Moi(s) sans tabac : la 3D et la réalité virtuelle pour arrêter de fumer  

Publié le 11/11/2018 - 10:07
Mis à jour le 12/11/2018 - 11:46

L’association en alcoologie et en addictologie du Doubs lance depuis ce mercredi 7 novembre 2018 en lien avec la ville de Besançon l’opération « Mon cerveau Accro et Moi ». Jusqu’à la fin du mois, un parcours itinérant pour mieux comprendre pourquoi il est si difficile d‘arrêter de fumer.

Le moi(s) sans tabac se veut un déclencheur pour les fumeurs au sevrage tabagique. Depuis deux ans, la ville de Besançon a souhaité s'inscrire dans ce défi collectif en lien avec l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA).

Depuis ce mercredi 7 novembre, un espace découverte présente de nouveaux  outils pour arrêter de fumer et notamment une innovation  thérapeutique  : la 3D et la réalité virtuelle avec C2Care.

Cyril Devesa présente, adjoint délégué à l'hygiène-santé a repondu à nos questions sur le moi(s) sans tabac à Besançon.

Pourquoi la Ville de Besançon participe-t-elle à "Moi(s) sans tabac" ? Est-ce vraiment le rôle d'une commune d'inviter ses habitants à arrêter de fumer ? Pourquoi ?

Cyril Devesa : "C’est essentiel dans nos missions de sensibilisation et de lutte contre les addictions. La cigarette concerne encore trop de personnes, et notamment des jeunes qui pourraient éviter de commencer à fumer. C’est notre rôle pour un aspect santé des fumeurs bien sûr, mais aussi protection des fumeurs passifs. C’est aussi notre rôle d’un point de vue environnemental, qualité de vie. Enfin c’est notre rôle de parler de gestion des moyens financiers, ceux des fumeurs, mais aussi l’argent public dédié aux soins apportés pour une pathologie évitable."

Qu'est-ce que l'opération "Mon cerveau accro et moi" ?

"C’est un parcours proposé par l’ANPAA qui permets de regarder en face les mécanismes de l’addiction afin de mieux les comprendre et mieux les éviter."

Vous présentez avec l'Anpaa une "innovation thérapeutique majeure" pour arrêter de fumer : quelle est-elle ?

"La réalité virtuelle permet de recréer des environnements familiers pour les consommateurs de tabac, et autres addictions afin de les confronter in virtuo à leurs troubles et de les aider à soigner leurs addictions. C’est le système C2Care.

Tout est mis en place pour recréer des lieux propices à la consommation de tabac. Guidé par son thérapeute, le patient apprend à repérer les environnements et lieux qui génèrent l’envie de consommer pour pouvoir finalement contrôler son impulsion.

Au-delà de la guérison du patient, il s’agit pour le thérapeute de travailler sur les risques de rechute, d’en identifier les causes et d’adapter, par voie de conséquence, son traitement (psychologique ou médicamenteux)."

En quoi est-elle si innovante ?

"Parce qu’elle passe par le canal de la réalité augmentée qui peut motiver les consommateurs (notamment les plus jeunes) à se questionner par ce biais plus attractif qu’un simple flyer."

Pensez-vous que Moi(s) sans tabac est une opération réellement efficace pour aider, par exemple, un ou une fumeur/fumeuse qui consommerait un paquet de cigarettes par jour ?

"Il peut s’agir effectivement d’un déclencheur, d’une démarche de dépassement, d’un défi personnel ou en groupe. Tenir un mois est un démarrage très encourageant."

Les actions de sensibilisation du Moi(s) sans tabac au mois de novembre :

Des actions d’accompagnement et d’aide à l’arrêt du tabac en lien avec le Groupe d’aide à l’arrêt.

Du 1er au 30 novembre dans différents lieux de la ville : un parcours thématique autour des mécanismes de l’addiction et du cerveau pour mieux comprendre comment arrêter. Deux actions de sensibilisation auprès des jeunes étudiants à l’université en partenariat avec le SUMPSS et les apprentis du CFA Hilaire de Chardonnet.

Mercredi 7 novembre de 10h à 15h à l’ANPAA :

Web- conférence autour du thème Facebook et l’aide à l’arrêt du tabac avec une invitée exceptionnelle : Françoise Gaudel, Tabacologue, fondatrice du réseau social Facebook JNFP, le  groupe d’entraide qui rassemble plus de 11000 membres.

[yop_poll id="20"]

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.37
peu nuageux
le 18/05 à 6h00
Vent
0.45 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
93 %