Monnaie locale : pourquoi acheter avec des "pives" ?

Publié le 04/02/2022 - 17:00
Mis à jour le 07/02/2022 - 10:57

Née en 2017, la Pive est une monnaie comtoise complémentaire de l’euro. 125.000 pives sont actuellement en circulation, soit 125.000 €. Quel est le réel intérêt de payer en Pive plutôt qu’en euro. Réponse avec Marion Fichet en charge de la communication de la Pive comtoise qui sera également disponible en version numérique dès cet été 2022.

Réunis en association, des citoyens francs-comtois ont voulu redonner à la monnaie sa fonction originelle d'échange et redonner au consommateur le pouvoir d'agir dans le but de dynamiser l’économie comtoise par les circuits-courts en réduisant la spéculation financière. "soutenir la transition vers un nouveau modèle de société" et de "renforcer les liens économiques et sociaux" sur le territoire. Environ 250 commerçants et professionnels acceptent aujourd'hui la Pive.

Un chiffre qui pourrait grimper en 2022 avec une version numérique actuellement en développement en plus des billets classique.

Après une stabilisation du nombre de pives en circulation ces dernières années, l'association qui porte la monnaie locale compte en effet sur la pive numérique qui sera prochainement disponible via une application sécurisée. Elle sera dans un premier temps en tests avant un déploiement à l'automne à l'occasion de la fête de la Pive le 8 octobre 2022.

Idées reçues autour des monnaies locales

Les acteurs autour de la Pive ont recensé les six idées reçues les plus répandues autour de cette monnaie.

De nombreuses informations circulent autour de cette monnaie dont de nombreuses idées reçues. Est-elle légale ? Est-il facile de s'en procurer et à quoi sert-elle au final ?

Idée reçue n°1 : "la Pive est illégale"

On compte 82 monnaies locales en France réunies au sein du mouvement SOL, la fédération des monnaies locales.

Depuis le 31 juillet 2014, la loi relative à l’économie sociale et solidaire autorise la création de monnaies locales complémentaires limitées à un secteur géographique ou un réseau d’adhérents

Idée reçue n°2 : "si je consomme déjà local, payer en pives est inutile…"

"Payer votre commerçant en pives, c’est l’assurance que cet argent va continuer de circuler en Franche-Comté chez un autre professionnel" explique l'association.Chaque pive qui circule est déposée sur un fonds de garantie de la Nef, une banque éthique, qui finance uniquement des projets à forte valeur ajoutée écologique, sociale et/ou culturelle.

La Nef a passé une convention avec toutes les monnaies locales en France et s'engage à doubler les montants déposés sur les fonds de garantie pour financer des projets locaux vertueux.

Idée reçue n°3 : "c’est compliqué d’acheter des pives !"

On n'achète pas des pives, mais on échange des euros contre des pives. 1 pive = 1 euro. 31 commerces sont des comptoirs d'échanges sur toute la Franche-Comté.

À partir de cet automne, il sera possible d'échanger des pives numériques directement depuis son smartphone.

Idée reçue n°4 : "si la Pive disparaît, je perds mon argent"

Faux. Tous les euros échangés sont déposés sur un fonds de garantie. Celui-ci est majoritairement à la Nef, banque éthique, et secondairement aux Crédit Coopératif et Crédit Agricole qui ont des agences locales dans les territoires ruraux.

"L'association La Pive n’utilise pas cet argent qui doit être en permanence disponible pour garantir les pives qui circulent sur le territoire. Il s’agit d’une obligation légale en vertu de la loi de 2014 qui régit les monnaies locales."

Idée reçue n°5 : "les centimes non rendus vont dans la poche de la Pive"

Les pives sont des billets de 1, 2, 5, 10 et 20. Il n’existe pas de centimes de pives. De fait, lorsque vous réglez un montant avec des centimes (prenons l’exemple de 4,70), trois possibilités s’offrent à vous :

  • vous donnez 5 pives : alors 30 centimes restent dans la caisse du commerçant·e. Ces centimes ne reviennent pas à l’association, mais bien aux professionnels que vous réglez.
  • vous donnez 4 pives et 1€ : le commerçant vous rend 30 centimes d’€ - vous donnez 4 pives et 70 centimes d’€

Les règlements en pives numériques nous permettront bientôt de payer des montants avec des centimes.

Idée reçue n°6 : "la Pive numérique c'est comme le Bitcoin"

Le Bitcoin est une cryptomonnaie qui circule dans le monde entier avec un cours fluctuant sur lequel il est possible de spéculer. Au contraire, La Pive numérique est encadrée par l’association du même nom, ne circule qu’en Franche-Comté au sein d’un réseau d’adhérentes et affiche une parité fixe avec l’euro. "Les valeurs prônées par le Bitcoin et la Pive sont opposées : le premier est libéral et fondé sur la spéculation non régulée, tandis que la Pive soutient une économie locale dynamique et respectueuse du vivant."

Les deux monnaies ont cependant un point commun : elles utilisent la technologie blockchain afin de permettre des transactions sécurisées (cryptées) et transparentes entre ses utilisateurs

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.3
légère pluie
le 20/04 à 0h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
95 %