Masque obligatoire au centre-ville de Besançon : "une règle claire et simple"

Publié le 31/08/2020 - 15:32
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:42

#VIDEO • Lors d’une conférence de presse lundi 31 août 2020 à 11h30 sur le pont Battant, la maire de Besançon Anne Vignot et le préfet du Doubs Joël Mathurin ont annoncé officiellement le port du masque obligatoire au centre-ville de Besançon à partir du 1er septembre 2020 pendant une durée d’au moins un mois. De nombreux panneaux d’informations seront installés un peu partout dans la zone concernée.

Pour le préfet du Doubs, "il faut absolument que la vie continue et nous devons poursuivre nos interactions sociales, mais autrement, en se protégeant et en se protégeant des autres", a-t-il déclaré en début de conférence de presse, "afin d'éviter une crise comme auparavant et ainsi éviter un reconfinement général". Le port du masque est "une mesure complémentaire aux gestes barrières qui permet de casser la chaîne de diffusion du virus, la rentrée étant une période de fréquentation importante dans les centres-villes", a-t-il ajouté.

Boire, manger, fumer... avec le masque ?

Boire, manger et fumer en portant un masque, c'est impossible. Pourtant, les habitants sont amenés pour des raisons principalement pratiques à faire ces trois choses dans la rue, sans être à la terrasse d'un café ou d'un restaurant. Est-il possible de faire tout cela malgré l'obligation de porter le masque ?

Selon les dernières informations qui nous ont été transmises ce lundi après-midi, manger un sandwich sans masque en étant statique dans la rue est autorisé en respectant la distanciation physique. Fumer une cigarette en étant statique est également autorisé. Il ne faudra pas oublier de remettre son masque ensuite.

Prévention et verbalisation

Des agents de police seront mobilisés ces jours prochains pour faire respecter le port obligatoire du masque. Si la règle n'est pas respectée, c'est 135€ d'amende. "On ne porte pas un masque parce que c'est obligatoire, mais parce qu'il est nécessaire pour lutter contre la covid et éviter le reconfinement général", souligne Joël Mathurin.

Rappel :

Le port du masque obligatoire à Besançon concerne la zone bleue.

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.48
légère pluie
le 16/06 à 21h00
Vent
2.13 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
92 %