Restauration scolaire : les élèves bisontins aux p'tits oignons

Publié le 01/09/2016 - 16:55
Mis à jour le 02/09/2016 - 09:54

5.500 repas "cuisinés" sortent tous les jours de la cuisine municipale "Les petits plats" de Besançon : une prouesse renouvelée chaque jour. Et jamais dans l'année le même menu est proposé deux fois !

Carottes râpées, veau marengo de la région et ses petits pois, Mamirollais de l'Enil, et "Œufs au lait tout bio maison. C'est le menu goûté par les petits Bisontins en ce 1er jour de rentrée scolaire. Un menu testé également à la pause déjeuner par Jean-Louis Fousseret et Yves-Michel Dahoui. Le maire de Besançon et son adjoint à l'éducation ont visité la cuisine municipale "Les petits plats".

"Nous avons fait le choix d'une liaison chaude (NDLR Plat chaud fabriqué le jour de sa consommation). Ce n'est pas le plus simple, mais c'est le choix d'une alimentation de qualité pour les élèves bisontins" a précisé le maire. "Le repas à l'école est souvent celui qui est le plus équilibré dans la journée d'un enfant. Ce moment est aussi un moment d'éducation au goût. C'est aussi notre rôle. C'est pourquoi nous avons fait le choix d'une restauration scolaire en régie et de grande qualité…"

  • 800 kilos de pommes de terre épluchés pour une purée. 500 kilos de viande pour un menu

La cuisine centrale de Besançon fonctionne toute l'année de 6h à 18h pour les restaurants scolaires ou pour les centres de loisirs durant les vacances. Tous les jours, une équipe de 21 cuisiniers, de huit chauffeurs aidés par un cinq techniciens et d'une équipe administrative de trois personnes s'activent pour livrer 80 sites  : 65 restaurants scolaires pour environ 5.000 repas et 15 crèves pour 500 repas.

Une diététicienne vient en appui pour composer des menus équilibrés et "cuisinés".  Un terme qui tient à cœur à Jean-François Rousseau, le directeur de la cuisine municipale, un passionné qui vient de la restauration traditionnelle et qui travaille sur quatre axes. "Nous travaillons sur les standards de qualité que l'on peut retrouver dans la restauration de luxe, mais aussi en recherche et développement pour l'ergonomie du personnel afin par exemple d'éviter les gestes répétitifs. Nous avons par exemple conçu du matériel sur mesure (fontaines à eau sur lave-main, air comprimé pour assistance au nettoyage, découpeuses légumes ou viandes, etc.) Notre obsession de la maitrise sanitaire a été saluée par les services vétérinaires. Enfin, sur le plan technique, nous travaillons à l'optimisation de notre service de maintenance… "

Que mangent vos enfants ?

  • Les préparations charcutières proviennent d'un artisan bisontin
  • Les produits laitiers viennent de l'Enil de Mamirolle (lait AOP majoritairement bio)
  • Le pain servi est un pain semi-complet réalisé à base de farine franc-comtoise bio
  • Les viandes sont fraîches. Des accords ont été trouvés avec les filières locales pour le bœuf et le porc (et prochainement pour le veau) – Volailles Bleu Blanc Cœur
  • Le nombre de services de poisson frais augmente au fil des ans
  • Une convention est passée avec les jardins-bio des Mont-de-Gy en Haute-Saône
  • La cuisine centrale travaille avec la filière des maraichers de Chalezeule pour l'approvisionnement en légumes.

la cuisine municipale en chiffres

  • 650.000 repas services dans l'année
  • 5.500 repas livrés  
  • 40 % des achats en bio (12%) et/ou en circuit courts (38 %)
  • Un budget de 1.400.000 € pour l'achat des denrées alimentaires
  • 80 sites livrés : 65 restaurants scolaires et cinq crèches
  • 20 à 220 effectifs de rationnaires par site livrés
  • 600 plats chauds avec couvercles étanches dans 120 conteneurs et 80 chariots
  • 280 plats froids avec couvercles étanches dans 180 caisses et 40 chariots
  • 150 conteneurs à potage

 Info +

Opérationnelle depuis septembre 2013, la cuisine centrale de Besançon, située rue Albert Thomas, a connu de nombreuses péripéties.

