, j’ai souhaité mettre mon expérience de parlementaire et d’élus de terrain au service de mes concitoyens dans la perspective du redressement de notre pays.

Quels dossiers locaux et nationaux souhaitez-vous particulièrement défendre et porter à l’Assemblée ? 

Françoise Branget : L’ambition de l’Union de la Droite et du Centre s’affiche clairement en faveur du redressement impérieux de notre pays. Face à l’ambiguïté calculatrice cultivée par M. Macron, nous offrons aux Français une alternative structurée par un projet concerté à l’écoute des besoins de nos concitoyens reposant sur des convictions et des valeurs clairement affichées : la liberté, l’autorité de l’État, le mérite, l’équité sociale et la laïcité.

Notre but est de renforcer la puissance économique de notre pays et de lui redonner sa place de leader en Europe.

Nous proposons un contrat :

  • Pour le plein emploi et le pouvoir d’achat
  • Pour libérer les citoyens du matraquage fiscal
  • Pour protéger la France et garantir la sécurité des Français
  • D’équité entre tous les citoyens
  • Pour assurer l’avenir de la jeunesse de France
  • De renouvellement de modernisation et de moralisation de la vie publique

SUR LE PLAN LOCAL

Ma priorité absolue c’est l’emploi : J’ai la volonté de favoriser la dynamisation d’un nouveau secteur industriel à haute valeur ajoutée. Dans une vision prospective de son déploiement, je faciliterai le rapprochement, afin de renforcer leurs convergences opérationnelles entre les pôles des microtechniques et santé. L’accélération des processus de recherche et l’aboutissement à des productions concrètes ont des répercussions majeures sur le plan économique et sur l’emploi qualifié. Les synergies de développement et la convergence des applications sont nombreuses, face à la concurrence internationale, l’innovation n’attend pas.

Dans la même perspective, je souhaite une montée en puissance dans l’implantation et l’évolution du numérique, notamment dans la desserte en fibre optique et le très haut débit à destination des entreprises, mais également de l’ensemble des citoyens.

 La santé et l’hôpital au cœur de ma motivation : J’ai accompagné le CHRU de Besançon Jean Minjoz dans les problèmes rencontrés que ce soit sur le plan structurel ou conjoncturel en relation étroite avec l’Agence Régionale de Santé, et je suis à déterminée à poursuivre cette action utile à tous les Francs-Comtois. Je serai particulièrement vigilante à la préservation de la qualité de vie des personnes et notamment de la qualité de l’air, de l’eau, et des rivières. 

Une véritable attention pour la ruralité :  Trop souvent oubliée par les pouvoirs publics, j’ambitionne une promotion de l’espace rural, en travaillant à son organisation et en favorisant son attractivité. Je milite pour l’essor du commerce de proximité, une agriculture et des produits de terroir de qualité, des réseaux de distribution en circuits courts, non pas par idéologie, mais par simple bon sens. Il existe dans les villages une véritable qualité de vie qu’il convient non seulement de protéger, mais aussi de privilégier.

Espace périurbain : J’attacherai une attention toute particulière au monde du commerce et de l’artisanat. À l’écoute des besoins du monde économique, j’apporterai mon soutien aux TPE-PME, synonyme de croissance et vivier d’emplois.

Infrastructures routières : Il m’importe de voir achever la voie de contournement de Besançon dans son intégralité. Le point névralgique à la hauteur de Micropolis est une véritable aberration et la fluidité du trafic en pâtit gravement. En relation avec les plus hautes sphères de l’État, je réactiverai l’urgence sur ce dossier essentiel au développement de l’agglomération bisontine. Je continuerai également à œuvrer pour l’optimisation de la sécurité aux abords des voies RN 83 et 57.

TROIS PRÉOCCUPATIONS ESSENTIELLES 

La petite enfance : il convient de développer les modes et les structures d’accueil à la hauteur des besoins des familles et des entreprises.

L’école et la réussite scolaire : Je prône le retour à l’apprentissage des fondamentaux pour que nul ne soit laissé au bord du chemin de la connaissance. L’apprentissage doit retrouver ses lettres de noblesse en adéquation avec les besoins de la société.

