Macron veut "emmerder" les non-vaccinés : une députée du Doubs prend sa défense

Publié le 05/01/2022 - 11:10
Mis à jour le 05/01/2022 - 11:28

Dans un article du Parisien-Aujourd’hui en France publié le 4 janvier 2022, le président de la République Emmanuel Macron a déclaré qu’il voulait « emmerder » les personnes non vaccinées contre la Covid-19. La députée LREM du Doubs Fannette Charvier affirme que « ce ne sont pas les non-vaccinés qui vont dicter leur conduite aux 90% autres qui ont joué le jeu. »

Fannette Charvier, députée LeREM du Doubs © Alexane Alfaro
Fannette Charvier, députée LeREM du Doubs © Alexane Alfaro

Le chef de l'État a répondu à sept questions de lecteurs du Parisien-Aujourd'hui en France traversant plusieurs sujets d'actualité tels que l'écologie, la sécurité, de l'extrême droite et des anti-vaccins. Sur ce dernier thème, Emmanuel Macron a affirmé : "Les emmerder, on va continuer de le faire, jusqu'au bout" en réduisant notamment "l'accès aux activités de la vie sociale" et va même jusqu'à qualifier les non-vaccinés d'"irresponsables". Pour lui "un irresponsable n'est plus un citoyen".

Ces propos, très inhabituels de la part d'un chef de l'État, et de surcroît d'un président de la République française, ont pu choquer, révolter certains lecteurs. En revanche, des élus du camp Macron prennent sa défense sur les réseaux sociaux tels que Fanette Charvier, députée LREM du Doubs qui répondu à un tweet : "Ca fait 18 mois qu'on essaie la pédagogie. Ce ne sont pas les non-vaccinés qui vont dicter leur conduite aux 90% autres qui ont joué le jeu. Chacun face à ses responsabilités. On est plus à demander s'il vous plaît, avec une gentille tape sur l'épaule."

2 Commentaires

Les raisonnements du précédent commentaire sont à l'image de son orthographe...
Publié le 5 janvier à 17h28 par grlulu • Membre
Emmerder les non vaccinés? Eh bien ma compagne et mo mme chavrier allons faire de même et vous emmerder (pour il y a longtemps que c est de cette manière que je traite le politiques. Pq désormais? tout simplement car le jour de cette troisieme dose, ma compagne à fait deux malaise dans les qq heures suivant l injection. Pourtant sportive en bonne santé jamais eue ce genre de probleme alors oui, Vous votre president et ceux que vous représentez je vous emmerde et nous ferons partis de ceux qui ne se vaccinerons plus comme on dit chez mes amis britaniques, F Y i
Publié le 5 janvier à 16h15 par richard vuillermet • Membre

2 commentaires

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : baisse des contaminations et des hospitalisations en Franche-Comté

DERNIERS CHIFFRES • Selon les chiffres officiels de Santé publique France arrêtés le 28 avril, le nombre de contaminations à la Covid-19 continue légèrement de baisser, mais il reste très élevé et dépasse encore le seul d’alerte. En Bourgogne Franche-Comté, le nombre de hospitalisations et de réanimations a légèrement augmenté en une semaine : 1.125 personnes hospitalisées, 71 en réanimation.

Politique

Bourgogne-Franche-Comté : un plan État-Région pour la filière automobile se met en place…

Mercredi 29 juin, le préfet de région, Fabien Sudry, et la présidente du Conseil régional, Marie-Guite Dufay, ont réuni le comité de pilotage du plan État-Région pour la filière automobile en Bourgogne-Franche-Comté au sein de l’entreprise Streit Mécanique, à Pays-de-Clerval, dans le Doubs.

Tarification des transports dans le Grand Besançon : « trop de catégories sociales ont été oubliées » (N. Bodin)

Soumis au vote lors de la dernière assemblée communautaire de Grand Besançon, la question de la nouvelle tarification des transports a fait débat… Accordée pour les demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi, la gratuité totale n’a pas été approuvée pour les collégiens. Nicolas Bodin, à la tête du groupe PS au conseil municipal de Besançon au sein de la majorité de la maire EELV d’Anne vignot, estime que certaines catégories sociales n’ont pas été prises en compte. Il revient sur le sujet dans nos colonnes…

Emmanuel Macron charge Elisabeth Borne de former un « gouvernement d’action »

Dans un entretien à l’AFP ce dimanche 26 juin, Emmanuel Macron assure avoir demandé à la Première ministre, Elisabeth Borne, de lui présenter en fin de semaine prochaine des "propositions" pour "un nouveau gouvernement d’action" qui sera nommé "dans les premiers jours du mois de juillet". Soit, a priori, avant le discours de politique générale de la cheffe du gouvernement devant le Parlement annoncé pour le 5 juillet et l’adoption, le lendemain, du "paquet pouvoir d’achat" en Conseil des ministres.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.86
nuageux
le 30/06 à 12h00
Vent
4.05 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
27 %

Sondage