Stop Covid et traçage des contacts par smartphone : un projet qui pose de nombreuses questions

Publié le 28/04/2020 - 09:02
Mis à jour le 28/04/2020 - 09:03

L’application de traçage de contacts pour le déconfinement StopCovid, dont l’Assemblée nationale débattra mardi, n’est pas prête techniquement et le doute subsiste sur la capacité du gouvernement à mener à bien le projet d’ici au 11 mai 2020.

© stop covid ©
© stop covid ©

Un objectif très séduisant en théorie...

L'objectif d'une "app" de traçage de contacts est sur le papier très séduisant: permettre à chaque utilisateur de prévenir les autres utilisateurs qu'il a croisés sur les deux dernières semaines, lorsqu'il découvre sa contamination au coronavirus.

Toutes ces personnes peuvent alors prendre les mesures de précaution qui s'imposent, comme l'autoconfinement, et demander un test.

L'application, exclusivement volontaire, utiliserait pour fonctionner le Bluetooth, technologie de communication entre appareils électroniques situés à proximité.

...mais un risque énorme pour la vie privée

Mais les risques pour la vie privée sont énormes. Lorsqu'on se découvre contaminé, il faut transférer au système la liste des personnes que l'on a croisées pendant les deux dernières semaines, l'informant ainsi de son état de contamination.

Des acteurs mal intentionnés peuvent en profiter pour tenter de savoir qui a été contaminé et constituer des fichiers. Ou, en croisant toutes les listes de personnes approchées, reconstituer beaucoup d'informations sur nos vies.

Ne risque-t-on pas ainsi de jeter les bases d'une société de surveillance?

Des pseudonymes qui ne résolvent pas tout

Pour tenter d'assurer le respect de la vie privée, le système fonctionnera avec des identifiants codés ou pseudonymes: les utilisateurs ne pourront pas identifier nommément qui ils ont croisé.

Mais la question des pseudonymes ne résout pas tout, puisqu'il faut bien qu'à un moment, le pseudonyme d'une personne ayant croisé la route d'une personne contaminée soit relié à la personne qui doit être avertie.

Des choix techniques différents selon les pays

Pour remédier au mieux à ce problème, deux grands choix d'architecture s'opposent. Le modèle français de StopCovid correspond à un architecture centralisée.

Régulièrement, nos smartphones iraient vérifier sur un serveur central que notre pseudonyme n'est pas dans la liste des pseudonymes croisés par une personnes contaminée.

Si notre pseudonyme est sur une liste, nous recevrons un message d'alerte.

L'autre grand modèle d'architecture est dit "décentralisé"Dans cette architecture, nos smartphones importent régulièrement la liste de tous les pseudonymes ayant croisé des personnes contaminées, et vérifient eux-mêmes si notre pseudonyme figure sur ces listes ou pas.

Le choix français de plus en plus isolé

La question de l'architecture suscite des débats passionnés entre experts. Et l'option décentralisée semble recueillir de plus en plus de suffrages hors de l'Hexagone. Dimanche, l'Allemagne a annoncé rejoindre cette architecture, qui est aussi privilégiée par Apple et Google.

Apple et Google en position centrale

Dans ces débats, Apple et Google occupent une position centrale, dans la mesure ou ils détiennent le contrôle des deux grands systèmes d'exploitation de smartphones en vigueur, respectivement iOS et Android. Impossible de faire communiquer des smartphones appartenant à ces deux galaxies sans leur accord. Apple et Google vont proposer rapidement le socle d'une application de traçage de contacts que les gouvernements pourront personnaliser à leur guise.

Mais au nom de sa souveraineté, la France réclame aux géants américains de pouvoir faire ses propres choix techniques et architecturaux. Le problème est particulièrement sensible avec Apple, qui protège jalousement, pour des raisons de sécurité, le fonctionnement du Bluetooth.

Si la France ne parvenait pas à convaincre Apple, StopCovid ne fonctionnerait que lorsqu'elle est ouverte et en premier plan - empêchant ainsi son utilisateur de recourir à son smartphone pour lire ses mails ou parcourir internet.

En France, qui planche sur StopCovid ?

L'Inria, l'institut national de la recherche informatique chargé par le gouvernement de piloter techniquement le projet, a clarifié dimanche les relations entre son projet et celui préparé depuis plusieurs semaines par Orange et des partenaires privés.

Tous ces acteurs travaillent ensemble pour StopCovid et ont créé une équipe-projet comprenant notamment les entreprises Capgemini, Dassault Systèmes, Thales, Sopra Steria, Atos et Withings (objets connectés).

Chez les acteurs publics, la liste mentionne l'Anssi (agence nationale de la sécurité des systèmes d'information), l'Inserm (recherche médicale publique) et Santé publique France.

La Cnil, le gardien de la vie privée des Français, a donné un feu vert de principe sur StopCovid, réclamant de revoir la copie gouvernementale quand l'application aura réellement été définie et construite

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.86
nuageux
le 27/02 à 0h00
Vent
1.93 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
91 %