Pollens : risque « élevé » d’allergie en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 18/05/2018 - 17:50
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:13

Atmo Franche-Comté, en charge de la surveillance de la qualité de l'air, a placé ce 18 mai 2018 la région en indice allergie de niveau 4 soit un risque "élevé".

allergie.jpg
© CENCZI
PUBLICITÉ

« L’accalmie pollinique actuelle liée aux conditions météorologiques ne devrait être que de courte durée. Après les pollens d’arbres, les pollens de graminées (ou poacées) vont être rapidement croissants. Pour ceux qui y sont allergiques, il faut maintenir ou démarrer vos traitements« , précise Atmo BFC.

Pour limiter les risques :

  • Aérez votre logement tôt le matin ou en soirée, fermez les fenêtres le reste de la journée, évitez les promenades dans les champs ou les herbes hautes par temps sec et ensoleillé, surtout en milieu ou fin de journée 
  • Portez des lunettes de soleil afin de protéger vos yeux des pollens 
  • En voiture, roulez vitres fermées, notamment en campagne, évitez de mettre à sécher le linge dehors ;
  • Ne tondez pas votre gazon vous-même 
  • Rincez vos cheveux avant de vous coucher afin d’éviter le transfert des pollens accumulés en journée sur l’oreiller.

Qu’est-ce qu’Atmo Franche-Comté ?

ATMO Franche-Comté, en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), le réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) et le Réseau des Allergologues de Franche-Comté (RAFT), surveille les pollens en FrancheComté. Cette surveillance permet :

  • Aux médecins francs-comtois de mieux diagnostiquer une allergie chez les patients venus les consulter ;
  • Aux personnes allergiques de limiter les effets de l’allergie en prenant un traitement préventif au début du pic polliniqu
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.05
nuageux
le 24/05 à 0h00
Vent
1.08 m/s
Pression
1016.31 hPa
Humidité
92 %

Sondage