Un conducteur de train ivre avait raté son arrêt à Nevers: un an de prison avec sursis

Publié le 29/11/2017 - 07:56
Mis à jour le 29/11/2017 - 07:56

Aux commandes du train en état d'ébriété, il avait raté l'arrêt en gare de Nevers le 28 juin 2017 : le conducteur du Paris-Clermont a écopé mardi d'un an de prison avec sursis pour mise en danger de la vie d'autrui.

PUBLICITÉ

Le cheminot, qui aura obligation de se soigner au cours d’une mise à l’épreuve de deux ans, a également été condamné à 200 euros d’amende pour conduite d’un train sous l’emprise d’un état alcoolique. Après la gare de Nevers traversée à 110 kilomètres/heure, le train avait continué son chemin jusqu’à la gare suivante de Saincaize, à une dizaine de kilomètres au sud. L’homme, placé en garde à vue, avait été contrôlé à 3,34 grammes d’alcool par litre de sang.

« Je pensais que la gare de Nevers était plus loin », explique au tribunal correctionnel, d’une voix grave, cet homme élancé d’une quarantaine d’années, présenté par la cour comme un « conducteur confirmé ». Comment en est-il arrivé à emporter ce cubi de trois litres de rosé, dont « deux litres manquaient après deux heures de trajet »?, s’interroge la présidente Dorothée Gioux. Le prévenu évoque une consommation d’alcool qui avait « augmenté de façon exponentielle » les mois précédents, sans qu’il ne se l’explique. Il décrit une

situation familiale heureuse avec sa femme et ses quatre enfants. Ce jour-là, il dit avoir apporté de l’alcool en cabine pour la première fois, pour consommer le soir, après le service. Mais faute de bouteille d’eau, il aurait entamé le vin sans parvenir à s’arrêter de boire. « On est passés très près d’une catastrophe ferroviaire qui aurait pu être majeure », tonne le procureur Axel Schneider, qui rappelle la présence à bord de plus de 200 passagers.

Il demande « la peine maximale » pour mise en danger de la vie d’autrui: un an de prison assorti d’un sursis avec mise à l’épreuve. « Une foule de systèmes de sécurité automatiques » auraient arrêté le train en cas de « conduite dangereuse », comme cela peut se produire en cas de décès du conducteur, avait plaidé de son côté Me François Gaillard, l’avocat du cheminot.

« C’est juste un train comme un autre, qui ne s’est pas arrêté à la gare, comme vous en avez tous les jours à la SNCF », avait ajouté le conseil. « A aucun moment les passagers du train ou les usagers du quai n’ont été en danger. » Le cheminot, qui travaillait pour la SNCF depuis 20 ans, a été licencié après les faits. 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Un étudiant de Besançon crée un site illégal de streaming et génère 200.000 euros en crypto-monnaie

Un étudiant de Besançon crée un site illégal de streaming et génère 200.000 euros en crypto-monnaie

(MIS A JOUR) • Un homme de 22 ans, étudiant en master 2 à Besançon en robotique informatique, a été interpellé en avril 2019 suite à d'importants faits de "contrefaçon et recel de contrefaçon de séries télévisées, commis en bande organisée". Six autres personnes ont été placées en garde à vue.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.64
ciel dégagé
le 17/06 à 3h00
Vent
2.1 m/s
Pression
1020.45 hPa
Humidité
95 %

Sondage