Alerte Témoin

Masque obligatoire dans les lieux publics clos : 135€ d'amende en cas d'infraction

Publié le 20/07/2020 - 09:03
Mis à jour le 20/07/2020 - 09:03

Quatre mois après avoir été jugé "inutile" par les autorités pour contenir l'épidémie de coronavirus, le port du masque est désormais obligatoire dans les lieux publics clos, et pourra même valoir une amende de 135 euros en cas d'infraction.

masque port
© Alexane Alfaro

En plein coeur de l'été, cette mesure répond aux signes d'un léger regain du virus : hausse des recours à SOS médecins, des passages aux urgences et du nombre de +clusters+ (cas groupés), même si la situation reste sous contrôle. Le président Emmanuel Macron avait annoncé le 14 juillet que l'obligation de porter un masque entrerait en vigueur le 1er août, mais la date a été rapidement avancée face aux critiques des médecins qui alertent sur ces "signaux faibles" de reprise de l'épidémie de Covid-19 et le relâchement des mesures barrières.

Le port du masque chirurgical ou "grand public" (en tissus) était déjà obligatoire dans les transports en commun depuis le 11 mai. Il est désormais imposé à tout le monde dans les "magasins de vente, centres commerciaux, administrations, banques et marchés couverts", a détaillé dimanche la Direction générale de la Santé. Ces établissements s'ajoutent à la liste des lieux où le port du masque était déjà prévu pour lutter contre le Covid-19.

Les salles de réunion et de spectacle, cinémas, restaurants, hôtels, salles de jeux, établissements d'enseignement, centre de vacances, bibliothèques, lieux de culte, établissements sportifs couverts, musées, gares et aéroports étaient en effet déjà concernés "parfois avec des règles spécifiques", rappelle la DGS.

Nouveauté : "le non-respect de cette mesure pourrait être susceptible, comme c'est le cas dans les autres lieux où le port du masque est obligatoire, notamment les transports, d'une contravention de 4e classe", soit une amende forfaitaire de 135 euros.

"Moindre mal"

Le port du masque est un "moindre mal" pour éviter un reconfinement, avait prévenu mardi Philippe Juvin, chef des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris. "Il y a un vrai sujet sur le relâchement des gestes barrières, c'est bien montré par toutes les enquêtes d'opinion, il suffit d'aller dans la rue pour voir", a-t-il souligné.

Au niveau national, le taux de reproduction effectif du virus (ou "R effectif", basé sur les tests virologiques positifs) est repassé légèrement au-dessus de 1 depuis la première semaine de juillet, et se situe actuellement à environ 1,20, selon Santé publique France.

Cela signifie que chaque malade du Covid-19 contamine en moyenne 1,2 autre personne, ce qui va dans le sens d'une tendance à l'augmentation de la circulation du virus.

La décision de rendre le masque obligatoire constitue une volte-face du gouvernement français qui, se basant sur les recommandations internationales, notamment de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), avait martelé au début de l'épidémie que les masques n'étaient utiles qu'aux soignants et aux malades.

"Denrée rare"

"C'est vraiment une denrée rare, une ressource précieuse pour les soignants, et totalement inutile pour toute personne dans la rue", avait même déclaré le directeur général de la Santé Jérôme Salomon le 18 mars, lendemain du début du confinement.

Mais pour les promoteurs de la première heure de son port généralisé, ce discours, en France comme dans d'autres pays occidentaux, était avant tout destiné à éviter que le grand public ne s'accapare les masques dont manquaient cruellement les professionnels de santé.

Très critiqué pour l'absence d'un stock stratégique suffisant au début de l'épidémie, le gouvernement français veut désormais atteindre l'objectif d'environ 60 millions de masques d'ici fin septembre/début octobre, contre 3,5 millions avant la crise.

L'OMS, qui souligne toujours l'absence de "preuves scientifiques" pour soutenir un "port généralisé du masque partout", dit désormais qu'un masque grand public peut être "utile" dans les transports, les magasins ou les lieux clos et bondés, en complément des gestes barrière.

Autre facteur qui justifie le revirement des autorités françaises : les "incertitudes" sur la transmission du virus dans l'air.

