Tuberculose : rebond des cas en France en 2023, selon une étude

Publié le 19/03/2024 - 14:00
Mis à jour le 19/03/2024 - 12:47

La tuberculose, si elle reste à un niveau faible, a connu un rebond de cas en France en 2023 après trois années d'ère Covid, selon une étude publiée mardi par Santé publique France.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Après 5.114 cas recensés en 2019, année d'avant-Covid, il y a eu "une forte diminution des cas et du taux de déclaration l’année de survenue de la pandémie", puis " les deux années suivantes", est-il résumé dans un bulletin épidémiologique hebdomadaire, avant la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose du 24 mars. Alors que la crise sanitaire "n’avait pas eu de conséquences sur la sévérité et la mortalité par tuberculose" en 2022, 2023 a connu "un changement de tendance, avec une augmentation de l’incidence" (4.728 cas déclarés, selon des données provisoires), probablement lié à "un rattrapage des cas diagnostiqués", notent les auteurs de l'étude.

Le vaccin est recommandé

Vu la situation également d’autres pays, "la vigilance reste de mise". Transmise par voie aérienne, la tuberculose est une infection bactérienne très contagieuse touchant le plus souvent les poumons, mais pouvant se propager au cerveau. Détrônée récemment par le Covid-19 comme première cause de décès par infection dans le monde, la tuberculose continue, malgré vaccin et antibiotiques, d'être problématique. Sa persistance en France, même avec moins de 10 cas/100.000 habitants, fait que le vaccin y reste recommandé, sans être obligatoire.

La baisse régulière des cas déclarés (reflux d'environ 5% par an depuis un demi-siècle) et des décès dans le pays est interrompue parfois par "des hausses limitées et transitoires" liées à des événements extérieurs, pointe l'étude. Outre le Covid, la guerre en Ukraine, à l'origine d'un important déplacement de réfugiés vers l’Europe de l’Ouest, a eu un impact sur l'épidémie. La France a mis en place un dépistage actif de la tuberculose pour certains réfugiés venant d'Ukraine, l'un des pays à l'incidence la plus élevée en Europe.

"Moins de 10% des 118.000 déplacés en France auront été dépistés par les centres de lutte anti-tuberculeuse en 2022", selon une autre étude de SpF, qui évalue à 197/100.000 la prévalence des cas parmi eux. Pour expliquer ce dépistage limité, les auteurs évoquent, entre autres, des difficultés à atteindre certains réfugiés, hébergés "dans des centres de court terme improvisés" ou chez l’habitant. Et "peu de personnes souffraient de symptômes" incitant à rechercher des soins.

En parallèle, une ré-augmentation des cas de tuberculoses à bacilles multirésistants aux principaux antibiotiques a été constatée en France en 2022 après l’arrivée de cas provenant d’Ukraine et de Géorgie, pointe une autre publication du BEH. Ces 10 dernières années, le traitement des tuberculoses multirésistantes a cependant connu "plusieurs révolutions avec la découverte de nouveaux antituberculeux, le repositionnement d’antibiotiques connus et les résultats de plusieurs essais thérapeutiques combinant ces molécules".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.91
peu nuageux
le 19/05 à 15h00
Vent
2.99 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
51 %