Hommage à Samuel Paty : la maire d'Ornans invite les habitants à poser une bougie sur leur fenêtre

Publié le 20/10/2020 - 16:41
Mis à jour le 20/10/2020 - 16:42

Isabelle Guillame a décidé de mettre les drapeaux de la mairie d'Ornans en berne jusqu'à la fin de la semaine. Ce mercredi 21 octobre 2020, jour d'hommage national, les conseillers observeront une minute de silence. La maire d'Ornans invite les habitants "à s’associer à cet hommage et à poser une bougie sur leur fenêtre dès ce soir".

Message d'Isabelle Gullame, maire d'Ornans

"Samuel Paty voulait seulement enseigner, il voulait seulement transmettre un savoir, permettre la réflexion, l’émergence de la liberté d’expression, faire jaillir l’esprit critique ! Samuel Paty est mort d’avoir enseigné !

 Mes pensées vont à la famille de Samuel Paty, à ses collègues et à ses élèves marqués à jamais.  N’oublions jamais que cet homme a perdu sa vie parce qu’il voulait que des enfants construisent la leur.

Dans chaque enseignant, il y aura désormais la mémoire de Samuel Paty et la volonté indéfectible qui les animera pour continuer à faire découvrir, à faire réfléchir, à transmettre.

L’école c’est le lieu où on doit combattre l’ignorance, où on doit apprendre à se construire, à regarder l’autre et à accepter sa différence, à comprendre que l’autre peut penser autrement. Que l’autre peut croire…. ou ne pas croire. C’est ça la laïcité ! Ensemble soyons d’ardents défenseurs de l’école.

Les valeurs républicaines ne sont pas négociables parce qu’elles sont la garantie du vivre ensemble, elles ne sont pas négociables parce qu’elles sont le socle de notre avenir. Nous devons tous être les remparts à l’obscurantisme quel qu’il soit. Mais l’école à elle seule ne peut pas tout faire, nous, parents, citoyens, élus nous sommes responsables des lendemains qui arrivent, nous sommes responsables de la société dans laquelle nous vivons…

Voltaire disait « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrais pour que vous ayez le droit de le dire ». Car il y a des combats collectifs qui priment sur les volontés individuelles.

J’invite aussi chacun d’entre nous à réfléchir sur le rôle des réseaux sociaux dans cet assassinat, sur la manière dont Samuel Paty a été livré à la vindicte populaire.

La France c’est la Liberté, l’Égalité, la Fraternité. Ce ne sont pas de vains mots. Chaque jour nous devons les transmettre à nos enfants.

Ensemble battons-nous pour préserver cette République de Liberté, de Fraternité et de Liberté.

Rendons Hommage à Samuel Paty, ce Hussard de la République, mort d’en avoir été un de ses fervents piliers.

 Aujourd’hui la ville met ses drapeaux en bernes, ils le resteront jusqu’à la fin de la semaine. Demain, jour d’hommage national, le Conseil Municipal respectera une minute de silence en mémoire à Samuel Paty. J’invite tous les Ornanais à s’associer à cet hommage et à poser une bougie sur leur fenêtre dès ce soir."

Isabelle Guillame

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

samuel paty

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Hommage à Samuel Paty au lycée Pergaud de Besancon : « Assassiner un professeur touche le coeur même de notre république, notre démocratie, notre laïcité… »

Enseignants, personnels, élèves, parents. Plus de 250 personnes de l'ensemble de la communauté éducative se sont réunies ce mercredi 21 octobre 2020 dans la cour du lycée Pergaud à Besançon pour rendre hommage au professeur d'histoire-géographie tué vendredi dernier près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine.

Religion

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Messes suspendues : l’épiscopat espère pouvoir « trouver un protocole satisfaisant »

Le président de la Conférence des évêques de France, a exprimé dimanche sa déception de voir les messes suspendues en raison du reconfinement, mais espéré pouvoir trouver "un protocole satisfaisant" avec les pouvoirs publics pour pouvoir les célébrer à nouveau. En attendant, l’archevêque de Besançon, Mgr Jean-Luc Bouilleret, a célébré dimanche 8 novembre une messe retransmise en direct de la cathédrale St-Jean.

Besançon : les responsables des mosquées déposeront une gerbe aux pieds de cathédrale Saint-Jean en signe de paix

Ce dimanche 1er novembre 2020, les responsables des mosquées de Besançon déposeront une gerbe devant la cathédrale Saint-Jean de Besançon vers 19h00 juste après la messe de 18h15, dirigée par Mgr Jean-Luc Bouilleret, l'Archevêque de Besançon. Ils seront accompagnés par un certain nombre de fidèles pour ce geste symbolique...

Hommage à Samuel Paty : la maire d’Ornans invite les habitants à poser une bougie sur leur fenêtre

Isabelle Guillame a décidé de mettre les drapeaux de la mairie d'Ornans en berne jusqu'à la fin de la semaine. Ce mercredi 21 octobre 2020, jour d'hommage national, les conseillers observeront une minute de silence. La maire d'Ornans invite les habitants "à s’associer à cet hommage et à poser une bougie sur leur fenêtre dès ce soir".

Samuel Paty tué : « Nous sommes scandalisés que des gens emplis de haine associent l’Islam à leur folie meurtrière » (Mosquées de Besançon)

Suite à l'assassinat du professeur d'histoire-géographique Samuel Paty vendredi dernier, les responsables des mosquées de Besançon dénoncent un acte "odieux" qui vient "remettre en question l'exercice du métier noble d'enseignant". Ils appellent "à la vigilance et à l'unité pour faire front contre l'extrémisime et toutes les tentatives de division de notre pays."
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.78
ciel dégagé
le 30/11 à 3h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
97 %

Sondage