Réduction des déficits publics français: ni relâchement, ni austérité

Publié le 04/05/2013 - 17:42
Mis à jour le 04/05/2013 - 17:42

Le gouvernement ne fera pas preuve de relâchement dans sa lutte pour la réduction des déficits publics, mais il n'y aura pas de plan d'austérité, a déclaré le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, au lendemain de l'octroi par Bruxelles d'un délai supplémentaire à la France pour atteindre ses objectifs.

1PierreMoscovici001.JPG
Pierre Moscovici, a regretté vendredi 8 novembre 2013 l'abaissement de la note de la France par Standard & Poor's Pierre Moscovici ©roman
PUBLICITÉ

« Il n’est pas question de relâcher en quoi que ce soit l’effort de réduction des dépenses », a déclaré M. Moscovici, mais « il n’y aura pas de surajustement structurel, pas de plan d’austérité, pas d’objectif impérieux de satisfaire à un chiffre« , a-t-il prévenu. Il a salué la « décision fondamentale » de la Commission européenne d’accorder un délai supplémentaire à Paris pour passer sous la barre des 3% de déficit public.

« Nous sommes en train d’inventer un nouveau chemin entre réduction des déficits et croissance, cela nous donne le temps de mettre nos réformes à l’oeuvre« , a indiqué le ministre, estimant que la Commission avait opéré un « changement de doctrine« .

Bruxelles a décidé de desserrer la bride de l’austérité à certains pays de la zone euro, dont la France, en accordant vendredi des délais pour ramener les déficits publics dans les clous, après avoir dressé un tableau très sombre de l’économie européenne.

En France, « il y aura des réformes structurelles mais pas de surajustement structurel, pas de coupes supplémentaires dans la dépense publique, c’est ce qui tue la croissance« , a prévenu le ministre. « Le sérieux budgétaire oui, l’austérité non« , a-t-il ajouté.

La Commission s’est dite prête à accorder à la France un délai de deux ans, soit jusqu’en 2015, pour ramener son déficit public sous les 3% du PIB, et a confirmé son intention de laisser aussi deux ans de plus à l’Espagne.

 Notre programme de stabilité est toujours sur la table

M. Moscovici a affirmé que « les engagements seront tenus », et que « notre programme de stabilité (qui prévoit notamment le rythme de réduction des déficits du gouvernement, et qui anticipe un équilibre structurel à l’horizon 2016, ndlr) est toujours sur la table« .

Revenant sur les prévisions économiques de la Commission européenne, il a expliqué pourquoi selon lui elles étaient inférieures à celles du gouvernement. L’écart entre la prévision bruxelloise de croissance française 2013 (contraction de 0,1 du PIB) et la prévision parisienne (+0,1%) n’est « pas significatif, c’est l’épaisseur du trait » 

Sur la prévision de déficit public, alors que le gouvernement prévoit de le réduire à 2,9% du PIB, la Commission anticipe qu’il sera à 4,2%, un écart « spectaculaire mais qui s’explique aisément« , selon M. Moscovici.

La Commission européenne ne peut pas prendre en compte les mesures « prévues et pas encore votées » dans le projet de loi de finances 2014 qui représentent un point. Le 0,3 point manquant correspond à l’écart de prévision de croissance, selon lui.  Interrogé sur le point de savoir si les délais octroyés par la Commission ne risquaient pas d’induire un sentiment de relâchement généralisé en Europe, M. Moscovici a répondu : « Ce n’est pas notre sentiment ».  « L’Europe ne peut être aimée que si elle suscite la croissance, une Europe punitive provoque le rejet » des peuples, a-t-il dit.  « Ce pour quoi plaide la France, ce n’est pas du tout pour le laxisme, nous plaidons pour la souplesse, le bon rythme et le bon équilibre entre réduction des déficits nécessaire et croissance indispensable« .

Il a enfin salué l’action de la Banque centrale européenne (BCE) qui a baissé jeudi son principal taux directeur et a dit qu’elle était prête à poursuivre si nécessaire. « La BCE a bien compris que la croissance était nécessaire. BCE et Commission européenne sont convergentes. Il s’agit de mettre la croissance au coeur de l’agenda européen« .

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

publi-info • Le centre de sports indoor Play Arena propose une offre unique à Besançon : 3 terrains de football, 4 terrains de badminton et 2 courts de squash sur une surface de plus de 2 800 m2. C’est aussi un complexe aménagé pour l’accueil des séminaires d’entreprises et team building.

Peugeot Saveurs SNC, à Quingey, organise sa braderie du 21 au 23 juin

Peugeot Saveurs SNC, à Quingey, organise sa braderie du 21 au 23 juin

Publi-info • Peugeot Saveurs SNC conçoit et fabrique à Quingey nombre de produits qui prennent place sur nos tables, dont les célèbres moulins Peugeot et des accessoires dédiés à la dégustation du vin. Cette année, du 21 au 23 juin, la manufacture organise sa première grande braderie autour de ses fabrications.

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Installé à  Saint-Loup-sur-Semouse en Haute-Saône, le fabricant de meubles en kit a été placé à sa demande en redressement judiciaire le 5 juin 2019 par le tribunal de commerce de Dijon. Huit élus ont décidé de se mobiliser. A leur initiative, une réunion se tiendra prochainement à Bercy.

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le 2 mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert "Beaux Art" au centre-ville de Besançon. La case de Sophie, propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.32
ciel dégagé
le 18/06 à 0h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1017.03 hPa
Humidité
92 %

Sondage