Le don de moelle ? "Pas si dur", rassure une campagne pour convaincre les jeunes

Publié le 23/09/2020 - 16:48
Mis à jour le 24/09/2020 - 15:36

Pour "dédramatiser" le don de moelle osseuse, vital mais qui "pâtit d'idées reçues", l'Agence de la biomédecine déploie une campagne à destination du jeune public sur les réseaux sociaux.

don moelle osseuse
don moelle osseuse © don de moelle osseuse

"L'objectif est d'inciter les personnes de moins de 35 ans, et particulièrement les hommes, à s'inscrire sur le registre des donneurs volontaires de moelle osseuse", explique dans un communiqué l'agence sanitaire chargée notamment des prélèvements et des greffes.

Dans des vidéos privilégiant l'"humour" et la "légèreté", les comédiens Rayane Bensetti et Azize Diabaté racontent ainsi que le plus "douloureux" ces derniers mois, marqués par la crise sanitaire, a été "l'absence de séances de sport" ou le fait de "ne pas pouvoir manger un bon grec", avant de juger que "ce qu'ils ont vécu est sans doute bien plus difficile que de donner sa moelle osseuse".

"Plus de 311.000 personnes" sont inscrites actuellement sur le registre français des donneurs de moelle osseuse. Mais l'Agence de la biomédecine, qui veut "continuer à faire progresser" ce chiffre, bute souvent sur une confusion dans les esprits entre la moelle osseuse, située dans les os et qui fabrique les cellules du sang, et la moelle épinière, élément du système nerveux logé dans la colonne vertébrale.

De plus, nombre de personnes redoutent un mode de prélèvement invasif ou douloureux, alors que trois fois sur quatre, le don de cellules de moelle osseuse se fait par prélèvement sanguin et qu'"il s'organise entre un et trois mois à l'avance" quand une compatibilité est trouvée.

L'Agence de la biomédecine souhaite aussi rajeunir et recruter plus d'hommes sur son registre des donneurs, aujourd'hui composé à 65% de femmes et à 53% de personnes de plus de 35 ans.

D'une part, "plus un donneur s'inscrit jeune, plus il reste longtemps sur le registre et plus il a de chance, de ce fait, de pouvoir aider un malade. Les cellules issues de donneurs jeunes sont également plus nombreuses et permettent donc aux patients une meilleure prise de greffe".

Par ailleurs, les cellules prélevées chez des hommes offrent de meilleures chances de succès que celles prélevées chez les femmes ayant eu des enfants, où la présence des anticorps naturellement développés pendant la grossesse complique la bonne tolérance de la greffe.

Environ 2.000 personnes atteintes de maladies graves comme des leucémies, des lymphomes (cancer du système lymphatique) ou des maladies du sang ont besoin d'une greffe de moelle osseuse chaque année en France.

Or, en dehors de la fratrie, la probabilité de trouver un donneur parfaitement compatible est très faible: "seulement d'une chance sur un million, en moyenne", souligne l'Agence de la biomédecine.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Confinement : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre

Ce jeudi 29 octobre, à quelques heures du début du deuxième confinement en France, le Premier ministre Jean Castex entouré de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, Elisabeth Borne ministre du Travail, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Olivier Véran, ministre de la Santé, détaillera la feuille de route.

Covid : tous les établissements de Bourgogne-Franche-Comté appelés à déprogrammer les opérations non urgentes

La situation épidémiologique continue à s’aggraver considérablement en Bourgogne Franche-Comté selon un communiqué de l'ARS ce jeudi 29 octobre. Après avoir mobilisé dès ce mardi les établissements du Jura et de Saône-et-Loire, le directeur général de l’ARS a demandé hier soir, mercredi 28 octobre, aux directions des établissements de santé publics et privés de toute la région, d’activer sans délai le niveau 3 des plans de mobilisation des capacités hospitalières, préparés pour faire face à une 2ème vague épidémique. Par conséquent, il est demandé à tous ces établissements de procéder à la déprogrammation des activités non urgentes.

Situation « extrêmement difficile » dans les hôpitaux pendant 2 à 3 semaines, selon Delfraissy

La situation va être "extrêmement difficile" pour le système hospitalier durant deux à trois semaines en raison de la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, a prévenu ce jeudi 29 octobre 2020 le président du conseil scientifique, l'instance qui guide le gouvernement, Jean-François Delfraissy.

Confinement : les mesures précisées ce jeudi à 18h30 par J. Castex

Le Premier ministre s'exprimera ce jeudi 29 octobre 2020 pour détailler les annonces faites par le président mercredi soir, d'abord devant l'Assemblée nationale puis devant le Sénat l'après-midi, où les nouvelles mesures liées au confinement seront soumises à un vote des parlementaires, avant une conférence de presse prévue à 18H30.

Territoire de Belfort : l’association qui gérait l’Ehpad de Valdoie dessaisie

L'association qui gérait l'Ehpad de Valdoie (Territoire de Belfort), sous administration provisoire depuis avril après une trentaine de décès pendant la crise du coronavirus, va être dessaisie en  raison de "manquements d'une particulière gravité" dans sa gestion, a indiqué mercredi 28 octobre 2020 le conseil départemental.

Vers un reconfinement ? Suivez l’allocution en direct de l’Elysée du Président de la République à 20h…

Le président de la République Emmanuel Macron s'exprimera en direct de l'Elysée ce mercredi 28 octobre 2020 à 20 heures sur les prochaines mesures sanitaires qui seront mises en application en France d'ici la fin de la semaine alors que  la situation épidémiologique s’aggrave considérablement dans la région Bourgogne franche-Comté comme dans plusieurs régions.

Assurance Maladie du Doubs : 21.663 appels en lien avec la Covid-19 depuis le 13 mai dernier…

"Il faut briser les chaines de contamination" (directeur) • Alors que l'épidémie atteint son pic et que les Français(es) attendent non sans impatience les annonces du gouvernement ce mercredi 28 octobre 2020, nous nous sommes rendus à l'Assurance Maladie du Doubs pour voir comment elle affronte cette deuxième vague...

Covid-19 : pas de dépistage pour les personnes sans ordonnance

Face à la reprise marquée de l'épidémie SARS-CoV2 dans le département du Doubs, et notamment sur Besançon, la préfecture du Doubs, l'ARS Bourgogne-Franche-Comté et la ville de Besançon en lien avec les laboratoires LPA et CBM25 ont convenu de prioriser les tests aux personnes de priorité 1 à l'exception des personnes symptomatiques sans prescription afin d'apporter la réponse la plus efficace possible face à la progression du virus, apprend-on dans un communiqué ce mois d'octobre 2020.

Aggravation de la situation épidémiologique : déprogrammation des opérations non-urgentes des hôpitaux en Saône-et-Loire et dans le Jura

Dans un message envoyé ce mardi 27 octobre aux directions des établissements de santé publics et privés de ces deux départements, le directeur général de l’ARS leur demande d’activer dès ce mardi, et en avance de phase sur l’ensemble des établissements de la région, le niveau 3 des plans de mobilisation des capacités hospitalières, préparés pour faire face à une 2ème vague épidémique. Par conséquent, il est demandé à ces établissements de procéder à la déprogrammation des activités non urgentes.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.49
couvert
le 30/10 à 3h00
Vent
3.02 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
95 %

Sondage