Le Docteur Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire

Publié le 12/06/2019 - 13:56
Mis à jour le 12/06/2019 - 15:25

La cour d’appel de Besançon se penchait sur l’affaire du Docteur Péchier ce mercredi 12 juin 2019. Le parquet le voulait en détention provisoire, la défense réclamait son maintien en liberté. La cour d’appel a finalement décidé de le laisser libre sous contrôle judiciaire.

Laissé libre en mai, le parquet avait fait appel

De nouveau mis en examen à la mi-mai pour 17 empoisonnements, portant à 24 le nombre de cas suspects, dont neuf mortels, Frédéric Péchier était une nouvelle fois ressorti libre du palais de justice bisontin en mai dernier, soumis à un strict contrôle judiciaire.

Il était ce mercredi 12 juin 2019 devant la cour d'appel, le parquet ayant fait appel de la décision et le voulant en détention provisoire. Le parquet n'aura pas obtenu gain de cause.

D’un côté, les avocats de la défense, qui n’ont cessé de mettre en garde contre un « emballement judiciaire » dans cette affaire très médiatique et de faire valoir le manque de preuves, réclamaient le maintien en liberté de leur client qui clame son innocence et dénonce un coup monté.

De l’autre, le ministère public, qui considère que le Dr Péchier est « le dénominateur commun » des 24 cas d’empoisonnements survenus entre 2008 et 2017 et a relevé un « faisceau d’éléments concordants », a demandé son placement sous mandat de dépôt, invoquant le trouble à l’ordre public.

A-t-il influencé le cours de l'instruction ?

Selon l’enquête, ces « événements indésirables graves » (EIG), comme les désigne le milieu médical, auraient été causés par la pollution volontaire « de poches de soluté de réhydratation ou (…) de paracétamol avec des anesthésiques locaux ou du potassium ». Les enquêteurs estiment que le Dr Péchier cherchait à provoquer des complications chez les patients de ses collègues pour les réanimer ensuite et apparaître en sauveur.

Sur le plateau de BFM TV, le mis en cause a été accusé par Me Berna, l'avocat de plusieurs parties civiles, d'avoir tenter « d‘influencer des experts ». « Il a tenté d’influencer de manière déloyale le cours de l’instruction », assure l’avocat.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Affaire Péchier : l’anesthésiste conteste sa mise en examen dans trois cas supposés d’empoisonnement

Les avocats de Frédéric Péchier, médecin-anesthésiste soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels mais qui clame son innocence, ont contesté le 9 février dernier à Besançon sa mise en examen dans trois cas. La justice rend sa décision ce mercredi 30 mars 2022.

Tentative de suicide de Frédéric Péchier, l’anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements

Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, « a tenté de mettre fin à ses jours » dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021 ont annoncé ce mardi 5 octobre ses avocats, selon qui « son état est critique » et son « pronostic réservé« .

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas “les traits d’un tueur en série” selon une contre-expertise psychiatrique

D’après les conclusions d’un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d’avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas « les traits d’un tueur en série » dans sa personnalité.

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.06
nuageux
le 25/04 à 18h00
Vent
0.42 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
58 %