Pourquoi les chocolats de Pâques coûtent-ils aussi cher cette année ?

Publié le 31/03/2024 - 08:31
Mis à jour le 01/04/2024 - 10:45

Selon la dernière étude de l’association de consommateurs l’UFC Que choisir,  les chocolats de Pâques ont le plus augmenté en un an que la moyenne des produits alimentaires dans les grandes surfaces. À noter que certains prix au kilo ont atteint des prix injustifiés alors qu’il s’agit de produits industriels…

En raison de l’inflation, les poules, œufs et autres lapins en chocolat coûtent plus cher cette année, mais l’UFC Que choisir relève des augmentations injustifiées comme chez la marque Ferrero qui propose par exemple la boîte de six Kinder Surprise spécial Pâques 11% plus chère qu’en 2023. Chez Milka, les petits œufs mauves affichent une hausse de 8%. Au milieu de tout ça, Lindt serait « presque raisonnable » selon l’association de consommateurs avec son lapin doré « seulement » 6% plus cher que l’an dernier.

D’autres hausses sont plus modérées selon Que Choisir dans l’échantillon de 80 chocolats de Pâques étudiée et qui enregistre une inflation globale de 5 % par rapport à Pâques 2023, « mais elles restent largement supérieures à l’inflation alimentaire de mars, redescendue à 3 % par rapport à l’an dernier. »

La faute au prix du cacao ? Au prix du lait ?

Les fabricants auraient-ils pu modérer ces hausses ? « Sûrement », répond l’association. « Ramenés au kilo, certains prix atteignent des sommets. Ainsi, le Maxi Kinder Surprise est vendu la bagatelle de 60 €/kg en grande surface – ça fait cher le jouet en plastique dissimulé à l’intérieur ! » À noter que le Kinder Surprise classique est à 56 €/kg, soit presque aussi cher. Or, une tablette de chocolat au lait composée d’ingrédients équivalents coûte une dizaine d’euros le kilo, voire moins pour certaines marques de distributeur, souligne Que Choisir.

Elle rappelle par ailleurs que ces chocolats sont des produits industriels, contenant de nombreux additifs (shellac, gomme arabique, lécithine de soja…) et arômes rarement spécifiés, sans oublier de l’huile de palme… Et le sucre est le premier ingrédient indiqué sur les étiquettes, et non le cacao ou le lait.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

De nouveaux aménagements de la circulation dans le cadran nord-est bisontin

Ces derniers mois, de nombreux riverains et collectifs de riverains ont témoigné des effets positifs ou négatifs du plan de circulation mis en place à titre expérimental à l’automne 2023 dans les quartiers de la Combe Saragosse et du Point du Jour à Besançon. La Ville indique avoir eu des rencontres "particulièrement constructives et riches en propositions" à la suite de quoi, de nouveaux aménagements ont été pensés, a-ton appris le 23 mai 2024.

La Bourgogne-Franche-Comté représentée au plus grand salon européen des nouvelles technologies…

L'intelligence artificielle (IA) règne en maître sur VivaTech, le plus grand salon européen sur les nouvelles technologies, qui s'ouvre mercredi 22 mai 2024 à Paris avec des têtes d'affiche internationales du secteur. La Bourgogne-Franche-Comté est présente avec un pavillon régional dédié…

Quoi de neuf pour le printemps et l’été 2024 chez Baud ?

QUOI DE NEUF ? • Le printemps est déjà bien entamé et l’été se profile à l’horizon. Fête des mères, fête des pères, jeux olympiques, évènements personnels… la maison BAUD vous propose des desserts et créations adaptés à tout évènement de l’année, de même que nous ajustons notre offre en fonction des saisons. C’est le moment des communions, le début de la saison des mariages, bientôt des envies de glaces lorsque la température va augmenter…

Pour ses 50 ans, mignotgraphie ouvre ses portes le 24 mai 2024 !

PUBLI-INFO • Aujourd’hui, Mignotgraphie® compte une quarantaine de salariés et réalise des impressions à destination de toute la France, mais tout a commencé dans la boucle en 1974 de l’association de deux frères photographes, Yves et Alain Mignot. Récemment diplômés d’une école de photographie, fils d’un photographe installé à Pontarlier, ils décident de se lancer dans l’aventure photographique.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.77
légère pluie
le 27/05 à 6h00
Vent
0.99 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
97 %