Première communication avec des patients totalement paralysés

Publié le 04/02/2017 - 07:30
Mis à jour le 06/02/2017 - 11:44

Des scientifiques d’un centre de recherche en Suisse ont réussi à communiquer pour la première fois avec des patients totalement paralysés, et découvert qu’ils étaient…heureux.

 ©
©

Les quatre patients avec lesquels une communication a pu être établie grâce à une interface ordinateur-cerveau sont tous atteints de la maladie de Charcot ou sclérose latérale amyotrophique. Cette maladie neuro-dégénérative les empêche de faire le moindre mouvement. Un état connu comme le "locked-in-syndrome complet", parce qu'ils sont totalement prisonniers de leur corps et ne respirent que grâce à une machine. Ils ne peuvent même plus cligner de l'oeil, une méthode de communication rendue célèbre dans le best-seller "Le Scaphandre et le papillon" de Jean-Dominique Bauby.

  • Les scientifiques, qui ont publié cette étude dans la revue scientifique américaine PLOS Biology, ont mesuré les niveaux d'oxygène dans le cerveau grâce à une méthode non invasive. Cette méthode leur a permis de savoir si les patients répondaient "oui" ou "non" à une série de questions. Les chercheurs ont déterminé qu'ils avaient répondu correctement sept fois sur dix.

Les questions allaient de choses banales comme, le nom de votre mari est-il Joachim? ou encore Berlin est-il la capitale de la France, à des sujets plus intimes et émotionnelles. Ainsi, les chercheurs ont demandé à l'un des patients si sa fille devait épouser son petit ami et il a répondu "non" à neuf reprises. Mais plus étonnamment, les quatre patients ont répondu "oui" sur une période de plusieurs semaines à une question à laquelle des personnes valides ont souvent du mal à répondre: "êtes-vous heureux ?".

Ils avaient déjà choisi de vivre

"Au début nous avons été surpris par ces réponses par l'affirmative de nos patients complètement paralysés sur leur qualité de vie", explique un auteur de l'étude, Niels Birbaumer, qui est professeur au Wyss Center à Genève. "Tous les quatre avaient accepté d'être mis sous respirateur afin de rester en vie, quand ils ne pouvaient plus le faire par eux-même et donc, dans un sens, ils avaient déjà choisi la vie", explique le chercheur, en guise d'ébauche d'explication. Jusqu'à présent, les scientifiques estimaient que ce type de malades - totalement prisonniers de leur corps - n'étaient pas en mesure de former des pensées qui puissent être mesurée par une interface informatique.

"Ces résultats bousculent complètement ma propre théorie selon laquelle les gens souffrant de 'locked-in-syndrom' sont incapables de communiquer", a reconnu le professeur Birbaum. "Nous avons découvert que les quatre patients avec lesquels nous avons menés les tests étaient capable de répondre à des questions personnelles que nous leur posions, par la seule puissance de leur pensée", a-t-il souligné.

 Reste maintenant à étendre l'expérience à un plus grand nombre de patients.

La technologie utilisée par les chercheurs associe la spectroscopie dans les longueurs d'ondes proches de l'infrarouge (une technique éprouvée de longue date) à un électroencéphalogramme pour mesurer l'oxygénation et l'activité électrique du cerveau.  C'est la seule approche qui a permis jusqu'à présent de communiquer avec des personnes atteinte de "locked-in-syndrome complet".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.84
légère pluie
le 21/05 à 3h00
Vent
1.03 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
98 %