Laurent Croizier, candidat à la Majorité présidentielle sur la 1re circonscription du Doubs

Publié le 31/05/2022 - 16:00
Mis à jour le 16/06/2022 - 10:16

Portrait • Militant actif à la Majorité présidentielle , Laurent Croizier, 47 ans, se présente aux élections législatives dans la 1re circonscription du Doubs. Lors du premier tour le candidat est arrivé en deuxième avec 26,75%.

 ©
©

maCommune.info vous présente les candidats des deux premières circonscriptions du Doubs qualifiés pour le deuxième tour des élections législatives qui se déroulera dimanche 18 juin 2022.

Carte d'identité de Laurent Croizier

  • Nom : CROIZIER
  • Prénom : Laurent
  • Situation personnelle : Marié - 2 enfants
  • Date et lieu de naissance : 29 janvier 1975 (47 ans) à Besançon
  • Profession : 
    • Professeur des écoles
  • Un hobbie - une passion : Le sport! Et plus particulièrement le basketball. Je suis entraîneur de basketball et j’ai occupé la fonction de directeur du centre de formation du club professionnel de basketball de Besançon (BBC)
  • Ville : Besançon
  • Mandats et parcours politique :
    •  Conseiller municipal de Besançon
    • Conseiller communautaire du Grand Besançon
    •  Président du groupe des élus LREM/MODEM à la ville de Besançon
    •  Président du MoDem du Doubs
  • Une citation : « Il vient une heure où protester ne suffit plus. Après la philosophie, il faut l’action » Victor Hugo

Étiquette politique : Ensemble ! Majorité présidentielle - MoDem

 Suppléant : Laurence CORNIER est âgée de 46 ans, elle habite la commune de Saint-Vit.
Elle est mariée, maman de 2 enfants. Infirmière de formation, cadre supérieure de santé depuis 2018, elle exerce au CHU de Besançon depuis plus de 20 ans. Attachée à notre territoire et à la ruralité, elle a à cœur de s’occuper du cadre de vie des habitants de la commune de Saint-Vit en tant qu’adjointe au maire de la commune.

Question à Laurent Croizier

Pourquoi vous présentez-vous ?

Laurent Croizier : Nombre d’habitants connaissent mon engagement au quotidien pour les défendre, ma proximité pour porter les attentes de chaque concitoyen, bénévole, chef d’entreprise ou élu local en tant que conseiller municipal de Besançon et conseiller communautaire du Grand Besançon.

Depuis 2020, j’ai porté plus de 120 propositions pour le territoire, parmi lesquelles la création d’une halte ferroviaire à l’ouest de Besançon proche de l’hôpital Saint-Jacques, le refus de la hausse de la fiscalité pour les particuliers et les entreprises, la défense du siège de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté à Besançon ou encore l’aménagement routier entre Micropolis et Beure.

J’ai cette énergie et cette envie d’améliorer la qualité de vie des habitants dans notre territoire.

Se présenter à l’élection législative est la suite logique de mon engagement local. Je souhaite porter la voix des habitants, être utile et défendre notre territoire à l’échelon national.

Nous vivons une période historique, marquée par des crises avec des conséquences concrètes pour nous tous.

Les enjeux de notre temps sont nombreux : plein emploi, respect des valeurs républicaines, transition écologique, reconquête industrielle.

Plus que jamais, la France a besoin de députés solides, humains et responsables.

J’ai à cœur de me battre pour le renouveau de la France avec la rigueur et la proximité qui me caractérisent ainsi que l’expérience que j’ai acquise au travers de mon engagement associatif, comme enseignant, et élu local depuis 8 ans.

La première circonscription du Doubs est belle de sa diversité, alliant des secteurs urbains et d'autres ruraux. Les réalités sont très différentes. Tenir compte de chacune et chacun est une exigence.

Je veux dire aux habitants que je serai ce député à l’écoute, efficace, porteur de projets et de solutions pour mon territoire et pour mes concitoyens.

Quels dossiers locaux et quels dossiers nationaux souhaitez-vous particulièrement défendre à l'Assemblée ?

Laurent Croizier : La première des priorités sera de répondre à l’augmentation des prix des énergies, des prix des produits de première nécessité. J’agirai, dès cet été, en faveur du pouvoir d’achat.

Je m’engagerai pour reconduire le bouclier tarifaire sur le gaz, l'électricité et l’essence, relever le point d’indice des fonctionnaires et réindexer les retraites sur l’inflation.

Le deuxième objectif du projet d’Emmanuel Macron et de la majorité présidentielle, c’est de bâtir l’autonomie stratégique et l’indépendance française. Une France forte dans une Europe forte.

Cela passe par la réindustrialisation de notre pays, par une agriculture qui nourrit aussi bien le consommateur qu’elle ne rémunère le producteur.

