Handicap : une aide bientôt élargie aux personnes avec déficience mentale

Publié le 05/10/2021 - 15:01
Mis à jour le 07/10/2021 - 15:55

Les personnes porteuses d’une déficience intellectuelle pourront bientôt bénéficier d’une aide humaine pour effectuer certains actes de la vie quotidienne, comme faire leurs courses ou effectuer des démarches administratives, a annoncé mardi le gouvernement, qui va d’abord évaluer ce dispositif dans trois départements pilotes.

Les critères ouvrant droit à la "prestation de compensation du handicap" (PCH) seront élargis pour que cette aide, jusqu'à présent octroyée en cas de handicap physique, le soit également aux personnes présentant un handicap psychique, mental, cognitif ou avec un trouble du neuro-développement, ont expliqué dans un communiqué les services de la secrétaire d'Etat chargée du handicap, Sophie Cluzel.

Cette extension "sera généralisée sur l'ensemble du territoire" en février 2021, mais en attendant, elle va être "testée" dans trois départements "précurseurs": les Ardennes, la Gironde et les Vosges, a précisé Mme Cluzel.

Cette réforme était réclamée de longue date par les associations représentant les personnes concernées et leurs familles: selon elles, les critères d'attribution de la PCH - qui permet depuis 2005 de financer une aide humaine pour certains gestes du quotidien - excluaient de facto les personnes porteuses d'un handicap mental.

Pour en bénéficier, il fallait jusqu'à présent que la personne soit dans l'incapacité d'effectuer seule des activités quotidiennes essentielles comme se laver, s'habiller, aller aux toilettes, manger, se déplacer dans son logement.

Or, de nombreuses personnes porteuses d'un handicap psychique ne sont pas entravées pour ces gestes quotidiens, mais pour d'autres démarches - faire ses courses, aller chez le médecin, prendre le bus... - pour lesquelles elles n'avaient droit jusqu'à présent à aucune aide.

Pour y remédier, les critères vont être élargis: l'aide humaine pourra être octroyée si la personne n'est pas autonome pour "prendre soin de sa santé", "gérer son stress face à l'imprévu", ou plus généralement si elle a besoin de soutien à son "autonomie globale".

Il s'agit de "faire cesser une discrimination dans l'accès aux droits", et de "garantir la participation à la vie sociale" des personnes concernées, a souligné Mme Cluzel.

La période de "test" dans trois départements permettra d'évaluer si les nouveaux critères proposés "sont vraiment opérationnels et touchent le bon public", a indiqué à l'AFP l'entourage de la secrétaire d'Etat. Le cas échéant, cela pourra donner lieu à des "réglages" du dispositif avant sa généralisation à toute la France. La démarche permettra également d'évaluer le coût supplémentaire de cette réforme pour les conseils départementaux, selon la même source.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Explosion du nombre de demandes d’AMP : appel aux dons de spermatozoïdes et d’ovocytes en Franche-Comté

APPEL AUX DONS • Jusqu’au 30 juin, une grande campagne de sensibilisation au don de gamètes se déroule partout en France pour encourager la population à donner ses spermatozoïdes et ses ovocytes afin de répondre à une demande plus forte que jamais suite à la loi bioéthique votée en août 2021 pour l’assistance médicale à la procréation (AMP). Dr Oxana Blagosklonov, responsable du centre d’études et de conservation des oeufs et du sperme (CECOS) au CHU de Besançon nous en parle…

Allaitement : cachez ce sein ?

Le 2 juin dernier, une jeune maman qui voulait allaiter son enfant alors qu'elle se trouvait au musée du Louvres à Paris n'a pas été autorisée à le faire. Un agente de sécurité lui a indique que cela n'était "pas permis". Notre diéteticienne Chloé Vuillemin se penche sur cette question de l'allaitement en public, le fonctionnement de l'allaitement et ses bienfaits nutritionnels.

Avez-vous la solaire attitude ?

Le vendredi 17 juin 2022 a débuté à l’école primaire Jean Macé de Besançon, une campagne de prévention aux risques solaires. C’est une campagne mise en place depuis 2016 par la Ville de Besançon, associée à l’Asfoder, l’Association des Dermatologues de Franche-Comté. 

Journée nationale de réflexion sur le don d’organes : le CHU de Besançon veut libérer la parole…

A l’occasion de la journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs, qui a lieu chaque année le 22 juin, le CHU de Besançon met en lumière des témoignages vidéos de proches de donneurs et de receveurs, et rappelle ainsi l’importance de parler du don d’organes autour de soi.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.95
nuageux
le 29/06 à 12h00
Vent
2.53 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
23 %

Sondage