Journée test pour l’Acte VIII des « gilets jaunes »

Publié le 05/01/2019 - 12:18
Mis à jour le 05/01/2019 - 14:05

Ils vont à nouveau défier le gouvernement dans la rue. Après l'arrestation d'une de leurs figures médiatiques, les "gilets jaunes" lancent samedi 5 janvier 2019 "l'acte VIII" de leur mobilisation dans plusieurs villes de France pour peser sur le gouvernement qui dénonce des velléités "d'insurrection" et réclame le retour à l'ordre. A Besançon, un rassemblement est organisé à 14h place de la révolution. Le cortège devrait se rendre aux Glacis mais devrait éviter la préfecture du Doubs qui a été le théâtre de nombreux heurts lors des derniers samedi de manifestations.  

gilets jaunes revolution besancon
© d poirier
PUBLICITÉ

Journée test

Cet « acte VIII » sera de fait un test pour ce mouvement de contestation inédit qui fait vaciller l’exécutif depuis un mois et demi mais qui a donné des signes d’essoufflement dans la rue ces dernières semaines. Lors de « l’acte VII » du 29 décembre, 12.000 manifestants avaient été recensés en France à midi, d’après le ministère de l’Intérieur qui n’avait toutefois pas donné de chiffre global à la fin de la journée. Le ministère en avait dénombré 38.600 le 22 décembre et surtout 282.000 le 17 novembre, lors de l’acte fondateur de ce mouvement qui a d’abord ciblé la hausse du prix des carburants avant de porter des revendications plus larges sur la fiscalité ou le droit à un référendum d’initiative citoyenne.

Fragilisé par cette contestation inédite, le chef de l’État Emmanuel Macron avait annoncé le 10 décembre une série de mesures, notamment une hausse de 100 euros des salaires au niveau du Smic, et promis dans ses voeux du 31 décembre un retour à « l’ordre républicain ». Mais il n’est pas parvenu à éteindre la fronde.

 

« La colère va se transformer en haine si vous continuez, de votre piédestal, vous et vos semblables, à considérer le petit peuple comme des gueux », a prévenu ainsi le collectif de « gilets jaunes » « La France en colère » dans une lettre ouverte au président diffusée jeudi soir.

Face à cette détermination, le gouvernement a durci le ton contre les « gilets jaunes » encore mobilisés. « (Le mouvement), pour ceux qui restent encore mobilisés, est devenu le fait d’agitateurs qui veulent l’insurrection et, au fond, renverser le gouvernement », a estimé vendredi Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement. Dans un télégramme du 29 décembre, le ministre de l’Intérieur avait par ailleurs appelé les préfets à la fermeté et à continuer à faire évacuer, y compris par la force, la « centaine de points de rassemblements » qui subsistent sur les axes routiers en France. Pour ce week-end, le préfet des Pyrénées-Orientales a notamment interdit toute manifestation de « gilets jaunes » au niveau des barrières de péage et à la frontière entre la France et l’Espagne, au « vu des risques et des troubles à l’ordre public ».

 

Pour cette première mobilisation de l’année 2019, les « gilets jaunes » se sont donné rendez-vous autour de places symboliques des grandes villes, insensibles aux concessions de l’exécutif et au grand débat national qui doit s’ouvrir à la mi-janvier pour faire émerger des revendications. Bordeaux, Toulouse, Lyon. A Paris, deux principales actions ont été déclarées à la préfecture : une marche partira de la place de l’Hôtel-de-Ville en début d’après-midi pour rallier l’Assemblée nationale et un rassemblement est prévu sur les Champs-Élysées, haut lieu de contestation lors des précédents week-ends.

Vers 8h30, une quinzaine de fourgonnettes de CRS étaient stationnées en bas de la célèbre artère et à proximité de l’Arc de Triomphe, mais seule une poignée de manifestants étaient pour l’heure visible, a constaté un journaliste de l’AFP. Le trafic était par ailleurs normal sur l’ensemble du réseau des métros et autobus parisiens, selon la RATP.

