Interdiction de s'asseoir dans la rue :  'Ce n'est pas un arrêté anti-mendicité !' selon JL Fousseret

Publié le 17/08/2018 - 15:02
Mis à jour le 22/08/2018 - 12:18

Depuis le 9 juillet 2018, la Ville de Besançon a pris un arrêté interdisant « les stations assises prolongées avec des consommations d’alcool accompagnées ou non d’animaux et avec entrave à la circulation« . Cet arrêté, mis au jour ce jeudi par les médias, a déclenché une vague de réactions déferlant sur les réseaux sociaux. Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon, s’explique…

arrêté anti mendicité besançon  ©
arrêté anti mendicité besançon ©

L'arrêté, en application depuis le début du mois de juillet, est actif du lundi au samedi de 10h à 20h pour l'été et du lundi au dimanche en hiver sur un périmètre définit au centre-ville : rue des Granges, Grande rue, place Pasteur, place du 8 septembre, Pont Battant, rue Battant, le quai de Strasbourg... Il est encore valable jusqu'au 30 septembre ainsi qu'entre le 23 novembre et le 31 décembre 2018.

maCommune.info : pourquoi avoir pris cet arrêté ?

J-L Fousseret : "Ce n'est pas un arrêté anti-mendicité ! On présente cela comme un arrêté anti-mendicité, mais c'est un arrêté qui dit que lorsqu'il y a de la consommation d'alcool accompagné ou non d'animaux, des regroupements, des stations assises prolongées et qu'il y a une entrave à la circulation, c'est interdit. Cette année, on a assisté à une augmentation de ces phénomènes-là. Cela m'a amené à réagir. Mais on a encore le droit de s'asseoir à Besançon et de circuler dans la ville… ".

Quel est l'objectif premier de cet arrêté ?

J-L Fousseret : "Je réponds à la demande des commerçants, des habitants du centre-ville. Les habitants de Besançon veulent pouvoir circuler sans avoir à enjamber les personnes qui sont assises sur le trottoir. Ils empêchent les mamans de passer avec les poussettes, des personnes âgées sont aussi importunées. C'est pourquoi je veux réglementer cela.

Nous aidons les personnes défavorisées et nous sommes très fiers de l'action sociale et des traditions sociales de la ville. Il faut que l'on fasse en sorte de vivre paisiblement.

Avant, on avait des sanctions concernant la consommation d'alcool et les chiens non –tenus en laisse et on tenait un rôle pédagogique. Nous avons maintenant un outil légal pour dire : "vous ne pouvez pas faire cela". Je précise que je ne suis pas dans le "tout-sanction".

mC : Que pensez-vous du buzz autour de cet arrêté  depuis jeudi ?

J-L Fousseret : "C'est amusant, car d'un côté, on nous dit qu'on a trop de personnes en difficulté, d'être une ville trop accueillante et par ailleurs, on me taxe d'être un maire anti-mendicité. Donc il va falloir choisir entre les deux. Certains profitent de cela pour faire de la récupération politique. Je pense que parmi les manifestants de samedi (ndlr: une manifestation est organisée à 14h par le comité "la fête à Macron*), il a la personne qui m'a écrit il y a quelque temps, en me disant qu'elle ne pouvait plus rentrer cher elle le soir, car il a des gens couchés devant la porte. Je pense qu'il y a des gens qui veulent faire de l'agitation politique sur tous les sujets. Des personnes qui ne proposent rien, mais qui sont contre tout".

Info +

Une manifestation est organisée ce samedi 18 août 2018 par le comité la Fête à Macron à 14h place Pasteur. Il invite les habitants de Besançon " à venir s'asseoir dans les rues de Besançon avec une pancarte".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

arrêté anti-mendicité Besançon

Conseil municipal : les élus LR fustigent la majorité “atomisée” de Jean-Louis Fousseret

Le conseil municipal de Besançon post-polémique autour de l’arrêté anti-mendicité s’annonce houleux ce jeudi 20 septembre 2018. Entre la création d’un intergroupe au sein de la majorité plurielle du maire LREM de Besançon, l’opposition a tenu à s’exprimer. Dans un message posté sur Facebook, le conseiller municipal LR Ludovic Fagaut parle d’une majorité atomisée et émet le souhait de faire avancer certains dossiers…

Election municipale 2020, arrêté polémique, majorité fissurée… : qu’en pense le maire de Besançon ?

VIDEO • L’été 2018 a été tumultueux pour le maire à Besançon : entre polémique autour de l’arrêté dit « anti-mendicité », la création d’un intergroupe au sein de la majorité du conseil municipal ou encore les positionnements pour sa succession, comment voit-il la suite de son mandat jusqu’à l’élection municipale en 2020 ?

Municipales à Besançon : Dahoui appelle au rassemblement de la gauche

A moins de deux ans des élections municipales et suite à la fissure de la majorité plurielle renforcée par la polémique de l’arrêté anti-mendicité du maire LREM de Besançon, l’adjoint au maire (PS) en charge de l’éducation appelle dans une tribune au rassemblement de « toute la gauche bisontine ». Pour lui, il est impérieux que la majorité municipale tienne bon. Encore faut-il que les différentes composantes de la gauche à Besançon puissent se parler.

Politique

L’ancien préfet de Haute-Saône Michel Vilbois limogé pour management “brutal”

Préfet du Tarn depuis seulement 9 mois, Michel Vilbois, ancien préfet de Haute-Saône, sera démis de ses fonctions à compter du lundi 22 juillet. Connu pour sa fermeté face aux manifestations contre l’autoroute A 69 et visé, selon des sources concordantes, par des accusations de management "brutal". Son limogeage intervient environ un mois après un audit mené auprès de ses services par l’Inspection générale de l’administration (IGA), dont les résultats ne sont pas encore connus.

Candidat RN sous curatelle dans le Jura : un recours pour annuler le scrutin législatif

La candidate Nouveau Front populaire dans la 2e circonscription du Jura a déposé un recours mercredi 17 juillet 2024 devant le Conseil constitutionnel pour faire annuler le scrutin législatif qui avait vu la qualification au second tour d'un candidat Rassemblement national sous curatelle, donc théoriquement inéligible.

Christophe Grudler au lancement d’Ariane 6 : ”Ce succès va permettre à l’Europe de retrouver son accès autonome à l’espace”

Le député européen terrifortain, Christophe Grudler (MoDem / Renew Europe), spécialiste des questions spatiales au Parlement européen, a assisté au succès du vol de qualification d’Ariane 6 mardi 9 juillet 2024 du port spatial de l’Europe à Kourou. Seul représentant des institutions de l’Union européenne sur place, il appelle à généraliser la préférence pour un lanceur européen, pour les lancements de satellites européens.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.25
légère pluie
le 20/07 à 21h00
Vent
2.14 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
97 %