Suppression de la production de trains sur le site de Belfort : le PDG d’Alstom convoqué cet après-midi à Bercy

Publié le 08/09/2016 - 14:54
Mis à jour le 08/09/2016 - 15:07

400 emplois vont disparaitre d’ici à 2018 sur le site d’Alstom à Belfort, c’est ce qu’a annoncé mercredi 7 septembre la direction du groupe. La branche production de trains sera transférée à Reichshoffen dans le Bas-Rhin. Bercy a convoqué ce jeudi 8 septembre 2016, le PDG d’Alstom, Henri Pourpart-Lafarge. Pour le nouveau secrétaire d’Etat à l’industrie, Christophe Sirugue, « rien n’est encore définitif ».

 ©
©

Le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, sera reçu "dès cet après-midi" à Bercy, a annoncé ce jeudi 8 septembre 2016 le nouveau secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, qui "considère que rien à ce stade n'est définitif" après l'annonce mercredi 7 septembre 2016 par le constructeur ferroviaire de l'arrêt de sa production de trains à Belfort d'ici deux ans. "Je recevrai dès cet après-midi le PDG d'Alstom, à qui j'ai demandé de venir à Bercy", a déclaré M. Sirugue sur Europe 1, ajoutant que le ministre de l'Economie et des Finances, "Michel Sapin, se joindra à ce rendez-vous pour que nous puissions ensemble demander des comptes sur cette annonce".

Alstom a décidé d’arrêter sa production : 400 emplois vont disparaitre à Belfort

Alstom a décidé de transférer les activités d'ingénierie et de production de son site de Belfort vers celui de Reichshoffen (Bas-Rhin) d'ici 2018, en raison d'une pénurie de commandes sur le marché français. L'entreprise, qui ne prévoit ni la fermeture du site, ni plan social, s'est engagée à soumettre aux 400 salariés concernés "une proposition de transfert, s'ils le souhaitent" vers ses autres usines dans l'Hexagone.

Une annonce « brutale »

Dénonçant "une annonce qui est à la fois brutale et sans concertation", le secrétaire d'Etat à l'Industrie a estimé que la baisse du carnet de commandes est "une période difficile (...) qu'il nous faut franchir, mais ce n'est pas la fin non plus de la filière ferroviaire dans notre pays". "Je considère que rien à ce stade n'est définitif", a-t-il affirmé, ajoutant que le sujet "mérite à l'évidence une concertation beaucoup plus grande" et qu'"une discussion va s'engager". "Le gouvernement est particulièrement attaché à la filière ferroviaire",
a-t-il assuré, évoquant "des engagements forts", notamment "sur les commandes
de trains Intercités
".

Des commandes toujours en attente

En l'occurrence, l'achat de 30 nouvelles rames Intercités promis en février par le secrétaire d'Etat aux transports, Alain Vidalies, n'a toujours pas été concrétisé. L'Etat siège depuis février au conseil d'administration d'Alstom, dont il exerce 20% des droits de vote grâce à des actions prêtées par Bouygues jusqu'à fin 2017 et qu'il pourra progressivement racheter. "Quand l'Etat est présent dans le capital d'Alstom, dans le capital de la SNCF, le minimum, c'est d'avoir une politique de patriotisme économique", a estimé ce jeudi 8 septembre 2016 l'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, fustigeant "la politique du laissez-faire".

 (AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Au régal de chouchou, nouveau salon de thé bisontin

Christine Demange habite Pouilley les Vignes et vient d’ouvrir un nouveau salon de thé, Au régal de Chouchou situé au 128 grande rue à Besançon. Issue de la finance, cette mère de famille de quatre enfants a décidé de changer de voie professionnelle durant le confinement et a désormais troqué son tailleur pour un tablier… sans regrets !

Sondage – Éteindre l’éclairage public de certains quartiers de Besançon pour faire des économies, qu’en pensez-vous ?

À partir du 30 novembre 2022, l’éclairage public sera éteint dans plusieurs quartiers bisontin pour faire face à l’envolée des prix de l’énergie. La municipalité va progressivement éteindre les lumières entre 23 h et 5 h. Avec cette mesure, elle compte économiser 120.000 €. Selon vous, est-ce une bonne idée ? C'est notre sondage de la semaine.

On a goûté pour vous le calendrier de l’avent de laGrange à Marnay…

Chaque année, laGrange à Marnay propose un calendrier de l’avent version gourmande avec ses produits et des découvertes. Élodie et Alexane, journalistes pour maCommune.info et amatrices de boissons chaudes, ont testé pour vous les thés, tisanes et rooibos de ce calendrier particulier…

Bourgogne Franche-Comté : La retraite progressive ou comment se préparer au départ à la retraite

PUBLI-INFO • Le départ en retraite effraye, c’est un fait. Les futurs retraités redoutent de se retrouver sans activités pour occuper leurs journées. Ainsi, la retraite progressive permet, à partir de 60 ans, de recevoir une part de sa re­traite tout en réduisant son temps de travail. À travers, le témoignage de Pierre-Jean, salarié de 62 ans, décou­vrez ce qu’est concrètement la retraite progressive et les motivations qui l’ont poussé à en faire la demande.

Connaissez-vous le Livret Engagé Sociétaire du Crédit Agricole Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • Le Crédit Agricole s’engage ! Il offre la possibilité à ses clients sociétaires de devenir acteurs des grandes transitions climatiques, agricoles et sociétales à chaque instant et quels que soient leurs moyens, grâce au Livret Engagé Sociétaire.

Plusieurs quartiers de Besançon seront plongés dans le noir à partir du 30 novembre

Dans le but de faire face à l’envolée des prix de l’énergie et à la gravité de la crise énergétique, la Ville de Besançon a lancé un "Plan de sobriété énergétique" qui impose des actions immédiates et d'ampleur inédite. À partir du 30 novembre 2022, l’éclairage public sera éteint dans plusieurs quartiers bisontins…

L’État propose une aide jusqu’à 1.500€ pour remplacer une chaudière à fioul

INFO PRATIQUE • Une aide supplémentaire pouvant atteindre 1.500€ est accordée aux ménages qui remplacent leur chaudière au fioul par un système de chauffage plus respectueux de l’environnement (pompe à chaleur, système à énergie solaire, chaudière biomasse...). Instaurée par un arrêté publié au Journal officiel du 28 octobre 2022, cette prime supplémentaire, appelée "Coup de boost fiou", est temporaire.

Flambée des coûts de production : la CMA souhaite accompagner les entreprises et les artisans

La forte hausse des matières premières, des fournitures, de la masse salariale et de l’énergie affecte de nombreuses trésoreries. Afin d’apporter de l’aide, la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) de la région Bourgogne-Franche-Comté se dit mobilisée pour accompagner les artisans et entreprises en difficultés.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.61
couvert
le 30/11 à 15h00
Vent
3.15 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
81 %