La cuisine centrale de Besançon : un dossier chaud bouillant

Publié le 04/09/2013 - 12:29
Mis à jour le 16/04/2019 - 15:11

Le 14 octobre 2004, le conseil municipal de Besançon actait la construction d'une "cuisine centrale" pour la restauration scolaire des petits bisontins.  Oui, mais voilà, le premier projet avec ses "Césars", sortes de figidaires innovants mobiles suspendus au plafond (pour permettre aux cuisiners de travailler à temprature ambiante) n'a jamais vu le jour.  "Nous avons été victimes d'un architecte qui depuis a été radié de l'ordre des architectes et qui aujourd'hui se trouve en Malaisie" explique Jean-Louis Fousseret. La Ville a porté l'affaire devant le tribunal administratif et espère, à minima, récupérer 5 millions d'euros sans compter les dommages-intérêts pour le préjudice subi.

06Cuisinecentralebesanon020.JPG
©roman

11 millions d’euros ?

PUBLICITÉ

Si la facture totale s’élève à 11 millions d’euros, la Ville compte bien récupérer sa mise initiale de départ. Le premier projet a connu avarie sur avarie malgré l’aval des cabinets d’études et des services sanitaires, eux aussi à l’époque sous le charme de l’innovation. « Lorsque nous avons constaté que cela ne fonctionnait pas et qu’il y a avait des anomalies avec un risque sanitaire nous avons décidé de ne prendre aucun risque et d’arrêter… » 

18 rapports d’expertise

Le 12 novembre 2010, la mairie a décidé de saisir la justice : deux ans d’expertise, 18 rapports et beaucoup d’énergie de la part des services municipaux. Le rapport final de l’expert devrait être remis en fin de mois au tribunal : l’affaire devrait être jugée à l’automne. 

Si la municipalité ne veut pas présager du jugement, elle se veut confiante sur l’issue du dossier qui avait agité quelques séances du conseil municipal. La conseillère municipale Mireille Péquignot est d’ailleurs revenue à la charge dans le dernier numéro du BBV en expliquant que le projet a coûté 11 millions d’euros.  Ce que n’a pas digéré le maire qui a rappelé que le choix du premier projet avait à l’époque fait l’unanimité. « Quand on pose les questions, il faut entendre les réponses (…) La Ville a effectivement avancé l’argent. Nous avons été victimes dans cette affaire. Le deuxième projet de la cuisine a coûté 6,2 millions d’euros.dont 4 millions de travaux. Nous comptons bien nous faire rembourser par les assurances sur le premier projet qui n’a jamais fonctionné.Le  dossier est bien ficelé. Il ne reste pus qu’a attendre la décision de justice…  « 

Un deuxième projet bouclé en un an…

Si le premier chantier avait été un désastre, la conseillère municipale Catherine Thiebaud souligne que le second projet mené par le cabinet Quidort a été un « pur bonheur » « Les entreprises ont vraiment joué le jeu. Il faut les en remercier« .  Les travaux ont démarré en août 2012. Un an plus tard, tout était fin prêt. Rageant quand on sait que les premiers travaux étaient initialement programmés en septembre 2007 pour une livraison à la rentrée 2009 ! 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

cuisine centrale

Affaire de la cuisine centrale : la ville de Besançon sera indemnisée à hauteur de 6 millions d’euros

Affaire de la cuisine centrale : la ville de Besançon sera indemnisée à hauteur de 6 millions d’euros

Le tribunal administratif de Besançon a rendu son jugement ce jeudi 12 mai 2016 concernant l’affaire de la cuisine centrale. En 2010, la collectivité avait déposé une requête auprès de la justice contre les entreprises, en charge du chantier, qui l’avait réalisé en multipliant les erreurs et avaient rendu ce projet de cuisine centrale impossible. La municipalité va être indeminisée à hauteur de 6 011 899 euros.

La cuisine centrale (enfin) à toute vapeur !

La cuisine centrale (enfin) à toute vapeur !

Après plusieurs avaries et de nombreuses péripéties, y compris politiques et judiciaires, la cuisine centrale qui devait livrer ses premiers repas dans les 67 restaurants scolaires de la ville en septembre 2009 a finalement sa première rentrée scolaire ce mardi 3 septembre 2013. La ville de Besançon s'estime victime d'un architecte peu sérieux et compte bien devant la justice se faire rembourser au moins 5 millions d'euros...

Cuisine centrale: la chambre régionale des comptes enquête

Cuisine centrale: la chambre régionale des comptes enquête

En réponse à une saisie de Jean Rosselot, conseiller municipal UMP de Besançon, le préfet a annoncé qu'il avait  transmis une demande d'examen du dossier de la cuisine centrale de la Ville de Besançon à la chambre régionale des comptes.

Dans la catégorie

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

"Non à l'amendement Grosperrin" • Mardi 14 mai 2019 le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (affilié FSU) organise une assemblée générale à partir 18h suivi d'un apéro revendicatif devant la permanence du sénateur LR Jacques Grosperrin au 34 rue Bersot à Besançon.

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Le quartier de Planoise à Besançon fait partie des 80 territoires « prioritaires » sélectionnés pour accueillir un dispositif « cité éducative ». Ce dernier servira à coordonner les services d'Etat, les collectivités, les associations et les habitants pour accompagner l'enfant de 3 à 25 ans autour du cadre scolaire. Une enveloppe de 100 millions d'euros sur trois ans sera débloquée pour aider les collectivités dans leurs démarches.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.63
ciel dégagé
le 22/05 à 3h00
Vent
1.24 m/s
Pression
1019.91 hPa
Humidité
97 %

Sondage