Loi budget santé 2016 : « Les professionnels du secteur ne sont pas un coût pour le système, mais une richesse »

Publié le 22/09/2015 - 16:20
Mis à jour le 22/09/2015 - 16:19

Un rassemblement du syndicat CFDT s'est déroulé ce mardi 22 septembre 2015 place du 8 septembre. Il s'agit d'un appel national dans le but d'"exiger des moyens pour la santé" quelques jours avant le vote de la loi du budget santé pour l'année 2016 à l'Assemblée nationale. 

PUBLICITÉ

Une pétition, comportant plus de 500 signatures, est également à disposition des passants. L’occasion pour les manifestants d’« expliquer aux citoyens les problématiques du secteur santé sociaux et qu’à un moment ou un autre, on sera tous amenés à côtoyer un professionnel de santé ou du social » précise Christelle Tisserand, secrétaire générale de la CFDT santé sociaux du Doubs. « Le risque est qu’il y ait une baisse de qualité des services aux usagers et ça, c’est ce qu’on veut tout particulièrement démontrer et dénoncer », ajoute-t-elle. 

La CFDT souhaite faire prendre conscience x députés et aux ministres que « les professionnels du secteur ne sont pas un coût pour le système, mais une richesse et pourvoyeur d’emploi. Une société qui prend soin de sa population passe aussi par un investissement dans le social et la santé ». 

« Les métiers sont dénaturés à cause de choix économiques et des manques de moyens » 

Norbert Marteau, secrétaire général adjoint de la CFDT du Doubs, nous explique que « Sur le terrain, on enlève des postes, on précarise énormément, on a de plus en plus de CUI c’est-à-dire plus de collègues qui tournent qui ne peuvent pas s’investir dans le travail, notre travail d’éducateur, d’assistant social, de moniteurs d’ateliers, etc. Cela se construit sur le temps, c’est de la relation humaine… Tout ça est en train d’être dénaturé à cause de choix économiques et à cause des manques de moyens ». 

À 15 heures, une délégation de la CFDT locale a été reçue à la préfecture.

La CFDT nationale a demandé une audience au Premier ministre.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.22
partiellement nuageux
le 24/05 à 15h00
Vent
2.35 m/s
Pression
1013.1 hPa
Humidité
57 %

Sondage