Alerte Témoin

Siège du tribunal de commerce spécialisé : révélateur des rancoeurs entre Besançon et Dijon

Publié le 14/03/2016 - 13:13
Mis à jour le 15/03/2016 - 18:49

Les esprits sont toujours à vif deux semaines après l'annonce (décret du 26 février) du déplacement du siège du tribunal de commerce spécialisé de Besançon vers Dijon. En lâchant en fin de semaine dernière le mot "gougnafier", François Rebsamen a jeté de l'huile sur le feu mettant à mal l'avenir du futur Pôle métropolitain. Pour la députée PS du Doubs, Barbara Romagnan, il est encore temps pour l'état de revenir en arrière

pole_metropolitain_besancon_dijon_-060.jpg
le 26 novembre 2015 dans le train Besançon - Dijon ©damien poirier

C'est le dossier révélateur de l'animosité et de toute l'inquiétude de la Franche-Comté et de Besançon vis-à-vis de Dijon. Pour un rapide rappel, le TCS (tribunal de commerce spécialisé) avait été promis à Besançon depuis l'été 2015. Décision confirmée le 27 novembre par l'ex-garde des Sceaux Christiane Taubira qui avait dressé la liste des 18 TCS de France. 

Un jour auparavant,  Jean-Louis Fousseret et François Rebsamen, les maires de Besançon et Dijon prenaient ensemble le train pour parler du futur Pôle métropolitain censé lier les deux villes dans un destin commun. "Fini la gué-guerre Dijon Besançon ! " avait alors déclaré Jean-Louis Fousseret.  Ce pôle permettait selon lui de garantir l'équilibre entre les deux villes. Mais Dijon est-elle prête au partage ? Question que nous avions posée à l'époque à François Rebsamen qui, dans une moue à moitié cachée, avait botté en touche à la fin du trajet.

Et puis Patatra. Après intervention de F. Rebsamen auprès de François Hollande, le décret du 26 février attribue contre toute attente le siège du TSC à Dijon et fait voler en éclat l'amitié naissante entre les deux villes. Des réactions en veux-tu en voilà. Une pétition bisontine pour réclamer plus d'équilibre. Une autre, plus satirique de Dijon, pour demander que les Bisontins arrêtent de se plaindre. Le mot "gougnafier" lâché par François Rebsamen. Ça brûle entre Besançon et Dijon. Est-ce le retour des Ducs de Bourgogne ?

Même si Jean-Louis Fousseret tente de ne pas raviver l'incendie en la jouant "je n'irai pas sur ce terrain-là" et refusant toute soumission, en coulisse, la colère monte et celle des Francs-Comtois avec. 

Un "sérieux accroc"

 EELV Franche-Comté parle d'un "accroc sérieux au contrat passé lors de la mise en place de la fusion des anciennes régions (…) de cet équilibre dépend la réussite de la nouvelle Région. D’autres attributions sont en cours de négociations ; il ne faut pas qu’elles soient entachées des mêmes dysfonctionnements !"

 "On l'avait bien dit"  clament en substance Laurent Croizier et Odile Faivre-Petitjean. "Depuis un an, le Maire de Besançon fait passer les lots de consolation du gouvernement pour des victoires bisontines. Aujourd’hui, les soutiens de M. Fousseret se réveillent, malheureusement après la guerre, et constatent l’étendue des dégâts" expliquent les deux élus Modem bisontins.

 Romagnan : "Cette volte-face n’ajoute pas au crédit de la parole publique"

Pour la députée PS Barbara Romagnan qui a écrit au Premier ministre le 8 mars dernier, cette décision "brutale" provoque une colère "légitime". Pour elle, il est encore temps de revenir en arrière. "Cette volte-face n’ajoute pas au crédit de la parole publique. Et la méthode en elle-même est ressentie avec brutalité (…)J’ai indiqué au Premier ministre qu’il était encore temps de revenir sur cette mauvaise décision qui génère de la colère et des tensions territoriales, là où l’État est attendu en facilitateur et en médiateur".

Cette polémique a au moins un mérite. Celui de montrer que Besançon ne veut pas se laisser faire. Se débattre sera-t-il suffisant ? 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

tribunal commerce spécialisé besançon dijon

Une cinquantaine de manifestants contre l’implantation du tribunal de commerce spécialisé

À l'appel de Randall Schwerdorffer, avocat au Barreau de Besançon et Laurent Croizier, conseiller municipal Modem à Besançon, une cinquantaine de manifestants se sont réunis ce 26 mars en fin de matinée sur l'esplanade des droits de l'homme dont le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret, et des élus de tous bords : Jacques Grosperrin, Eric Alauzet, Jean-Philippe Allenbach... qui venaient au titre de citoyens.

TCS à Dijon : « J’ai du mal à accepter que la fusion devienne une absorption de la Franche-Comté »

Ce samedi 26 mars 2016 à 11 h 30, un rassemblement citoyen est organisé par Randall Schwerdorffer, avocat au Barreau de Besançon et Laurent Croizier, conseiller municipal Modem à Besançon, suite à l'attribution du tribunal de commerce spécialisé à Dijon, alors qu'il était promis à Besançon.

Rassemblement citoyen à Besançon le 26 mars - Randall Schwerdorffer from maCommune.info on Vimeo.

Tribunal de commerce spécialisé à Dijon : un rassemblement silencieux prévu à Besançon

Randall Schwerdorffer, avocat au barreau de Besançon, et Laurent Croizier, conseiller municipal Modem à Besançon, en tant que "citoyens lambda", organisent un rassemblement silencieux de "la majorité silencieuse" samedi 26 mars 2016 à 11 h 30 sur l'Esplanade des Droits de l'Homme à Besançon. Objectif : dénoncer l'attribution du tribunal de commerce spécialisé à Dijon promis initialement à Besançon… 

Guerre Besançon – Dijon : « Consternant » pour François Sauvadet

Le conseiller régional UDI François Sauvadet juge consternant "les échanges d'amabilité" entre François Rebsamen et Jean-Louis-Fousseret suite à la polémique du déplacement du tribunal de commerce spécialisé de Besançon à Dijon. Dans ce dossier, il enjoint Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté à agir…

Rivalité entre Besançon et Dijon : « Besançon la rebelle ne peut courber la tête »

Avant la concrétisation de la fusion entre la Bourgogne et la Franche-Comté, des questions se posaient, des espérances se profilaient, des promesses ont été faites... Depuis le 1er janvier 2016, les esprits sont à vif, le tribunal de commerce spécialisé change de ville, "gougnafier" qualifie les Bisontins... Jacques Vuillemin, ancien adjoint au maire à Besançon et écrivain, parle de "manque de respect" et appelle à "protester" et à "s'exprimer avec force notre colère" dans sa contribution sur maCommune.info...

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     27.47
    partiellement nuageux
    le 06/08 à 15h00
    Vent
    3.54 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    33 %

    Sondage