Justice : l’Assemblée vote la fusion des tribunaux d’instance et de grande instance

Publié le 06/12/2018 - 08:15
Mis à jour le 06/12/2018 - 08:17

L'Assemblée nationale a voté dans la nuit du mercredi 5 au  jeudi 6 décembre 2018 la fusion controversée des tribunaux d'instance (TI) et de grande instance (TGI) au grand dam des oppositions qui ont dénoncé une "disparition de la justice de proximité".

tribunal d'instance
© d poirier
PUBLICITÉ

Cette mesure, examinée en première lecture dans le cadre de la réforme de la justice, a été adoptée par 58 voix contre 34 et 1 abstention, lors de débats tendus. Les oppositions ont notamment dénoncé les conditions d’examen du projet de loi, qui n’a pas pu être bouclé et doit donc faire l’objet d’une nouvelle date d’inscription à l’ordre du jour des travaux en séance des députés.

A la reprise des débats à 21h30, des députés de gauche comme de droite ont multiplié les rappels au règlement pendant une heure, en déplorant un examen du texte « tronçonné » par le retard accumulé.

A l’origine, d’autres textes devaient être examinés, notamment sur le logement en outre-mer. Mais la conférence des présidents – qui fixe l’ordre du jour de l’Assemblée – a décidé de remplacer l’examen de ces textes par celui portant sur la justice pour tenter d’en achever la lecture. En vain.

Mesure emblématique du projet de loi, la fusion entre les TI et TGI suscite depuis des mois des critiques, grèves et manifestations d’avocats et de magistrats, qui redoutent une refonte de la carte judiciaire où certains tribunaux, vidés de leurs substance, finiraient par fermer. « Nous ne pouvons pas voter cet article », a affirmé Philippe Gosselin (LR) en dénonçant « une disparition de la justice de proximité ».

Pour Thierry Benoit (UDI-Agir), cette mesure « est la suite de la réforme ratée de Rachida Dati », ancienne garde des Sceaux (2007-2009), sur la carte judiciaire. A gauche, le communiste Stéphane Peu a déploré « une perte de proximité » de la justice. « Vous allez éloignez la justice du justiciable », a considéré pour sa part l’insoumis Ugo Bernalicis.

« Le sentiment général, c’est que réforme après réforme, vous êtes en train de désarticuler l’organisation de nos services publics », a affirmé quant à lui le socialiste David Habib.

« plus de lisibilité et de simplicité »

« Je vais vous faire une confidence », avait lancé la veille la garde des Sceaux Nicole Belloubet en brandissant dans l’hémicycle la carte de l’implantation actuelle des tribunaux. « Cette carte vivra demain et après demain et dans les années à venir car s’est l’engagement que j’ai pris », avait-elle expliqué en plaidant pour « plus de lisibilité et de simplicité » dans l’organisation judiciaire.

Le tribunal d’instance (304 sites) représente la justice des petits litiges du quotidien et le tribunal de grande instance (164 sites) la juridiction de droit commun.

Avec cette réforme, le gouvernement souhaite mutualiser les effectifs de magistrats et de greffes, et unifier la gestion budgétaire pour la rationaliser, la simplifier.Le texte prévoit également la possibilité de spécialiser certains TGI actuels en matière civile et pénale au sein d’un même département. Des procureurs chefs de file au niveau départemental seront désignés.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Deux Gilets jaunes condamnés pour acte de cruauté envers un animal dans le Jura

Deux individus âgés d'une vingtaine d'années ont été condamnés à un stage de citoyenneté et deux mois de prison (en cas de non respect du stage) vendredi 8 mars 2019 au tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier pour avoir torturé un mouton à coups de pelle et de fourche. Les deux individus qui portaient un gilet jaune lors de leurs actes en décembre 2018.

Viols sur mineurs : 10 ans de réclusion pour l’ancien entraîneur de rugby

Le verdict est tombé dans la soirée. Un ancien entraîneur d'un club rural de rugby dans le Doubs a été condamné mercredi 6 mars 2019 par les jurés de la cour d'assises du Doubs à 10 ans de réclusion pour viols et agressions sexuelles sur deux joueurs mineurs au moment des faits entre 2003 et 2006. Étienne Manteaux, le procureur de Besançon avait requis huit années de réclusion.

Agression à la prison de Condé-sur-Sarthe : le détenu avait menacé d’égorger un surveillant à Besançon il y 3 ans

Deux surveillants pénitentiaires de la prison de Condé-sur-Sarthe ont été victimes d'une attaque au couteau par un détenu radicalisé, Michaël Chiolo, mardi 5 mars 2019. Ce même détenu avait menacé d'égorger un surveillant à la maison d'arrêt de Besançon en 2016 selon une info France Bleu Besançon.

Cantine : la Ville de Besançon déboutée par la cour administrative d’appel de Nancy

L'accès à la cantine est un droit. La cour administrative d'appel de Nancy a rejeté mardi 5 février 2019 l'appel de la ville suite à sa condamnation par le tribunal administratif de Besançon (7 décembre 2017) pour avoir refusé d'inscrire un petit garçon à la cantine à la rentrée 2017. La Ville de Besançon n'exclut pas désormais de saisir le Conseil d'État.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -2.32
ciel dégagé
le 20/03 à 6h00
Vent
2.27 m/s
Pression
1032.97 hPa
Humidité
88 %

Sondage