Initialement, la livraison de cette cuisine dite "centrale"  était programmée pour la rentrée 2009. Mais le chantier -  avec ces fameux "césars" (sortes de frigidaires innovants mobiles suspendus au plafond et pour permettre aux cuisiniers de travailler à température ambiante) -  a été un véritable fiasco. (voir historique de la cuisine centrale de Besançon)

Le 12 mai 2016, le tribunal administratif a reconnu la défaillance du groupement d'entreprises qui avait travaillé sur le premier projet avant que la mairie décide de faire table rase et de tout recommencer à zéro. Ce groupement d'entreprises a été condamné à verser à la ville 6 M€ TTC. Jean-Louis Fousseret précise que la ville ne s'est vue reprocher dans ce dossier "aucun manquement" par la justice. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

cuisine centrale

Affaire de la cuisine centrale : la ville de Besançon sera indemnisée à hauteur de 6 millions d’euros

Le tribunal administratif de Besançon a rendu son jugement ce jeudi 12 mai 2016 concernant l’affaire de la cuisine centrale. En 2010, la collectivité avait déposé une requête auprès de la justice contre les entreprises, en charge du chantier, qui l’avait réalisé en multipliant les erreurs et avaient rendu ce projet de cuisine centrale impossible. La municipalité va être indeminisée à hauteur de 6 011 899 euros.

La cuisine centrale (enfin) à toute vapeur !

Après plusieurs avaries et de nombreuses péripéties, y compris politiques et judiciaires, la cuisine centrale qui devait livrer ses premiers repas dans les 67 restaurants scolaires de la ville en septembre 2009 a finalement sa première rentrée scolaire ce mardi 3 septembre 2013. La ville de Besançon s'estime victime d'un architecte peu sérieux et compte bien devant la justice se faire rembourser au moins 5 millions d'euros...

La cuisine centrale de Besançon : un dossier chaud bouillant

Le 14 octobre 2004, le conseil municipal de Besançon actait la construction d'une "cuisine centrale" pour la restauration scolaire des petits bisontins.  Oui, mais voilà, le premier projet avec ses "Césars", sortes de figidaires innovants mobiles suspendus au plafond (pour permettre aux cuisiners de travailler à temprature ambiante) n'a jamais vu le jour.  "Nous avons été victimes d'un architecte qui depuis a été radié de l'ordre des architectes et qui aujourd'hui se trouve en Malaisie" explique Jean-Louis Fousseret. La Ville a porté l'affaire devant le tribunal administratif et espère, à minima, récupérer 5 millions d'euros sans compter les dommages-intérêts pour le préjudice subi.

Cuisine centrale: la chambre régionale des comptes enquête

En réponse à une saisie de Jean Rosselot, conseiller municipal UMP de Besançon, le préfet a annoncé qu'il avait  transmis une demande d'examen du dossier de la cuisine centrale de la Ville de Besançon à la chambre régionale des comptes.

Education

Territoires Numériques Educatif : le Doubs entre dans le dispositif

Jean Castex, Premier ministre, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement, ont dressé un premier bilan des enseignements suite à la crise dans le domaine du la transition numérique éducative.

Précarité numérique : 6.000 ordinateurs prêtés aux lycéens de Bourgogne-Franche-Comté

Ce mardi 19 octobre, Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région en charge des lycées, de l’offre de formation, de l’apprentissage et de l’orientation, a procédé à la remise des ordinateurs portables de prêt aux jeunes du lycée Le Castel à Dijon, en présence de Nathalie Albert-Moretti, rectrice de l’académie de Dijon et de Philippe Viollon, proviseur de l’établissement.

L’université de Franche-Comté rend hommage à Samuel Paty : « La seule réponse qui vaille consiste à s’appuyer, encore et toujours, sur notre socle républicain et laïque »

Il y a presqu’un an, le 16 octobre 2020, Samuel Paty était sauvagement assassiné aux abords de son collège. Afin de lui rendre hommage, la communauté universitaire de l'université de Franche-Comté s'est rassemblée dans la cour d'honneur de la maison de l’université ce vendredi matin.

Les accompagnants des élèves en situation de handicap en grève le 19 octobre à Besançon

L'intersyndicale nationale appelle les AESH à faire grève mardi 19 octobre 2021. Pourquoi ? Les syndicats dénoncent des conditions de travail précaires et demandent notamment une augmentation des salaires et la garantie de la possibilité de contrat à temps complet. Un rassemblement est prévu devant le rectorat de Besançon.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.77
nuageux
le 25/10 à 21h00
Vent
1.35 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
95 %

Sondage