Ce sujet "a fait l'objet le 6 juillet d'une lettre à l'OMS signée par 239 scientifiques issus de 32 pays, qui ont notamment fait part de leurs observations sur la fréquence des contaminations et des clusters en milieu clos, particulièrement en cas de brassage d'air, et même en l'absence de projection directe", indique la DGS.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Nombre de cas, circulation du virus, quatorzaine : les inquiétudes de l’ARS en Bourgogne Franche-Comté

Coronavirus • Dans le contexte de dégradation en France des indicateurs liés à l'épidémie de Coronavirus, quelle est la situation en Bourgogne Franche-Comté ? En une semaine, le nombre de tests positifs y a augmenté de 37 %. L'agence régionale de santé enjoint les habitants à une vigilance accrue quant aux rassemblements familiaux et entre amis. Sur huit clusters actifs dans la région, six concernent ce type d'évènement...

Test Coronavirus : où se faire dépister, même le week-end ?

L'ARS Bourgogne Franche-Comté met à jour la liste des laboratoires qui pratiquent des tests de prélèvements pour diagnostiquer du Covid-19 (prélèvements nasopharyngés RT-PCR). Où se faire testet à Dijon, Besançon, Montbéliard, Belfort ou Pontarlier ? Voici la liste et la carte des 106 laboratoires qui pratiquent des tests du coronavirus dans la région.

Le port du masque obligatoire sur les marchés et lors de manifestations publiques déclarées

RAPPEL • Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de rendre le port du masque obligatoire sur l’ensemble du département, à compter du samedi 15 août à 08h et jusqu’au lundi 14 septembre 2020 08h, pour les personnes de 11 ans et plus, dans tout rassemblement ou activité sur la voie publique ou dans un lieu ouvert mettant en présence de manière simultanée plus de 10 personnes.

Santé

Nombre de cas, circulation du virus, quatorzaine : les inquiétudes de l’ARS en Bourgogne Franche-Comté

Coronavirus • Dans le contexte de dégradation en France des indicateurs liés à l'épidémie de Coronavirus, quelle est la situation en Bourgogne Franche-Comté ? En une semaine, le nombre de tests positifs y a augmenté de 37 %. L'agence régionale de santé enjoint les habitants à une vigilance accrue quant aux rassemblements familiaux et entre amis. Sur huit clusters actifs dans la région, six concernent ce type d'évènement...

Test Coronavirus : où se faire dépister, même le week-end ?

L'ARS Bourgogne Franche-Comté met à jour la liste des laboratoires qui pratiquent des tests de prélèvements pour diagnostiquer du Covid-19 (prélèvements nasopharyngés RT-PCR). Où se faire testet à Dijon, Besançon, Montbéliard, Belfort ou Pontarlier ? Voici la liste et la carte des 106 laboratoires qui pratiquent des tests du coronavirus dans la région.

Le port du masque obligatoire sur les marchés et lors de manifestations publiques déclarées

RAPPEL • Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de rendre le port du masque obligatoire sur l’ensemble du département, à compter du samedi 15 août à 08h et jusqu’au lundi 14 septembre 2020 08h, pour les personnes de 11 ans et plus, dans tout rassemblement ou activité sur la voie publique ou dans un lieu ouvert mettant en présence de manière simultanée plus de 10 personnes.

Détox Water, la boisson de l’été

Détox • C’est l’été, il fait chaud et à cette époque de l’année nous n’avons pas forcément envie de cuisiner une quiche aux lardons ou une tartiflette salade et surtout on a soif ! C’est pourquoi MaCommune.Info vous propose une recette de boisson rafraichissante et détoxifiante pour se faire du bien corps et à la tête !

Les accidents de noyade en baisse en France, mais pas en Bourgogne Franche-Comté

Les incidents de noyade, débouchant ou non sur un décès, ont baissé de 22% en juin et juillet par rapport aux années précédentes, rapporte mardi Santé publique France, qui explique cette diminution par la fermeture des piscines en raison du Covid-19 et la moindre fréquentation des plages et lieux de baignade. En Bourgogne Franche-Comté du 1er juin au 4 août 2020, 16 passages aux aux urgences ont été enregistrés contre 13 sur la même période l'an dernier
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     20.34
    partiellement nuageux
    le 15/08 à 21h00
    Vent
    1.58 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    71 %

    Sondage