Alerte Témoin

Montebourg à Alstom Belfort : "La France coule la France"

Publié le 14/09/2016 - 16:30
Mis à jour le 14/09/2016 - 18:17

Le gouvernement a été "dûment informé" des menaces qui pesaient sur le site belfortin d'Alstom avant l'annonce de la fermeture programmée de l'usine par la direction, a affirmé ce mercredi 14 septembre 2016 l'ex-ministre de l'Économie Arnaud Montebourg.

recemment_mis_a_jour142.jpg
14/9/16 Belfort © as

Depuis l'acquisition par l'État de 20% d'Alstom, deux hauts fonctionnaires siègent au conseil d'administration. Des "gens sérieux, que je connais (...) Ils savaient et ont dûment informé leur ministre, et donc le président de la République et le Premier ministre, des menaces qui planaient sur Belfort", a déclaré l'ancien ministre de l'Économie juste avant une rencontre avec des syndicats à Belfort.

L'annonce par Alstom, le 7 septembre 2016 du transfert de ses activités ferroviaire dans le Bas-Rhin d'ici à 2018, menace 400 emplois directs à Belfort et est devenu en quelques heures un dossier épineux, à huit mois de la présidentielle.

Face à l'enjeu, le gouvernement a, à plusieurs reprises, répété qu'il n'était pas au courant de la possible fermeture du site. Ce que refuse de croire M. Montebourg. "Lorsqu'on est actionnaire de la SNCF (...) quand on est actionnaire de référence pour Alstom, quand on est des deux côtés, on sait tout. Et je crois que les multiples courriers qui ont été rendus publics par des élus du territoire de Belfort, les interventions des organisations syndicales démontrent qu'à l'évidence le gouvernement savait tout. Je regrette qu'il n'ait rien fait", a ajouté le candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2017.

Regrettant que dans cette affaire "la France coule la France", M. Montebourg a évoqué plusieurs propositions, notamment le rééquilibrage de la production de 1.600 locomotives commandées par l'Inde en faveur de Belfort. Mais il a aussi et surtout critiqué la SNCF qui a, selon lui, "une responsabilité dans la situation actuelle" et "n'a pas été à la hauteur de ce qu'on attendait d'un membre éminent de l'équipe de France du ferroviaire". 

Il faut que "la SNCF cesse de gambader à l'extérieur de la France et d'agir contre les intérêts de notre pays", a-t-il dit. L'ancien ministre a aussi évoqué le précédent des hauts-fourneaux: "Je ne veux pas d'un nouveau Florange dans le ferroviaire, des promesses et puis des paroles verbales, des moulinets, et puis plus rien. Ce que j'ai vécu dans l'affaire de Florange, je ne veux plus jamais voir cela dans mon pays".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

La SNCF confirme la commande de 15 TGV à Alstom

Le conseil d'administration de SNCF Mobilités a approuvé ce jeudi 23 février 2017  la commande au constructeur Alstom de 15 rames TGV, annoncée en octobre par le gouvernement pour sauver le site de Belfort, a indiqué la SNCF

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Economie

La Bourgogne Franche-Comté se mobilise pour son tourisme

Confinement • Qui dit confinement dit #restezChezVous. Le tourisme est un des premiers secteurs à pâtir de la crise sanitaire. Consciente de cette problématique, la région Bourgogne Franche-Comté a décidé de décliner un plan de soutien en trois axes : aide financière immédiate, information des professionnels et préparation d'un plan de relance.

Crise économique du coronavirus : BGE Franche-Comté s’engage auprès des Travailleurs indépendants

Dans le contexte sanitaire actuel et au vu des conséquences sur les petites entreprises suite au confinement entamé depuis le 17 mars 2020, le réseau BGE en lien avec Le Ministère du Travail a missionné les BGE sur les territoires pour qu’elles apportent aide et conseils aux travailleurs indépendants les plus fragiles.

Agriculture et Covid-19 : « il faut bâtir des filières locales équitables »

Suite à l’arrêt d’une grande partie de la restauration collective et commerciale hors domicile et l’interdiction d’un grand nombre de marchés, une forte augmentation des volumes des denrées alimentaires vendues par la grande distribution aux ménages a été constatée. La confédération paysanne s'inquiète.

Les techniciens d’Enedis mobilisés durant le confinement : déjà plus de 1.000 interventions

Comme lors de la mobilisation pour les aléas climatiques, les équipes d'Enedis (ex ERDF),  en charge du réseau et de la distribution d'électricité, sont sur le terrain. Sur les territoires Alsace et Franche-Comté, 350 salariés sont mobilisés dans le cadre du service essentiel, 24h/24 et sept jours sur sept.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.98
ciel dégagé
le 05/04 à 0h00
Vent
2.57 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
69 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune