Liquidation judiciaire de Logo : le préfet du Jura mobilisé pour le reclassement des salariés et la filière lunetterie jurassienne

Publié le 18/11/2016 - 09:21
Mis à jour le 30/12/2016 - 17:35

A la suite de la décision du 15 novembre 2016 du tribunal de commerce de Lyon prononçant la liquidation judiciaire de l'entreprise LOGO, le préfet du Jura, Richard Vignon a rencontré les salariés de la société ainsi que les élus du territoire, le 17 novembre, en sous-préfecture de Saint-Claude.

capture_decran_2016-09-21_a_09.32.34.png
©Google Maps
PUBLICITÉ

Au cours de cette rencontre, le préfet du Jura a donné « l’assurance d’une pleine mobilisation des services de l’Etat tant dans l’accompagnement des salariés dans leurs démarches de reclassement que dans le renforcement des actions de dynamisation du bassin économique du Haut-Jura. »

S’agissant de l’accompagnement des salariés, les services de l’Etat avaient à titre exceptionnel, dès le 28 octobre 2016, installé une cellule d’appui à la sécurisation professionnelle (CASP) chargée d’assurer auprès des salariés une prestation de conseil collectif et individualisé pour favoriser la définition de projets de retour à l’emploi. La CASP a d’ores et déjà réalisé une centaine d’entretiens avec les salariés de LOGO, qui permet d’anticiper la mobilisation des dispositifs prévus par le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

« Les services de l’Etat seront vigilants quant au contenu de ce plan, préparé par le liquidateur judiciaire, qu’ils doivent homologuer », est-il indiqué dans un communiqué de la préfecture. Ce PSE a pour objectif de définir, en fonction des moyens disponibles dans l’entreprise, des mesures favorisant le reclassement des salariés dont le licenciement sera prononcé.

Contrat de sécurisation professionnelle et allocation temporaire dégressive

En complément des mesures financées par l’entreprise dans le cadre du PSE, deux dispositifs subventionnés par l’Etat pourront être mobilisés par les salariés licenciés : le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) et l’allocation temporaire dégressive (ATD).

Le CSP permet aux salariés de bénéficier pendant une année, d’un maintien de salaire correspondant à 80% de leur salaire brut et d’un ensemble de mesures renforcées favorisant leur reclassement (formations, actions de validation des acquis de l’expérience, mesures d’accompagnement, mesures d’appui à la reprise ou à la création d’entreprise,…).

L’ATD permet, quant à elle, de verser aux salariés licenciés et reclassés dans un emploi moins bien rémunéré, une allocation destinée à compenser cette différence de rémunération.

3 765 heures indemnisées entre mars et octobre 2016 au profit des entreprise sous-traitantes de LOGO

Le préfet du Jura a également évoqué les dispositifs destinés à accompagner l’économie générale du secteur et plus particulièrement la filière lunetterie. Ainsi, l’activité partielle permet aux entreprises en difficulté, à travers un financement de l’Etat, de maintenir les salariés dans l’emploi : 3 765 heures ont d’ores et déjà été indemnisées entre mars et octobre 2016, au profit des entreprises sous-traitantes de LOGO.

L’action des services de l’Etat en faveur de la filière lunetterie se traduit également par des financements de dispositifs tels que l’appui aux mutations économiques (120 000 euros de l’Etat pour mener des actions de soutien au développement de l’emploi dans 7 entreprises) et le soutien à l’innovation (20 000 euros de l’Etat versés à ALUTEC pour soutenir des actions d’innovation dans quatre entreprises).

L’Etat se mobilise enfin en faveur du territoire avec le service public de l’emploi de proximité (SPEP), présidé par la sous-préfète de Saint-Claude afin de susciter des pistes de réflexion et d’analyse pour favoriser la création d’emploi dans le secteur et l’implantation d’entreprises en lien avec les partenaires locaux.

La cellule de veille économique du comité départemental de suivi et de financement de l’économie (CODEFI) par son action de suivi et d’accompagnement des entreprises en difficulté approfondira sa vigilance sur le secteur du Haut-Jura.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

logo

Logo : l’ autorisation de  l’accord entre LVMH et les salariés est une « bonne nouvelle »

Logo : l’ autorisation de l’accord entre LVMH et les salariés est une « bonne nouvelle »

Le  juge commissaire du tribunal de commerce de Lyon a autorisé un accord prévoyant l'indemnisation par le géant du luxe LVMH des anciens salariés de Logo, manufacture de lunettes du Jura placée l'an dernier en liquidation judiciaire. L'ancien responsable du CE de l'entreprise jurassienne estime que la décision est une bonne nouvelle…

Affaire Logo contre LVMH : jugement attendu le 4 juillet 2017

Affaire Logo contre LVMH : jugement attendu le 4 juillet 2017

Le tribunal de grande instance de Paris rendra son jugement le 4 juillet 2017 dans l'affaire qui oppose les salariés de Logo, manufacture de lunettes du Jura placée en liquidation judiciaire en novembre, au géant du luxe LVMH. Le délibéré, qui était prévu ce mardi 30 mai 2017, a été reporté au 4 juillet, a-t-on appris lundi auprès des avocats des deux parties.

Lunetterie : Marie-Guite Dufay veut « sauver cette filière d’excellence industrielle » dans le Jura

Lunetterie : Marie-Guite Dufay veut « sauver cette filière d’excellence industrielle » dans le Jura

Le 15 novembre 2016, Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a réagi à  la liquidation judiciaire du fabricant de lunettes jurassien LOGO, par le tribunal de Lyon. Elle appelle à "construire un avenir pour la filière de la lunetterie".

L’avenir de Logo à Morez se joue devant le tribunal de commerce de Lyon

L’avenir de Logo à Morez se joue devant le tribunal de commerce de Lyon

Menacée de fermeture depuis la fin de sa collaboration avec LVMH, l'entreprise LOGO à Morez, dernière grande manufacture de lunettes de France, risque de devenir le nouveau symbole du déclin de l'industrie lunetière française, née dans le Jura à la fin du 18e siècle. Ce mercredi 2 novembre 2016, le tribunal de commerce de Lyon statuera sur son avenir. La décision est attendue en fin de matinée. Les 220 salariés craignent une liquidation judiciaire. 

Dans la catégorie

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Dans le cadre des rencontres "Bienvenue dans mon entreprise" proposées par Coopilote, coopérative d'entrepreneurs salariés à Besançon, la micro-brasserie Les2FÛTS a ouvert ses portes pour découvrir et échanger autour de leur activité et de l’entrepreneuriat… L'occasion de faire un focus sur cette petite entreprise artisanale bisontine. 

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès « Mon 1er toit comtois », un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.48
pluie modérée
le 19/10 à 12h00
Vent
4.7 m/s
Pression
1008.34 hPa
Humidité
93 %

Sondage