La qualité de vie des personnes âgées : le bien-être, la dignité et l’accessibilité sont les notions essentielles qui doivent guider nos choix dans l’entretien, la rénovation et la construction de nouvelles structures de vie à taille humaine. L’organisation de nouveaux modes d’accueil est également souhaitable et je m’y investirai avec énergie et détermination, car chaque être humain, quelle que soit sa condition, doit être en mesure de finir sa vie dans la dignité et la sérénité. De nombreux emplois non délocalisables peuvent être créés dans ce secteur en fort développement. Il faut remettre l’humain au centre des préoccupations de l’action publique.

Pourquoi voter pour vous ? 

Le nouveau Président de la République a été élu dans des circonstances singulières. Au second tour de nombreux électeurs ont surtout éliminé une candidate, ils ont pu voter pour le programme de M. Macron par défaut. C’est pourquoi les élections législatives sont le moment démocratique de clarifier la situation.

 Rénovation de la vie politique

Un Premier ministre issu des Républicains a été nommé. Si le Gouvernement rassemble des personnalités d’horizons divers, pour autant un assemblage disparate de bonnes volontés ne suffira pas. Parce que la situation de notre pays est périlleuse, Il ne faut pas seulement des idées nouvelles, il faut aussi des principes et des convictions. L’intérêt supérieur du pays exige de donner au Président une majorité cohérente à l’Assemblée nationale. Cette majorité existe, c’est celle de l’alliance de la Droite et du Centre, Les Républicains-et l’UDI.

Un Parlement fort contre une monarchie présidentielle

Le projet politique du Président de la République comporte encore trop d’ambiguïtés et de confusions. En votant pour l’union de la Droite et du Centre, nous l’aiderons à agir courageusement pour le bien commun et le redressement nécessaire de notre pays. M. MACRON issu de l’énarchie comme beaucoup d’autres qui l’entourent, hauts fonctionnaires et technocrates, appartenant au monde de la haute finance, décideront de l’avenir de notre pays en faisant voter des dispositions à des parlementaires novices et sans aucune culture politique, ainsi la technostructure prendra-t-elle le pas sur la démocratie populaire. Je tiens à alerter mes concitoyens de ce danger.

Si le projet politique du Président comporte des éléments de convergence avec notre projet de redressement pour la France, il intègre néanmoins de profondes divergences. Notre contrat d’alternance est quant à lui, crédible, transparent et cohérent. Nourri de longue date et amendé pour répondre mieux aux attentes de nos concitoyens, demain il permettra : D’éviter le matraquage fiscal, et de viser le plein emploi et de garantir le pouvoir d’achat De restaurer l’autorité de l’État et d’assurer la sécurité des Français De rétablir l’équité, l’unité et la solidarité de tous les Français D’assurer un avenir à notre jeunesse De préserver la laïcité, la famille et l’héritage de tous ceux qui ont participé à la grandeur de la France.

Je ne renie ni mes convictions, ni ma famille politique. Je me présente aux suffrages des Français pour soutenir l’effort de redressement dont le pays a réellement besoin, en apportant mon expérience, mon énergie et ma pugnacité.

Compétence et adaptabilité : Lors de mes mandats précédents, j’ai su démontrer une adaptabilité à la personnalité et au mode de gouvernance de deux Présidents de la République : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ainsi que trois Premiers ministres.

Un député de convictions :

Même si j’ai affiché une loyauté sans faille à ma famille politique, parfois quand ma conscience s’est opposée au courant dominant, j’ai su résister et garder une ligne de conduite en accord avec mes idées et mes convictions.

Défense de l’intérêt général :

Éloignée de toute forme de sectarisme, dans mon action politique j’ai toujours fait primer l’intérêt général en refusant la puissance des lobbys, quels qu’ils soient.

Pragmatique :

À toute forme d’idéologie, j’ai toujours préféré la force et l’efficacité du pragmatisme. J’ai hérité de mon expérience professionnelle dans le privé un sens aigu de l’utilité nourri de bon sens et réaliste. Dans l’exercice de ma profession, détenant de l’argent public, j’étais redevable du premier centime d’euro devant la loi, attentive et rigoureuse, j’ai toujours été surprise de la facilité avec laquelle certains élus le dépensent. 

Un souci du renouvellement politique :

Le choix de Guillaume Bailly comme suppléant ne doit rien à des petits arrangements de parti, il est inhérent à ma préoccupation de faire émerger de nouveaux talents. Les éléments qui m’ont guidée dans cette décision procèdent des notions d’équilibre et de complémentarité : expérience/jeunesse ; urbain/rural. En opposition avec la démarche de génération spontanée adoptée par « la république En Marche ».

