Liquidation de Logo: les salariés trouvent un accord avec LVMH

Publié le 11/07/2017 - 18:36
Mis à jour le 11/07/2017 - 18:36

Les anciens salariés de Logo, manufacture de lunettes du Jura placée en liquidation judiciaire en novembre, ont trouvé un accord avec le géant du luxe LVMH, en vue d’une indemnisation, a-t-on appris mardi auprès des deux parties.

Des salariés de Logo, 78 personnes sur les 172 que comptait l'entreprise avaient attaqué LVMH en justice fin décembre pour obtenir des dommages et intérêts, estimant que le numéro Un mondial du luxe qui détient la marque TAG Heuer était responsable de leur licenciement. Selon eux, TAG Heuer avait créé une situation de dépendance économique et avait provoqué la chute de l'entreprise en rompant son contrat avec elle, une présentation des faits totalement contestée par LVMH.

Cependant, le groupe du milliardaire Bernard Arnault et les salariés de Logo ont préféré négocier une transaction, qui pourrait aboutir d'ici la fin de l'été. Un jugement du tribunal de grande instance de Paris, qui était attendu le 4 juillet, a été reporté sine die du fait de ces négociations. "Il y a un accord entre LVMH et les salariés, mais il n'est pas encore complètement finalisé car il faut que le tribunal de commerce l'homologue et qu'il n'y ait pas de recours de la part de tiers", a annoncé à l'AFP l'avocat des anciens salariés de Logo, Me David Métin.

Selon des sources proches du dossier, l'indemnisation varierait selon le niveau de rémunération des salariés et son montant moyen serait aux alentours de 10.000 euros par personne. Pour Me David Métin, qui avait initialement réclamé plus de 100.000 euros par salarié, "l'action porte ses fruits" et "la somme obtenue n'est pas déraisonnable".

Me Virginie Verfaillie, qui défend LVMH, a confirmé l'existence d'un accord qui doit encore obtenir le feu vert de la justice. Elle souligne que cette transaction "ne vaut pas reconnaissance d'une quelconque responsabilité de la part de TAG Heuer", ce qui sera clairement stipulé dans le protocole.

Rappel

Le 15 novembre, Logo, dernière grande manufacture de lunettes de France, installée à Morez (Jura), avait été placée en liquidation judiciaire, après la perte des licences de son principal client, LVMH. Pendant une vingtaine d'années, Logo avait été le fabricant exclusif des lunettes haut de gamme TAG Heuer et Fred, deux filiales de LVMH. Du côté de TAG Heuer, on fait valoir que Logo avait d'autres clients qu'elle n'a pas su conserver. TAG Heuer affirme avoir tenu tous ses engagements et être même allé au-delà de ses obligations. Le naufrage de Logo serait la conséquence de la gestion défaillante de sa direction et de son actionnaire, selon le groupe LVMH.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

logo

Logo : l’ autorisation de l’accord entre LVMH et les salariés est une “bonne nouvelle”

Le  juge commissaire du tribunal de commerce de Lyon a autorisé un accord prévoyant l’indemnisation par le géant du luxe LVMH des anciens salariés de Logo, manufacture de lunettes du Jura placée l’an dernier en liquidation judiciaire. L’ancien responsable du CE de l’entreprise jurassienne estime que la décision est une bonne nouvelle…

Affaire Logo contre LVMH : jugement attendu le 4 juillet 2017

Le tribunal de grande instance de Paris rendra son jugement le 4 juillet 2017 dans l’affaire qui oppose les salariés de Logo, manufacture de lunettes du Jura placée en liquidation judiciaire en novembre, au géant du luxe LVMH. Le délibéré, qui était prévu ce mardi 30 mai 2017, a été reporté au 4 juillet, a-t-on appris lundi auprès des avocats des deux parties.

Liquidation judiciaire de Logo : le préfet du Jura mobilisé pour le reclassement des salariés et la filière lunetterie jurassienne

A la suite de la décision du 15 novembre 2016 du tribunal de commerce de Lyon prononçant la liquidation judiciaire de l’entreprise LOGO, le préfet du Jura, Richard Vignon a rencontré les salariés de la société ainsi que les élus du territoire, le 17 novembre, en sous-préfecture de Saint-Claude.

Lunetterie : Marie-Guite Dufay veut “sauver cette filière d’excellence industrielle” dans le Jura

Le 15 novembre 2016, Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a réagi à  la liquidation judiciaire du fabricant de lunettes jurassien LOGO, par le tribunal de Lyon. Elle appelle à « construire un avenir pour la filière de la lunetterie ».

Le lunetier du Jura LOGO placé en liquidation judiciaire

Le fabricant de lunettes jurassiens LOGO, qui emploie environ 170 salariés en France, a été placé en liquidation judiciaire ce mardi 15 novembre 2016 « avec effet immédiat » par le tribunal de commerce de Lyon. 

L’avenir de Logo à Morez se joue devant le tribunal de commerce de Lyon

Menacée de fermeture depuis la fin de sa collaboration avec LVMH, l’entreprise LOGO à Morez, dernière grande manufacture de lunettes de France, risque de devenir le nouveau symbole du déclin de l’industrie lunetière française, née dans le Jura à la fin du 18e siècle. Ce mercredi 2 novembre 2016, le tribunal de commerce de Lyon statuera sur son avenir. La décision est attendue en fin de matinée. Les 220 salariés craignent une liquidation judiciaire. 

Economie

Tiny Houses, tentes XXL, espace snaking… Le nouveau visage du camping Chalezeule

Installée depuis un mois, les 10 tiny houses (…) et les 5 tentes familiales complètent désormais l’offre du camping de Chalezeule qui comptait déjà (et encore) des espaces dédiés aux campeurs sous une tente personnelle. Repensé l’espace snacking a également été officiellement inauguré vendredi 19 juillet 2024.

Les Barbiers by l’Atelier, le nouveau salon de la rue de Belfort

À Besançon, le salon de coiffure L’Atelier, situé rue de Belfort a fait le choix de scinder sa clientèle autrefois mixte, pour désormais accueillir ces messieurs à quelques pas, au 63 de la rue de Belfort. Ouvert depuis le 2 juillet 2024, Les Barbiers by l’Atelier propose des prestations pour hommes dans un cadre masculin et élégant. 

Véhicules électriques : 50 points de recharge publics dans le Grand Besançon

Marie Zéhaf, vice-présidente de Grand Besançon Métropole chargée des mobilités, Catherine Barthelet, vice-présidente en charge des projets de territoire, Marie-Jeanne Bernabeu, maire d’Avanne-Aveney et conseillère communautaire déléguée à la commande publique ainsi que Nicolas Bardou, directeur général de la société Easy Charge Services, ont inauguré mercredi 17 juillet 2024, l’un des 50 points de recharge électrique actuellement disponibles dans le réseau public dans le Grand Besançon.

Bourgogne-Franche-Comté : les effectifs salariés du secteur privé se stabilisent au 1er trimestre 2024

Le niveau des effectifs salariés du privé continue de stagner ce premier trimestre 2024 en région avec une augmentation d’environ 300 postes, alors que le niveau national observe un léger rebond de +0.3 %, soit 65.000 postes, selon les analyses de l’Urssaf Bourgogne Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.45
légère pluie
le 21/07 à 21h00
Vent
1.38 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
82 %