C’est à proximité des Champs-Élysées qu’Eric Drouet, figure controversée du mouvement, avait été arrêté mercredi soir et placé en garde à vue une dizaine d’heures. Ce qui avait provoqué l’indignation de l’opposition et de « gilets jaunes », dont certains ont demandé au Défenseur des droits d’ouvrir une enquête pour sur ces « atteintes à la liberté ».

 

Nouvelle stratégie

Pour éviter les débordements qui ont émaillé plusieurs mobilisations, 3.600 CRS et gendarmes mobiles seront déployés samedi en France, auxquels s’ajouteront notamment des compagnies de sécurisation et des policiers de la BAC, a appris l’AFP de sources concordantes.  Pour échapper aux forces de l’ordre, certains « gilets jaunes » semblent envisager une nouvelle stratégie basée sur la discrétion.

« La France en colère » a ainsi suggéré à ses sympathisants de retirer leurs gilets jaunes samedi pour « se présenter dans les rues (…) comme les simples citoyens qu’ils sont ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Visite de Christophe Castaner à Besançon : des Gilets Jaunes mis à l’écart s’insurgent

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'est rendu ce 13 mars 2019 à Besançon dans le cadre du programme des quartiers de reconquête républicaine (QRR) avec l'inauguration du commissariat de secteur de Planoise. N'ayant pas pu approcher le ministre, un groupe de Gilets Jaunes se dit "réprimé".

Manifestation des Gilets Jaunes : les commerçants impactés peuvent demander des baisses d’impôts

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a reçu ce 7 mars 2019 les élus de l’association France Urbaine et de l’Association des maires de France (AMF). Il leur a présenté le plan d’action du Gouvernement annoncé le 13 février dernier en soutien aux collectivités locales et aux commerçants impactés par le mouvement des Gilets Jaunes. La perte des ventes pourra être déduite fiscalement (au niveau des impôts).

Le syndicat Force Ouvrière s’insurge contre la « pression » subie par Frédéric Vuillaume, son secrétaire général

Le syndicat Force Ouvrière du conseil régional Franche-Comté Bourgogne tient à apporter son soutien ce 5 mars 2019 à Frédéric Vuillaume, Gilet jaune et secrétaire général du syndicat FO. Ce dernier a été à plusieurs reprises mis en garde à vue et devrait être prochainement entendu par le tribunal correctionnel suite aux manifestations des Gilets jaunes à Besançon.

600 manifestants « toujours là » pour l’acte XVI des Gilets Jaunes à Besançon

Environ 600 gilets jaunes se sont rassemblés place de la Révolution à Besançon ce samedi 2 mars pour le seizième acte des Gilets jaunes. Le rassemblement s'est terminé à proximité de la préfecture du Doubs où quelques heurts ont éclaté. Sept individus venus en découdre avec les forces de l'ordre ont été interpellés.

Acte 16 des « Gilets Jaunes » : entre mobilisation aux stations-service de Pontarlier, manifestation à Besançon et Grand Débat

Les "Gilets jaunes" manifestent samedi 2 mars 2018 en France pour un acte 16 présenté comme un prélude à un "gros mois" de mobilisation le 9 et surtout le 16 mars afin de marquer la fin du Grand débat et les quatre mois du mouvement social. A Pontarlier, les gilets jaunes vont se mobiliser aux abords des stations-service de 11h à 16h. A Besançon une nouvelle marche est organisée à 14h au départ de la place de la révolution alors que des débats sont organisés par le conseil citoyen du quartier Besançon Planoise et par l'association pour le droit de mourir dans la dignité.

Perquisition au domicile du Gilet Jaune Frédéric Vuillaume

Mise à jour à 19h05 • Alors qu'il était venu au commissariat accompagné d'une trentaine de Gilet Jaune ce mercredi, Frédéric Vuillaume était sorti de garde à vue vers midi. Les policiers ont procédé à une perquisition à son domicile ce jeudi 28 février 2019 à 6h30. A nouveau placé en garde à vue, il a été libéré ce jeudi. Une vingtaine de manifestants s'est regroupée devant le commissariat de Besançon afin de le soutenir. Il pourrait être à nouveau convoqué en vue "d'une présentation au tribunal", nous précise-t-on.