Toutes ces raisons concourent à attester de la compatibilité d’un travail mené en collaboration avec un Premier ministre qui se revendique de droite et qui appartient à la famille politique des Républicains. Voter pour des députés Républicains, ce n’est pas s’inscrire dans une opposition stérile, mais bien au contraire, contribuer à l’équilibre de la gouvernance de notre pays.

SUIVRE FRANÇOISE BRANGET 

LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS DE FRANÇOISE BRANGET

Vendredi 09 juin 

  • Rencontre des habitants : Centre-ville, Planoise – les époisses
  • Visite d’une microcrèche
  • Tournoi Constant Jacquet à Franois
  • Apéritif militant

maCommune.info a interrogé l’ensemble des candidats aux législatives sur la première et la seconde circonscription du Doubs. En plus d’une présentation, nous leur avons posé les mêmes questions. 

Info + : les liens à suivre 


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

circo2501

Journal d’une députée : les premiers pas de Fannette Charvier à l’Assemblée Nationale

Journal d’une députée : les premiers pas de Fannette Charvier à l’Assemblée Nationale

Fannette Charvier, députée LREM de la 1ère circonscription du Doubs, a fait ses premiers pas en juin dans l'hémicycle. Pour sa première journée de vacances - accordées depuis ce jeudi 10 août 2017 - elle dresse avec la rédaction de maCommune.info un premier bilan de sa nouvelle expérience de députée… 

Fannette Charvier : « A nous de montrer le verre à moitié plein »

Fannette Charvier : « A nous de montrer le verre à moitié plein »

L'actu politique du moment, c'est le vote de la loi sur la moralisation de la vie politique. Fannette Charvier, députée LREM de la 1ère circonscription du Doubs, participera ce mercredi 9 août 2017 au vote. La moralisation, la baisse des dotations aux collectivités, la réserve parlementaire. La députée dresse un premier bilan. Elle a répondu aux questions de la rédaction…

Fannette Charvier élue députée de la première circonscription du Doubs

Fannette Charvier élue députée de la première circonscription du Doubs

La candidate La République en Marche, Fannette Charvier, est élue députée de la première circonscription du Doubs avec 53,49% ce dimanche 18 juin 2017 face à la députée sortante du Parti Socialiste, Barbara Romagnan. Fannette Charvier, e?lue de?pute?e de la 1e?re circonscription du Doubs : Réactions from maCommune.info on Vimeo.

Vous ne savez pas pour qui voter dimanche entre Fannette Charvier et Barbara Romagnan ?

Vous ne savez pas pour qui voter dimanche entre Fannette Charvier et Barbara Romagnan ?

Le second tour des élections législatives se déroulera dimanche 18 juin 2017. Dans la première circonscription du Doubs, le duel est féminin entre Fannette Charvier (La République en Marche) et Barbara Romagnan (Parti Socialiste). Vous hésitez encore ? Voici notamment un comparatif de leurs motivations...

Second tour des législatives : nos cinq questions à… Fannette Charvier

Second tour des législatives : nos cinq questions à… Fannette Charvier

À quelques jours du second tour des élections législatives, nous avons posé nos quatre questions aux quatre candidats restant dans les deux premières circonscriptions du Doubs : Fannette Charvier, Barbara Romagnan, Éric Alauzet et Ludovic Fagaut. Voici les réponses, en vidéo de Fannette Charvier (République en marche). Législatives 2017 : nos 5 questions à Fanette Charvier... from maCommune.info on Vimeo.

Second tour des législatives : nos cinq questions à… Barbara Romagnan

Second tour des législatives : nos cinq questions à… Barbara Romagnan

À quelques jours du second tour des élections législatives, nous avons posé nos cinq questions aux quatre candidats restant dans les deux premières circonscriptions du Doubs : Fannette Charvier, Barbara Romagnan, Éric Alauzet et Ludovic Fagaut. Voici les réponses, en vidéo de Barbara Romagnan (Parti Socialiste). Législatives dans le Doubs : nos cinq questions à Barbara Romagnan from maCommune.info on Vimeo.

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.74
légère pluie
le 21/10 à 6h00
Vent
0.91 m/s
Pression
1016.94 hPa
Humidité
94 %

Sondage