"On est à la limite de la rupture" : la directrice du CHU de Besançon répond à Brigitte Macron

Publié le 24/01/2022 - 18:01
Mis à jour le 24/01/2022 - 16:56

Lors de sa visite à la Maison des Familles, près du CHU de Besançon, la Première dame Brigitte Macron, a échangé avec Chantal Carroger, directrice de l'établissement hospitalier,  sur la situation actuelle.

La première dame a demandé à Chantal Carroger quelle était la situation de l'établissement hospitalier bisontin.

"On tient, on est à la limite de la rupture, c'est pour ça qu'il ne faut pas arrêter, qu'il faut continuer de vacciner", affirmé la directrice d'emblée. "En réanimation, on a toujours un, deux lits libres, mais le vendredi on a peur en se demandant si on va passer le week-end, pour l'instant, on passe les week-ends."

De plus, "on a beaucoup de malades en médecine et donc là encore on a des services de médecine saturés… donc ce n'est pas fini. On nous dit que ça va aller mieux, j'espère, mais c'est compliqué et avec un absentéisme des personnels qui eux aussi tombent malade. On est à 15 à 16% d'absentéisme donc c'est compliqué : des agents malades et une activité extrêmement soutenue."

 85% des personnes en réanimation ne sont pas vaccinées

A la question de Brigitte Macron sur les entrées de patients Covid-19 et le temps passé en hospitalisation, la réponse de la directrice du CHU est affirmative en précisant que "les gens vaccinés qui sont en réanimation, mais sont nettement moins malades que ceux qui ne sont pas vaccinés. Chez nous, 85% des personnes en réanimation ne sont pas vaccinées." Chantal Carroger ajoute que "Ceux qui sont vaccinés sont atteints, mais nettement moins gravement, c'est véritablement la réalité et il faut la dire cette réalité."

À l'heure actuelle, les personnes prises en charge par le CHU de Besançon souffrent encore du variant Delta, "et on commence à voir arriver fortement le variant Omicron puisqu'on a un taux d'incidence à 3.000 pour 100.000 habitants, mais avec pas tant de patients qui arrivent à l'hôpital, ce qui veut dire que le vaccin protège", conclut la directrice du CHU.

Selon les derniers chiffres de Santé publique France arrêtés au 23 janvier, le taux d'incidence dans le département du Doubs s'élève à 4.011 pour 100.000 habitants avec une tension hospitalière à 94%. Dans le département, 159 personnes sont hospitalisées dont 38 en réanimation.

EN Bourgogne Franche-Comté, le taux d'incidence est de 3.322 avec une tension hospitalière de 75%. 1.137 personnes sont hospitalisées sont 48 en réanimation.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : baisse des contaminations et des hospitalisations en Franche-Comté

DERNIERS CHIFFRES • Selon les chiffres officiels de Santé publique France arrêtés le 28 avril, le nombre de contaminations à la Covid-19 continue légèrement de baisser, mais il reste très élevé et dépasse encore le seul d’alerte. En Bourgogne Franche-Comté, le nombre de hospitalisations et de réanimations a légèrement augmenté en une semaine : 1.125 personnes hospitalisées, 71 en réanimation.

Covid-19 : les hospitalisations et réanimations en légère hausse en Bourgogne Franche-Comté

DERNIERS CHIFFRES • Selon les chiffres officiels de Santé publique France arrêtés le 28 avril, le nombre de contaminations à la Covid-19 continue légèrement de baisser, mais il reste très élevé et dépasse encore le seul d’alerte. En Bourgogne Franche-Comté, le nombre de hospitalisations et de réanimations a légèrement augmenté en une semaine : 1.125 personnes hospitalisées, 71 en réanimation.

Covid-19 + grippe : un impact sur les hôpitaux de la région

Les derniers chiffres • En Bourgogne-Franche-Comté, la progression de l’épidémie s’est ralentie ces derniers jours, mais plus de 1.030 patients sont hospitalisés, c'est 50 de plus en une semaine. Le nombre de patients en soins critique n'augmente pas dans un contexte où la grippe saisonnière continue également d'impacter le système de santé régional.

Politique

Législatives 2022 : découvrez les candidats du Doubs de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale

Suite aux résultats de Jean-Luc Mélenchon, candidat des Insoumis à l’élection présidentielle, les différents partis de Gauche (LFI, EELV, PCF et PS) ont décidé de s’unir et de présenter un programme commun pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochains. Voici les candidats choisis dans le Doubs pour représenter la NUPES (Nouvelle Union populaire écologiste et sociale).

Un « boulanger à l’Assemblée » : Stéphane Ravacley (Nupes) entre en campagne

Du fournil au marché dominical. Il était sur le pont à 3 heures du matin, a enfourné ses 500 viennoiseries du dimanche, préparé ses pizzas et livré ses commandes. Puis il a enfilé sa veste blanche de boulanger sur son t-shirt enfariné et il est entré officiellement en campagne, celle des législatives de juin.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.91
partiellement nuageux
le 21/05 à 21h00
Vent
2.2 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
55 %

Sondage