Gilets Jaunes : « Le ras-le-bol fiscal doit être entendu » (Pierre Moscovici)

Le mouvement social des Gilets Jaunes, qui a rassemblé 46.600 manifestants en France samedi pour son acte 15, traduit notamment un "ras-le-bol fiscal qui doit être entendu", a estimé dimanche le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, dans une émission d'Europe 1, CNews et Les Echos.

Dans la catégorie

« On est là, on est là !… » Plus de 600 manifestants pour l’acte XIX des Gilets Jaunes à Besançon

Sous le soleil et dans un esprit relativement bon enfant, entre 600 et 750 manifestants ont déambulé dans les rues de Besançon en début d'après-midi. Voulant rejoindre le quartier des Vaites, ils ont été bloqués à plusieurs reprises par les forces de l'ordre. Vers 18h, les manifestants se sont retrouvés vers 18h sur le secteur de Chamars à proximité de la préfecture du Doubs.

#19Mars : plus de 1.000 manifestants à Besançon

Direct • Les syndicats attendent entre 700 et 2.000 manifestants ce mardi 19 mars 2019 pour la journée nationale d'action.  Ils sont près d'un millier dans les rues de Besançon, 850 selon les autorités. "Augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, égalité hommes femmes, un véritable droit à l’éducation et à la formation, renforcement de la protection sociale » et du système solidaire de retraite par répartition, réponse aux enjeux climatiques et environnementaux, tout en développant des emplois de qualité" font partie des revendications.

19 mars : les manifestations et les perturbations en Franche-Comté

Besançon, Dole, Belfort, Vesoul, Lons-le-Saunier, Saint-Claude, Montbéliard : sept rassemblements sont organisés en Franche-Comté pour la journée d'action à l'appel de FO, la CGT, Solidaires et les organisations Unef (étudiants) et UNL (lycéens) mais sans la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC. Voici la liste des manifestations et des perturbations.

Grève et journée d’action du 19 mars : quelles sont les revendications ?

FO, la CGT, Solidaires et les organisations de jeunesse Unef (étudiants) et UNL (lycéens) appellent mardi 19 mars 2019 à une journée d'action et de grèves afin d'"amplifier le mouvement social". Un mouvement approuvé par 73 % des Français selon le baromètre des services publics Odoxa pour la Banque française Mutualiste, l'Obs, France Inter et la presse régionale, publié ce mardi.

Journée de grève mardi 19 mars à Besançon : perturbation des Bus&Tram et manifestation à 11 heures

Les syndicats CGT, FO et Solidaires, ainsi que les organisations de jeunesse UNEF et UNL, appellent l'ensemble des Français à se manifester lors de la journée de grève générale et nationale ce mardi 19 mars 2019. A Besançon, une mobilisation est prévue à 11h00 devant la Chambre de Commerce et d'Industrie. Le réseau Ginko sera, lui, aussi perturbé.

Acte 18 – Les Gilets Jaunes à nouveau dans la rue à Besançon ce samedi

Mise à jour • Une nouvelle mobilisation s'est déroulée ce 16 mars 2019 à Besançon dans le cadre de l'acte 18 des Gilets Jaunes. À Paris de violents heurts ont éclaté ce samedi. A Besançon, la Préfecture du Doubs estime les manifestants à 500. A 18h20, plusieurs Giles Jaunes manifestaient encore devant la Gare Viotte. Ils ne sont finalement pas rendus à Planoise. Aucune interpellation n'a été effectuée.

Mobilisation pour le climat ce vendredi à Besançon : les étudiant(e)s dispensés de cours par le président de l’université de Franche-Comté

L'Association Solidaire de défense des Étudiants (ASDE du syndicat SUD Soldaires Etudiant.es ) appelle à la mobilisation ce 15 mars 2019 à 10h00 Place de la Révolution à Besançon. Un arrêté a été pris par Jacques Bahi, président de l'université, afin de "dispenser d'obligation d'assiduité" les étudiants dans le cadre de la manifestation. Des marches pour le climat sont attendues dans toute la France ce vendredi et samedi.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.24
ciel dégagé
le 25/03 à 6h00
Vent
1.95 m/s
Pression
1026.12 hPa
Humidité
90 %

Sondage