Je sais, pour rencontrer régulièrement les entreprises, que notre tissu économique est dynamique et prêt à cette reconquête industrielle.

Ce que nous visons, c’est le plein emploi, c’est la création et le partage de la richesse. Je m’engagerai dans notre circonscription pour lutter contre le chômage des jeunes.

La réussite économique n’a de sens que si elle est liée à la réussite humaine.

Je m’engagerai pour l’éducation, faire de l’école à nouveau un moteur de l’ascension sociale et offrir aux enseignants des conditions de travail satisfaisantes et une juste rémunération. Nous augmenterons le temps dédié au français, aux mathématiques et au sport avec la généralisation des 30 minutes de sport par jour à l’école. Nous augmenterons les salaires des enseignants, nous poursuivrons la politique de dédoublement des classes dans les quartiers prioritaires et nous ferons du lycée professionnel une voix d’excellence.

À l’échelle locale, je me battrai pour que notre territoire :

-Participe à la reconquête industrielle du pays, notre tissu économique local est prêt pour cela ;
-Favorise nos relations avec la Suisse notamment du point de vue des infrastructures routières (aménagement de la RN57 entre Beure et Micropolis) ;
-Réduise le transit des poids lourds sur les RN83 et RN57 ; les solutions existent ;
- Défende et développe son université, essentielle pour le rayonnement du territoire, notamment sur l’offre de formations et le maintien du siège régional à Besançon ;
-Développe la haute technicité en matière de santé (CHU, CPTS, EFS…), de biotechnologie (Pôle Témis Santé) et d’Université ;
-Facilite l’installation des professionnels de santé et propose une offre de soin de qualité et de proximité.

Pourquoi voter pour vous ? Quelle est votre plus-value ?

Laurent Croizier : Élu local depuis 8 ans, je connais les attentes et les besoins. J’ai cette conception du député ambassadeur de son territoire.

Ma suppléante et moi sommes des élus d’expérience, proche des habitants, des associations, des communes et des entreprises.

Notre connaissance fine du terrain et de ses enjeux est la force de notre candidature.

C’est essentiel pour être un député utile à son territoire.

Je suis le candidat soutenu par la majorité présidentielle. Cela me permettra d’être le relai des habitants de la circonscription auprès de la majorité à l’Assemblée nationale et du Gouvernement. C’est un atout pour le territoire d’avoir un député influent.

Mon engagement, c’est aussi un engagement sur la méthode. Il y a déjà plusieurs mois, j’ai pris ce temps nécessaire de parcourir l’ensemble des communes de la circonscription et de transmettre un questionnaire grâce auquel les habitants m’ont partagé leurs attentes et leurs préoccupations : pouvoir d'achat, éducation, recherche d'emploi, création d'entreprise, sécurité, déplacements, logements, accès aux soins...

J’ai entendu les inquiétudes sur l’avenir, les préoccupations pour notre jeunesse et l’attachement à la dimension humaine.

Ces réponses et mes nombreuses rencontres m’ont conforté dans la méthode et l’exigence qui est la mienne depuis mon engagement public : être très présent sur le terrain, rencontrer les habitants, les associations, les commerçants, visiter les entreprises pour raisonner concrètement et avec bon sens. C’est ma façon de faire de la politique.

Pour pouvoir AGIR pour la France, pour pouvoir porter la voix des habitants, être utile et défendre notre territoire, cela suppose d’avoir la majorité à l’Assemblée nationale, c’est tout l’enjeu des élections législatives des 12 et 19 juin prochains.

Calendrier de Laurent Croizier

© Croizier / Facebook

Suivre Laurent Croizier

Twitter : @CroizierLaurent

Linkedin : Laurent Croizier

Site internet ou blog : www.laurentcroizier.fr

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

circo2501

Législatives 2022 : les candidats de la majorité présidentielle ne lâchent rien

Dans les deux premières circonscriptions du Doubs, Laurent Croizier (Modem) et Éric Alauzet (Renaissance), les deux candidats "Ensemble !" de la majorité présidentielle, battent la campagne pour chercher les électeurs et convaincre. Tous deux brandissent le risque des dangers de "l''extrême gauche".

Législatives 2022 : Marie-Guite Dufay apporte son soutien à Séverine Véziès (Nupes)

La présidente socialise de Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay a décidé de soutenir la candidate de la nouvelle union écologique et sociale qui sera face à Laurent Croizier (Ensemble ! Majorité présidnetielle) dimanche 19 au second tour. 

Législatives 2022 : “aucune voix” pour Mme Véziès selon Michel Vienet (LR)

Le candidat Les Républicains de la première circonscription du Doubs a terminé en quatrième position avec 4.075 voix pour 11 % des suffrages ce dimanche à l'issue du premier tour. Il appelle à faire barrage aux extrêmes, "donc aucune voix pour Madame Véziès" explique-t-il.

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.55
légère pluie
le 26/02 à 21h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
89 %