Les départements de Bourgogne Franche-Comté restent dans le rouge. 1.418 morts dans la région

Publié le 01/05/2020 - 19:38
Mis à jour le 01/05/2020 - 19:51

coronavirus •

Si la décrue s'amorce, la situation semble fragile selon les derniers indicateurs dévoilé ce 1er mai 2020 Pour l'agence régionale de santé, les cartes affichant à l’échelle de chaque département la circulation du virus ou la tension hospitalière sur les capacités de réanimation incitent à ne pas relâcher l’effort en Bourgogne-Franche-Comté.

Synthèse des 2 indicateurs de l’activité épidémique  1 mai 2020 : 
-Tension hospitalière sur  capacités en réanimation
-Circulation active du 
virus © Ministère de la santé ©
Synthèse des 2 indicateurs de l’activité épidémique 1 mai 2020 : -Tension hospitalière sur capacités en réanimation -Circulation active du virus © Ministère de la santé ©

Ce 1er mai, En France, trois départements ne sont plus en rouge comparé à la première carte dévoilé jeudi soir. Santé Publique France a revu les critères pour neuf départements.

Les départements de l’Aisne (rouge à orange), du Calvados (orange à vert), du Cher (rouge au vert), de la Dordogne (orange au vert), du Lot (rouge au vert), de la Nièvre (rouge au vert), de l’Oise (vert à orange), du Tarn (orange au vert) et de la Haute Corse (rouge au vert) ont été reclassés.

Le point sanitaire de l'ARS Bourgogne Franche-Comté du 1er mai 2020 :

  • 1.140 hospitalisations pour formes graves de COVID-19 (1.181 jeudi 30 avril)
  • 178 personnes en réanimation (181 jeudi)
  • 843 décès en milieu hospitalier (838) + 575 décès en centres médicaux sociaux (dont 551 en Ehpad)
  • 2.484 sorties d'hospitalisation (2.431 jeudi)

"Chacun doit continuer d’agir contre la propagation du virus" ARS Bourgogne Franche-Comté 

Les cartes publiées hier par le ministère des Solidarités et de la Santé seront actualisées chaque jour jusqu’au 7 mai. Elles représentent d’une part le niveau de circulation du virus, d’autre part le niveau de tension des services de réanimation, les deux indicateurs combinés déterminant en synthèse la couleur du département : rouge lorsqu'au moins un des deux précédents indicateurs est rouge, vert lorsque tous les indicateurs sont verts, orange lorsqu’au moins un indicateur est orange dans le territoire.

Tous les départements de Bourgogne-Franche-Comté sont classés rouges du fait de la tension persistante sur les services de réanimation. "Même si le nombre de patients hospitalisés en réanimation continue à décroître, la tension reste forte sur ces services puisque les patients atteints de COVID-19 y occupent à eux seuls 178 lits pour une capacité initiale d’environ 200 lits dans la région..." explique l'Agence Régionale de Santé. "Cette tension est appréciée à l’échelle régionale compte tenu de la solidarité et de l’inter-dépendance entre les hôpitaux de la région pour la prise en charge des patients réanimatoires".

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté rappelle que quelle que soit la couleur des départements et leur évolution dans les jours qui viennent, les comportements à adopter pour lutter contre l’épidémie restent les mêmes pour tous. "Il est impératif de continuer à respecter le confinement et à adopter scrupuleusement les gestes barrières et les mesures de distanciation physique, pour limiter au maximum la circulation du virus dans la perspective du 11 mai" insiste l'agence. 

Et pour la Nièvre ?

La Nièvre apparaît en rouge sur la première carte représentant le niveau de circulation du virus, alors même que la dynamique épidémique y est plus faible que dans le reste de la région. "L’indicateur national a été construit sur la base du pourcentage de passages aux urgences lié à des suspicions de COVID. Or, ce nombre a intégré dans la Nièvre un grand nombre de dépistages de personnels soignants réalisés ces derniers jours". Ce biais d’analyse a été signalé à l’échelle nationale par l’ARS et les équipes de Santé publique France en région, afin de permettre une correction de la cartographie. mais cela ne devrait pas influer sur la couleur du département sur la carte de synthèse, le niveau de tension sur les services de réanimation en Bourgogne-Franche-Comté emportant le classement en rouge de tous les départements de la région.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.

Annulation des festivals cet été : le sénateur Perrin écrit à la ministre de la Culture…

En 2021, le festival des Eurockéennes de Belfort est annulé pour la deuxième année consécutive en raison de l'épidémie de Covid-1. Le sénateur du Territoire de Belfort a écrit, le 9 avril dernier, à la ministre de la Culture, un courrier relatif aux attentes des forces organisatrices des festivals "à jauge debout".

Santé

Covid-19 : entre progression de l’épidémie et poursuite de la vaccination…

La persistance d’une progression de l’épidémie dans notre région en dépit des mesures de protection mises en place et alors que la campagne de vaccination se poursuit est "un signal d’alerte", prévient l'ARS Bourgogne Franche-Comté ce 16 avril 2021. Elle rappelle l'importance de "ne pas céder au découragement" et de "rester mobilisés" en respectant les gestes barrières.

Vaccination : des créneaux réservés pour certains professionnels de plus de 55 ans

Dès ce week-end • Jean Castex a annoncé ce jeudi 15 avril que des centres de vaccination allaient ouvrir dès samedi des "créneaux dédiés" pour les enseignants et professionnels de la petite enfance de plus de 55 ans, mais aussi les policiers, gendarmes, surveillants pénitentiaires et autres professions particulièrement exposées au Covid-19.

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.1
couvert
le 18/04 à 15h00
Vent
2.56 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
52 %

Sondage