Alerte Témoin

Remous autour de la création du groupe "LREM" au conseil municipal de Besançon

Publié le 18/09/2017 - 17:00
Mis à jour le 05/06/2019 - 15:58

Le maire LREM de Besançon Jean-Louis Fousseret (ex PS) a annoncé la création d'un groupe de 13 conseillers lors du conseil municipal de Besançon. Suite aux débats parfois houleux du 14 septembre dernier, le conseiller LR Jacques Grosperrin réclame la démission du maire et attaque Éric Alauzet… qui répond ! Quant au Modem, il fait part de son incompréhension. Ambiance.

conseil_municipal_croman-132.jpg
©roman

"Le nouveau monde que prétend incarner M. Fousseret s'est très rapidement éloigné de la bienveillance pour se révéler sous un jour brutal et autoritaire (…)  Le summum a été atteint lors du "débat" sur la motion concernant la baisse décidée du nombre d'emplois aidés" déclare dans un communiqué le conseiller municipal et sénateur Jacques Grosperrin pour qui cette baisse va gravement impacter les collectivités locales, le monde associatif et les personnes fragiles.

"M Fousseret (...) Je vous demande de démissionner"

"M. Fousseret a une nouvelle fois été mis en large minorité par le Conseil et surtout par sa propre majorité qui n'en est plus une…(…) Les Bisontins (…)ont besoin de sens, de cap, de constance, de droiture. Quel respect peuvent-ils montrer pour ceux qui soutiennent désormais "inconditionnellement" ce qu'ils ont toujours combattu? (…) Vous ne pouvez plus assurer cette lourde responsabilité démocratique en maintenant la situation politique ubuesque que vous avez créée. Je vous demande de démissionner. "

Les "emplois aidés" de la discorde

Sur le dossier des emplois aidés, jacques Grosperrin n'hésite pas à tacler Éric Alauzet qui a rejoint le groupe LREM au conseil municipal de Besançon "M. Alauzet, chantre de la suppression des emplois aidés a atteint un point de non-retour que nous qualifions de honteux. Honteux pour le reniement: comment peut-on changer de position, d'idées, de valeurs, dans de telles conditions et dans de tels délais ?"

Par communiqué interposé, le député du Doubs Éric Alauzet accuse Jacques Grosperrin et Ludovic Fagaut de se poser comme donneurs de "basses leçons" et de ne rien apporter sur le fond. "Alors que leur parti assène des critiques constantes sur les contrats aidés (…) les mêmes ont fait mine de soutenir la motion présentée par d’autres pour défendre les contrats aidés avant de se défiler et de déserter la salle du conseil pour mieux échapper au vote" condamne-t-il.  "Quelle mystification ! Quel cynisme ! Celui que le Président de la République dénonçait dans une fameuse tirade.  « Reniement… honteux » disaient-ils !"

Le député explique qu'"il n'est pas question de supprimer (les emplois aidés) mais d'en réorienter un certain nombre vers des dispositifs dans lesquels la formation et l'insertion sont prioritaires"

Modem : "’insistance avec laquelle M. Fousseret dit ne rien vouloir changer suscite notre totale incompréhension."

Dans tout ce tumulte, le conseiller Laurent Croizier reste incrédule. "Le MoDem étant un des piliers de la majorité présidentielle, nous aurions dû accueillir avec bienveillance la création du groupe LREM au conseil municipal de Besançon (…) Ne rien changer est l’opposé de la proposition politique de La République En Marche et du MoDem. Comment ce groupe LREM, minoritaire, imagine-t-il porter les idées libérales que nous partageons au sein d’une équipe qui s’y oppose frontalement ?

Le président du Modem du Doubs déclare qu'il aurait été préférable de "travailler sur une déclinaison locale du programme d’Emmanuel Macron, pas sur le maintien du programme PS/EELV/PCF/FdG avec lequel Jean-Louis Fousseret a été élu

Surtout pas pour les cinq conseillers municipaux écologistes qui rappellent que le groupe « En Marche » n’est ni majoritaire au sein du conseil municipal, ni au sein de la majorité municipale. (…) Nous continuerons le travail pour lequel nous avons été élus en 2014. Attachés à notre liberté de parole nous resterons sur la ligne d'un projet écologique et donc social pour la Ville de Besançon et ses habitants (…) Le projet de la Ville de Besançon ne doit pas être entamé par des décisions du gouvernement Macron" 

En créant un des premiers groupes LREM au sein d'un conseil municipal, Jean-Louis Fousseret n'a pas choisi la facilité en ravivant les querelles politiciennes utérines bien loin de l'esprit voulu par le mouvement d'Emmanuel Macron. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

fousseret macron

Vivez le conseil municipal de Besançon en direct…

Le conseil municipal de rentrée de la Ville de Besançon se tient ce jeudi 14 septembre 2017. Jean-Louis Fousseret doit annoncer  de la création d'un nouveau groupe LREM (La République En Marche), un de premiers en France au sein d'un conseil municipal. Une décision qui risque de faire grincer quelques dents et ne manquera pas de faire réagir l'opposition de l'ex-majorité plurielle.

Un nouveau groupe La République en Marche au sein du conseil municipal de Besançon…

Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, a annoncé ce jeudi 14 septembre 2017 devant la presse, quelques heures avant le conseil municipal de la rentrée, qu'un groupe La République en Marche (LREM) s'est créé. Il s'agirait de l'un de premiers en France au sein d'un conseil municipal. 

Cre?ation d'un groupe "La Re?publique en Marche" au conseil municipal de Besanc?on from maCommune.info on Vimeo.

Présidentielle 2017 : la réaction de Jean-Louis Fousseret

A Besançon Emmanuel Macron arrive avec 77,81% des suffrages soit 33.348 voix. Une satisfaction pour Jean-Louis Fousseret. Le maire de Besançon est parti à Paris en fin de journée ce dimanche 7 mai 2017 pour fêter la victoire du "premier président de la Ve République issu d'un mouvement citoyen…". Au lendemain de l'élection, Jean-Louis Fousseret revient sur une page de l'histoire qui se tourne.  

Macron en tête au 1er tour : la réaction de Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon

Jean-Louis Fousseret se dit heureux de voir Emmanuel Macron arriver en tête au premier tour de l'élection présidentielle. Pour le maire de Besançon, la bulle Macron n'a pas éclaté et le mouvement "En Marche!" est devenu une base "solide".

1er tour présidentielle 2017 : Réaction de jean-Louis Fousseret from maCommune.info on Vimeo.

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     21.33
    ciel dégagé
    le 12/08 à 6h00
    Vent
    1 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    74 %

    Sondage