Go Sport : le tribunal se prépare à trancher pour le rachat

Publié le 18/04/2023 - 10:13
Mis à jour le 18/04/2023 - 11:42

Le tribunal de commerce de Grenoble se penche ce mardi 18 avril 2023 sur le rachat du groupe Go Sport, en redressement judiciaire depuis janvier, actuellement détenu par Hermione, People & Brands (HPB), une société de l'empire Ohayon.

 © maCommune.info
© maCommune.info

Une vingtaine d'offres de reprise ont été reçues par le tribunal, dans le cadre d'un plan de cession, alors que le propriétaire du distributeur d'article sportifs a renoncé dans la dernière ligne droite à présenter un plan de continuation.

Deux offres, en particulier, émergent parmi les candidats au rachat: celle du britannique Frasers face à celle d'Intersport France. "Deux offres très sérieuses", avec "une casse sociale limitée", de l'avis de Christophe Lavalle, délégué Force ouvrière et membre du CSE de Go Sport, qui donne priorité à "la préservation du maximum des salariés".

Lundi après-midi, le représentant syndical s'est dit "très content" d'apprendre le retrait de la holding Hermione People & Brands qui a annoncé dans un communiqué n'avoir pas pu conclure ses discussions "avec un partenaire de l'univers du sport, fortement intéressé par (son) projet de continuation".

Des repreneurs importants dans le monde du sport

Ce désistement intervient alors que le groupe de l'homme d'affaires bordelais Michel Ohayon traverse une passe difficile.

Après la liquidation de l'enseigne Camaïeu (2.600 salariés) en septembre dernier, la holding de tête du groupe, la Financière immobilière bordelaise (FIB), s'est déclarée en cessation de paiement, l'enseigne Gap (350 salariés) récemment rachetée par Go Sport a été placée en redressement judiciaire et 25 magasins Galeries Lafayette ont été mis en procédure de sauvegarde.

"Ce monsieur ne sait pas gérer les affaires" et "n'a aucun respect pour les salariés de Go Sport", a déclaré Christophe Lavalle à l'AFP tout en se félicitant que "deux repreneurs très importants dans le monde du sport se battent" pour le groupe.

Délibéré

La surenchère est en effet montée entre les deux principaux candidats à la reprise, chacun améliorant son offre à la dernière minute, selon le dossier que l'AFP a pu consulter au greffe du tribunal.

Dans son offre finale, la filiale de Frasers, Sports Direct, s'engage à reprendre 75 magasins, au lieu de 74 initialement annoncés, et 136 des 227 salariés du siège, au lieu de 117 initialement repris. Dans les magasins, Sports Direct s'engage à reprendre 1.477 salariés, sur les 1.574 recensés.

Dans son offre, Sports Direct indique vouloir, "de manière raisonnée et progressive au cours des trois ou quatre prochaines années", faire passer les magasins Go Sport sous enseigne Sports Direct. Ombre au tableau, sa réputation a souvent été assombrie par ses pratiques sociales, qui ont fait l'objet de vives critiques par le passé, notamment sur les conditions de travail de ses salariés.

De son côté, Intersport France, qui avait présenté une première offre conjointement avec plusieurs entreprises, a également modifié son offre. Le candidat s'est désolidarisé de ses précédents partenaires B&M et Chaussea pour faire une proposition de reprise en joint-venture avec une société qatari, Al-Mana, selon le dossier consulté par l'AFP.

Sport 2000, Centrakor, La Foir'Fouille au même LIDL ont candidaté

Intersport France propose désormais de reprendre 72 magasins, 1.446 salariés sur les 1.574 des magasins, et 185 salariés du siège (Groupe Go Sport).

D'autres repreneurs ont également candidaté, des entreprises locales, dont certaines franchisées sous l'enseigne Sport 2000, ou des groupes tels que Centrakor Stores, La Foir'Fouille ou même LIDL. Ils proposent des reprises partielles des actifs et des salariés de Go Sport.

Très inquiets pour leur avenir, les 2.200 salariés devront encore patienter avant de connaitre la décision du tribunal qui doit être mise en délibéré au terme des débats.

La société-mère Groupe Go Sport rassemble les activités du siège du distributeur, à Sassenage près de Grenoble, et 46 magasins en master franchise à l'international. Sa filiale Go Sport France réunit 82 magasins intégrés, 87 magasins franchisés (Go Sport et Endurance Shop) ainsi que la vente en ligne.

En termes de ventes, le Groupe Go Sport pèse un peu plus de 7 millions de chiffre d'affaires sur l'année 2021, et Go Sport France un peu plus de 350 millions d'euros, selon les chiffres des administrateurs judiciaires.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Economie

De nouveaux aménagements de la circulation dans le cadran nord-est bisontin

Ces derniers mois, de nombreux riverains et collectifs de riverains ont témoigné des effets positifs ou négatifs du plan de circulation mis en place à titre expérimental à l’automne 2023 dans les quartiers de la Combe Saragosse et du Point du Jour à Besançon. La Ville indique avoir eu des rencontres "particulièrement constructives et riches en propositions" à la suite de quoi, de nouveaux aménagements ont été pensés, a-ton appris le 23 mai 2024.

La Bourgogne-Franche-Comté représentée au plus grand salon européen des nouvelles technologies…

L'intelligence artificielle (IA) règne en maître sur VivaTech, le plus grand salon européen sur les nouvelles technologies, qui s'ouvre mercredi 22 mai 2024 à Paris avec des têtes d'affiche internationales du secteur. La Bourgogne-Franche-Comté est présente avec un pavillon régional dédié…

Quoi de neuf pour le printemps et l’été 2024 chez Baud ?

QUOI DE NEUF ? • Le printemps est déjà bien entamé et l’été se profile à l’horizon. Fête des mères, fête des pères, jeux olympiques, évènements personnels… la maison BAUD vous propose des desserts et créations adaptés à tout évènement de l’année, de même que nous ajustons notre offre en fonction des saisons. C’est le moment des communions, le début de la saison des mariages, bientôt des envies de glaces lorsque la température va augmenter…

Pour ses 50 ans, mignotgraphie ouvre ses portes le 24 mai 2024 !

PUBLI-INFO • Aujourd’hui, Mignotgraphie® compte une quarantaine de salariés et réalise des impressions à destination de toute la France, mais tout a commencé dans la boucle en 1974 de l’association de deux frères photographes, Yves et Alain Mignot. Récemment diplômés d’une école de photographie, fils d’un photographe installé à Pontarlier, ils décident de se lancer dans l’aventure photographique.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.3
légère pluie
le 25/05 à 18h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
83 %